France Dimanche > Actualités > Roberto Alagna : Traumatisé par la mort de sa femme !

Actualités

Roberto Alagna : Traumatisé par la mort de sa femme !

Publié le 9 avril 2019

Incapable d’être tout à fait heureux, le ténor Roberto Alagna porte son deuil comme une croix.

« Je suis mort avec elle ». Vingt-trois ans après le drame, Roberto Alagna souffre encore durement de la disparition de celle qu’il a tant aimé.

En haut de l’affiche, marié à Aleksandra Kurzak depuis 2015, papa d’une petite fille de 5 ans, le ténor franco-italien ne parvient pas à vivre pleinement son bonheur. Dans chacun de ces moments de joie, il craint le pire. C'est en tous cas ce qu'il a confié à M, le magazine du Monde, ce week-end. « Dès que le bonheur devient trop intense, je freine », révèle l’homme de 55 ans.

La faute à un deuil trop précoce… C’est dans les années 1990 que celui qui interprète actuellement Don Rosé dans Carmen rencontre celle qu’il a longtemps vue comme la femme de sa vie.

À cette époque, Roberto Alagna commence à connaître le succès. Florence, elle, vend des fourrures. Pour la séduire, le chanteur lui interprète une chanson. La jeune femme, âgée d’une vingtaine d’années, tombe sous son charme, quitte son mari et l’épouse. « C’était une fille incroyable, une Bretonne solide, courageuse, qui respirait la santé », se remémore le papa de Ornella (27 ans) qui naît de leur puissant amour en 1992.


Un an plus tard pourtant, leur vie rêvée se transforme en cauchemar. « Tout allait parfaitement dans ma vie, on était heureux, ma carrière explosait. On venait d’avoir une petite fille, on avait acheté une maison, énumère Roberto Alagna. J'étais au volant d'une nouvelle voiture et j'avais l'impression de voler. Nous étions en vacances en Sicile, Florence a eu mal à la tête. On lui a diagnostiqué une tumeur au cerveau, elle est morte quinze mois plus tard ». La mère de Ornella, aujourd’hui âgée de 27 ans, n’en avait alors que 29.

Avec elle, son triste veuf a enterré une partie de sa vie et une partie de lui. Depuis le drame, il « n’a plus jamais dormi » et n’a eu de cesse « de craindre pour la vie de [sa] fille », héritage inestimable légué par sa défunte épouse.

Julia NEUVILLE

À découvrir