France Dimanche > Actualités > Richard Bohringer : Rattrapé par un mal atroce !

Actualités

Richard Bohringer : Rattrapé par un mal atroce !

Publié le 24 juillet 2009

L'artiste Richard Bohringer renonce à se produire en Avignon, un nouveau combat commenceL'artiste Richard Bohringer renonce à se produire en Avignon, un nouveau combat commenceL'artiste Richard Bohringer renonce à se produire en Avignon, un nouveau combat commence

Après des décennies marquées par des problèmes de drogue, d'argent , de violence, Richard Bohringer pensait qu'il aurait enfin droit au bonheur. Et cet été s'annonçait sous les meilleurs auspices. Il se réjouissait à l'idée de pouponner Rose, la petite-fille que lui a donnée Romane, et de promener son art et sa folie sur les scènes de France...

Hélas , il semble être écrit que la vie du comédien sera toujours une lutte ! Alors qu'on l'attendait mardi dernier au festival off d'Avignon où il devait lire Le neveu de Rameau, il a dû annuler son engagement. « Richard Bohringer, empêché par la maladie, ne pourra être présent à Avignon », tel était le communiqué laconique diffusé par la compagnie Science 89, qui organisait la lecture.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, aucune information supplémentaire n'a filtré . Mais les fans de l'acteur ont tous la même crainte : Richard aurait-il été rattrapé par l'hépatite C ? En avril dernier, sur Europe 1, le bouillant sexagénaire avait en effet confié être atteint de ce terrible mal, contre lequel il n'existe aucun vaccin : « J'ai chopé un truc assez grave, mortel même, qui ne déglingue pas que la partie touchée. Une forme d'hépatite C. La plus chiante... »

->Voir aussi - Richard Borhinger : Il doit la vie à un policier

Avec optimisme, il avait tout de même assuré à Michel Drucker : « On en guérit. Il faut s'armer, il faut être costaud. Ma santé est ascendante, ça va de mieux en mieux. »

Mais, le malade - traité par des piqûres et des comprimés - n'est pas dupe. Il sait que le combat qu'il livre est des plus rudes. Le traitement de l'hépatite C, maladie qui touche notamment les toxicomanes, expose ses victimes à de brusques « dérives mentales » comme il le dit.

Déjà , en juillet 2008, le comédien avait dû annuler un spectacle à Genève . Quelques semaines plus tôt, dans le Midi libre, il avait confié : « J'ai 66 ans. Je suis à moitié à l'hôpital , à moitié dans la vie. »

Mais, peut-être plus encore que la maladie, c'est l'indifférence de ses pairs qui fait souffrir cet écorché vif, ainsi qu'il l'a confié à France-Soir : « J'étais gravement malade, je n'ai pas reçu un seul coup de fil à Paris. La fraternité, la compassion, tu parles, mon cul !»

La « famille » du show-biz manque peut-être parfois de cœur, mais le public, lui, n'a pas la mémoire courte. Courage, Richard Bohringer, nous sommes des millions à penser à vous.

Aurélien Chamouard

À découvrir