France Dimanche > Actualités > Romy Schneider : Gérard Klein a été son dernier rayon de soleil !

Actualités

Romy Schneider : Gérard Klein a été son dernier rayon de soleil !

Publié le 25 mai 2007

1982-2007 : 25 ans déjà. Quelques mois avant sa tragique disparition, la star Romy Schneider a croisé la route d'un jeune comédien plein de promesses...1982-2007 : 25 ans déjà. Quelques mois avant sa tragique disparition, la star Romy Schneider a croisé la route d'un jeune comédien plein de promesses...

Effondrée à la mort de son fils David, l'actrice Romy Schneider a, malgré tout, fini le tournage de "La Passante du Sans-Souci". "Je n'ai jamais eu le temps de m'en expliquer avec personne», avoue le comédien Gérard Klein. «C'est sûr que si tout le monde m'avait trouvé très bien dans le film La Passante du Sans-Souci, c'est surtout parce que j'avais une bonne partenaire !», poursuit-il.

Et quelle partenaire, puisque celle qui lui donne la réplique dans ce film de Jacques Rouffio, n'est autre que la superbe Romy Schneider ! Ce long métrage de 1982, année de sa mort, aura été le soixantième et dernier film de l'actrice franco allemande. Une artiste à la carrière exceptionnelle - couronnée notamment par deux Césars de la meilleure actrice -, mais au destin tragique.

Son enfance, marquée par la séparation de ses parents dès l'âge de 5 ans, n'est que le début d'une vie rythmée par des événements plus dramatiques les uns que les autres. En 1959, elle se fiance avec Alain Delon, qui la quitte au bout de cinq ans d'une passion orageuse. En 1966, elle se marie avec Harry Meyen, qui deviendra le père de David, son premier enfant.

Un an plus tard, le père de Romy décède, puis elle se sépare de son mari en 1972. Trois ans après, elle épouse son secrétaire Daniel Biasini. Après avoir perdu un premier enfant en 1976, elle accouche prématurément, l'année suivante, de Sarah. La série noire continue, puisqu'en 1979, Harry Meyen, son ex-mari met fin à ses jours.

Romy mettra du temps à s'en remettre. Et comme si le mauvais sort avait décidé de s'acharner inlassablement sur la malheureuse, elle vit ensuite le pire drame qu'une mère puisse endurer : la mort de son enfant.

En effet, le 5 juillet 1981, son fils David meurt d'un tragique accident. En escaladant une grille, David s'empale sur une pointe d'acier et succombe à une perforation intestinale. Il n'avait que 14 ans...

Malgré ce terrible deuil, Romy respecte tous ses engagements et poursuit le tournage de La Passante du Sans-Souci. «Pour ce film, se souvient Gérard Klein, j'ai été nominé aux Césars pour le meilleur second rôle, alors que je venais de tourner mon premier vrai longmétrage. J'étais très flatté. Mais je le devais surtout à Romy. Alors que je n'étais qu'un débutant dans le métier, elle m'a beaucoup fait travailler ! Elle voyait bien que j'avais la trouille, alors c'est elle qui m'a proposé de répéter le texte de nombreuses fois. Je me souviens avoir passé des heures avec elle dans les loges, pendant le maquillage. D'ailleurs, on était devenu tellement complices qu'elle n'hésitait pas, notamment, à se montrer avec ses bigoudis devant moi. C'était quand même agréable!»

Hormis le goût du travail bien fait, Gérard et Romy avaient un autre gros point commun. «J'ai fait près de neuf ans d'allemand à l'école, et donc cela nous a rapprochés encore plus. On parlait dans la langue de Goethe et ça nous faisait rire. Elle était vachement contente. Moi, je l'appelais "Frau Schneider", et elle "Herr Klein". Ça nous faisait d'autant plus rire que les autres ne comprenaient rien du tout à ce qu'on se disait.»

Rires

C'est donc une réelle complicité qui se crée entre les deux comédiens, qui ont à peine quatre ans d'écart. «On s'était pris d'amitié l'un pour l'autre, confirme-t-il. Et c'est vrai que malgré sa grande tristesse, sa vie terrible, on a beaucoup ri tous les deux. Je n'arrêtais pas de blaguer avec elle ! Je me souviens d'un repas où elle pleurait carrément de rire. Elle était pourtant si malheureuse... C'est aussi pour ça qu'elle m'aimait bien !»

Dès le départ, La Passante du Sans-Souci avait tout du film maudit. Alors qu'elle s'était cassé une jambe, le tournage avait déjà été retardé. Une fois revenue, Romy doit à nouveau quitter le plateau pour se faire opérer d'un rein. Mais tout cela n'était rien à côté de la mort de son fils, survenue pendant le tournage de ce film...

«Elle ne parlait jamais de ses problèmes, poursuit Gérard. Elle savait qu'on savait et ça en restait là. Le pire, c'est que dans ce film, il y avait plein de scènes dures avec un enfant du même âge que le sien.»

Dignité

Et pourtant, Romy ne laisse rien paraître. D'une dignité impressionnante, elle reprend au contraire le travail avec la même intensité et la même énergie. Une manière comme une autre de faire son deuil !

Malheureusement, quelques semaines après la sortie du film, Romy va se noyer dans le chagrin... et dans l'alcool ! Elle est retrouvée morte, le 29 mai 1982, dans son appartement parisien. Les causes de son décès restent floues. A-t-elle succombé à une crise cardiaque ? À moins que ce ne soit à une overdose de médicaments...

Peu importe! Cela ne change rien à la tristesse de tous ceux qui l'aimaient. «C'était terrible, conclut Gérard. Cela faisait trois mois que je la connaissais. Et brutalement, elle disparaît ! C'était injuste ! Je garderai toujours cette image d'elle : pour notre première scène, nous étions assis face à face. Je me souviens encore de la table placée entre nous, des décors autour... J'étais effrayé. Mais j'ai eu la chance qu'elle soit là. C'était un cadeau du ciel !»

Cela fait vingt-cinq ans que Romy Schneider nous a quittés. Vingt-cinq ans qu'il y a comme un vide dans le cœur de Gérard Klein, tout autant que dans les nôtres...

Jean Joyon

À découvrir