France Dimanche > Actualités > Robert Conrad : Adieu James West !

Actualités

Robert Conrad : Adieu James West !

Publié le 25 février 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Robert Conrad

Robert Conrad, l’inoubliable interprète des « Mystères de l’Ouest » et des « Têtes brûlées » a tiré sa révérence le 8 février, victime d’une crise cardiaque, à 84 ans…

Décidément, ce mois de février 2020 aura marqué d’une pierre noire la planète Hollywood ! Le mercredi 5, l’un de ses derniers grands monuments, Kirk Douglas, nous quittait. Trois jours plus tard, le 8, c’est au tour d’un autre immense acteur, qui s’est, lui, surtout illustré à la télévision, de manquer à l’appel : Robert Conrad, l’inoubliable James West des Mystères de l’Ouest. Comme l’ont fait savoir ses proches par l’intermédiaire de leur porte-parole, James Ballard : « Il a vécu une vie merveilleusement longue et, bien que sa famille soit attristée par son décès, il vivra éternellement dans leur cœur. » L’acteur, qui a succombé à une crise cardiaque, devait fêter ses 85 ans le 1er mars.

Robert Conrad a vu le jour en 1935 dans un quartier populaire de Chicago. Son père est responsable technique dans une usine, sa mère travaille pour le label musical Mercury Records, ce qui explique peut-être le goût de l’acteur pour la chanson… Mais, quand il est gamin, ce n’est pas par sa voix que Robert se fait connaître, mais plutôt par ses poings. Bagarreur, il se passionne pour la boxe. À 16 ans il dispute ses premiers combats, déterminé à devenir un champion, catégorie poids plume. Des blessures le contraignent à raccrocher les gants. Il travaille alors comme laitier, docker, et la nuit chante dans des clubs, rêvant de gloire. En 1952, il épouse Joan Kenlay, avec qui il aura cinq enfants, Joan, Shane, Christian, Christy et Nancy. 

Il se tourne vers la comédie et décroche quelques petits rôles au théâtre de Chicago avant de partir, sur les conseils de son ami le comédien Nick Adams, tenter sa chance à Hollywood. Bien lui en prend ! Il décroche un contrat avec la Warner Bros et, en 1959, tourne dans quatre séries télévisées, dont Hawaiian Eye, où il incarne son premier grand rôle, celui de Tom Lopaka. La consécration arrive en 1965, avec les Mystères de l’Ouest. Dans la peau de James West, agent d’État au regard bleu lagon tout de noir vêtu, Robert fait fureur en compagnie de Ross Martin qui interprète son acolyte, Artemus Gordon. Présentée comme un « James Bond à cheval », la série, mi-western mi-fantastique, est un carton ! Et une expérience qui servira à Robert bien des années plus tard lorsque, prenant sa retraite dans la vallée de l’Ours, en Californie du Nord, il acceptera d’y devenir shérif assistant !

Réalisant lui-même ses cascades, Robert a parfois joué avec sa vie, chutant notamment de plus de quatre mètres lors d’un tournage. Pas question pour autant de faire appel à une doublure. S’il aime autant son métier, c’est aussi par goût du risque, ce qui n’était pas pour déplaire à certains producteurs, comme il s’en expliquait en 2006 : « Quand on avait besoin d’un acteur auquel il fallait associer un cascadeur, c’est moi qu’on engageait, car ils avaient les deux rôles pour le prix d’un. »

En 1967, alors qu’il tourne toujours dans la série, cet ambitieux monte sa propre société de production, avec laquelle il présente The Bandits, un western qu’il a écrit, réalisé, et dans lequel il joue. 

Après 104 épisodes, alors que Neil Armstrong fait la conquête de la Lune, Les Mystères de l’Ouest s’arrête. Robert connaît alors un creux de vague. En effet, s’il apparaît ponctuellement dans diverses productions télévisées, dont Mission Impossible, Mannix ou Columbo, il n’y décroche aucun grand rôle récurrent. Il lui faudra attendre cinq ans et Les Têtes brûlées pour renouer avec la gloire. Il y incarne le major Gregory Boyington, dit « Pappy », qui dirige une escadrille de pilotes casse-cou, alcooliques et mauvais garçons durant la guerre du Pacifique. Immense succès aux États-Unis, le feuilleton, diffusé en France sur Antenne 2 entre 1977 et 1979, contribue à faire entrer Robert Conrad au panthéon des stars, lui valant même une nomination au Golden Globe du meilleur acteur. Il enchaîne avec Sloane, agent spécial et Colorado, deux séries qui, sans avoir le retentissement des Têtes brûlées, le maintiennent au sommet. Il reprend aussi ses habits de James West, le temps de deux téléfilms, Le Retour des Mystères de l’Ouest et Les Mystères du Far West.

En 1977, il se sépare de Joan, puis épouse LaVelda Fann avec qui il aura trois autres enfants, Kaja, Camille et Chelsea. 

Bien qu’il enchaîne les projets pour la télévision, dont la série High Mountain Rangers, dans laquelle jouent deux de ses fils, sa carrière s’essouffle. C’est à ce moment qu’il décide de quitter Malibu pour la vallée de l’Ours.

En 2003, alors qu’il a fait ses adieux à la télévision et au cinéma, il vit un drame. Au volant de sa Jaguar et sous l’emprise de l’alcool, il percute très violemment un autre véhicule. Robert, grièvement blessé, s’en tire avec une paralysie partielle du côté droit. L’autre conducteur, moins chanceux, décédera deux ans plus tard des suites de complications liées à l’accident. Se remet-on d’une pareille épreuve ? Homme d’action, Robert trouve le salut à la radio, animant chaque soir, jusqu’en juillet dernier, une émission de deux heures sur la station nationale CRN Digital Talk Radio. 

Sa famille a demandé à ce qu’en lieu et place des fleurs et couronnes ceux qui le souhaitent fassent des dons aux nombreuses bonnes œuvres militaires que Robert, à jamais marqué par son rôle dans Les Têtes brûlées, soutenait.Adieu major, nous ne vous oublierons pas…

Lili CHABLIS

À découvrir