France Dimanche > Actualités > Richard Bohringer : Revenu à la vie grâce à sa femme !

Actualités

Richard Bohringer : Revenu à la vie grâce à sa femme !

Publié le 2 avril 2016

Astrid, la femme de Richard Bohringer depuis trente ans, l’a vaillamment soutenu lorsqu’il suivait de très lourdes séances de � chimio � à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris.

«Je suis un survivant ! » Il y a quelques jours, dans un bouleversant entretien à notre confrère Le Parisien, Richard Bohringer s’est ainsi épanché sur son difficile combat contre la maladie qui a bien failli l’emporter. Mais l’amour fait des miracles, comme l’a confié le comédien.

Il fallait en effet un miracle pour sauver l’acteur, atteint d’un lymphome du système nerveux central, l’un des cancers les plus mortels chez l’homme. Un mal diagnostiqué au printemps 2014, alors que Richard jouait avec sa fille Romane la pièce J’avais un beau ballon rouge.
« Je suis tombé, quoi ! Tu te réveilles, t’es paralysé, tu parles plus, t’as plus de mémoire », explique l’inoubliable interprète du Grand chemin.

->Voir aussi - Richard Bohringer : Sur scène, il vit un calvaire !

Pour Richard, le calvaire commence : ce lymphome affecte certaines cellules du système immunitaire – qui se multiplient de façon anarchique – et provoque des tumeurs. S’il touche le cerveau, comme c’est probablement le cas pour le comédien, le seul traitement possible consiste en une chimiothérapie à fortes doses sous forme de perfusions, qui nécessitent des hospitalisations répétées.

C’est pendant l’une d’elles que Richard, dont les défenses sont très affaiblies, a souffert d’une très grave infection du sang, entraînant une baisse de la pression artérielle. Une atteinte qui s’avère très souvent fatale. « J’en ai chié, un truc de fou furieux », se souvient-il.

->Voir aussi - Richard Bohringer : Il doit la vie à un policier

Rémission

Heureusement, une bonne fée veille sur Richard : sa femme Astrid Marcouli, épousée il y a trente ans, et qui lui a donné trois beaux enfants : Lou, Matthieu et Richard junior. « C’est la femme la plus simple que je connaisse. Elle m’a sauvé la vie », confiait l’acteur à Hola en 2004.

Un amour qui va une nouvelle fois sauver Richard. Alors que l’homme qu’elle aime gît sur son lit d’hôpital, prêt à tirer sa révérence, la tendre Astrid va se battre à ses côtés, lui donnant la force de surmonter cette épreuve. « Ma femme a été fantastique à chaque instant. À la Salpêtrière, le médecin m’a dit : “Vous savez, elle a dormi au pied de votre lit cinq jours de suite” », révèle le comédien.

Mais elle n’est pas la seule à soutenir le malade. La tribu Bohringer va en effet se relayer à son chevet, unie par une véritable chaîne d’amour. « Mes gosses aussi étaient là presque tous les jours, ils ont été admirables », se souvient l’acteur.

Aujourd’hui Richard Bohringer a gagné son combat contre le « crabe ». Mais ce dernier round contre la maladie l’a épuisé. Très diminué, il a du mal à marcher. « On ne vit plus du tout de la même façon. Qu’est-ce qui change ? Tout. Tu mets des poignées dans la douche pour te tenir, tu prends dix minutes pour descendre du taxi », avoue-t-il.

Pourtant, malgré les graves séquelles qu’il garde de son cancer, cet écorché vif est aujourd’hui un homme plus serein. À 74 ans, il a retrouvé le goût « des petits bonheurs » ceux que chante Félix Leclerc. Ces petits riens qui donnent du piment à la vie et qu’il savoure d’autant plus qu’il sait qu’elle peut basculer d’un instant à l’autre. « Je suis en rémission, il n’y a pas de guérison », dit-il.

Noces de perle

Pour oublier cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête, Richard s’est plongé dans l’écriture, l’une des passions. Son nouveau livre, Quinze rounds, sortira en mai chez Flammarion. Il y parle des combats de la vie. Mais ne règle aucun compte. « Ça ne m’intéresse pas », affirme-t-il. Car Richard n’a plus de temps à perdre.

Il consacre celui qui lui reste à ses « gosses », les enfants nés de son mariage avec Astrid, ainsi qu’à sa chère Romane, son âme sœur, avec laquelle il a toujours eu une relation fusionnelle. « Ça a toujours été important, mais là c’est fondamental », explique-t-il.

Le comédien se réjouit également des doux moments passés avec sa bien-aimée Astrid. Ces deux tourtereaux vont d’ailleurs bientôt fêter leurs noces de perle. « Je m’étonne que nous soyons encore là dans le même lit avec autant de bonheur. On a traversé des épreuves si puissantes que ça vous soude », a confié Richard au Figaroscope.

La maladie a également eu un effet sur son chat ! « Tous les matins, il saute sur le lit et il vient se mettre entre ma femme et moi. Il est grandiose ce chat. Il commence à être âgé, ça nous rapproche », dit-il avec humour.

Enfin, preuve que Richard Bohringer est affaibli mais pas vaincu, il joue depuis le 8 mars au théâtre de l’Atelier trente représentations de Traîne pas trop sous la pluie, un one-man-show où il évoque avec talent ses passions et ses amours. Souhaitons que ce formidable artiste continue encore longtemps à nous enchanter !

Catherine Venot

À découvrir

Sur le même thème