France Dimanche > Actualités > Salvatore Adamo : Brisé par la mort de sa petite sœur !

Actualités

Salvatore Adamo : Brisé par la mort de sa petite sœur !

Publié le 27 février 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Salvatore Adamo

Comme son grand frère, Delizia était tombée très jeune dans la marmite de potion musique. Elle vient de s’éteindre à 67 ans, laissant Salvatore Adamo ivre de chagrin…

Le 23 mai 1984, à l’issue d’une longue tournée, vers 4 heures du matin, Adamo, âgé de 40 ans, s’effondre sur le carrelage de sa cuisine, victime d’un malaise cardiaque. Son état est jugé suffisamment inquiétant pour que le chanteur, aussitôt transporté à l’hôpital, se retrouve placé sous tente à oxygène et interdit de toute visite durant trois jours. Heureusement, il parviendra à se relever de cet infarctus. 

Vingt ans plus tard, toujours au mois de mai, il est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). C’est dans les locaux de France 3 que le chanteur s’écroule brusquement. Cinq semaines d’hospitalisation seront nécessaires avant qu’il puisse rentrer chez lui se reposer. « Mon frère a été victime d’une petite hémorragie cérébrale nécessitant une surveillance très étroite », révèle alors sa sœur Giovanna. Un épisode qui a laissé un goût amer à cet homme autant épris de son public que de sa liberté.

En 2001, une nouvelle fois, l’existence d’Adamo n’a tenu qu’à un fil. À un fil, ou plutôt à un stylo-bille : « En 2001, après le 11 septembre, je suis parti avec l’Unicef emmener 12 millions de vaccins pour les Afghans et les Pakistanais », expliquait-il au Parisien en février 2018. Or, le soir de Noël, à Kaboul, avec son épouse, ils sortent dans les rues. Personne ne leur avait dit qu’il y avait un couvre-feu. « On s’est retrouvés braqués par de jeunes moudjahidins qui nous demandaient un mot de passe, a encore expliqué Salvatore. On n’avait rien. On nous a demandé une cigarette, c’était la première fois de ma vie que je regrettais de ne pas fumer. Je n’avais qu’un stylo quatre couleurs, je leur ai donné, ils nous ont laissés passer. »


Le chanteur a donc conscience que son existence a été émaillée d’accidents qui auraient pu mettre un terme à ses faits et gestes, ainsi qu’il le confiait, toujours au Parisien : « C’est miraculeux d’être encore là, en bonne santé », disait-il, empli de reconnaissance envers son destin. Mais aussi envers ceux qui l’ont si souvent soigné, puisqu’il a écrit pour eux une chanson hommage. Il s’agit du morceau Les Angelots, qu’il a conçu à la fin de sa dernière convalescence. « Mais voici que la vie vient me faire une fleur/Et je crois aux anges/Je te l’avais jamais dit… »

Mais les anges ne se trouvent pas toujours sur le chemin de ceux qui en auraient le plus besoin. Aujourd’hui, à 76 ans, le chanteur doit affronter une nouvelle épreuve, douloureuse, irréversible, qui meurtrit certainement son cœur au plus profond. Sa petite sœur, Delizia, vient de disparaître, à l’âge de 67 ans, après avoir longtemps lutté contre la dépression et la maladie…

Pour Salvatore, Italien né en Sicile, aîné de sept enfants, la famille est ce qui passe avant tout. Et voir un nouveau membre de la fratrie disparaître aujourd’hui doit le faire souffrir mille morts. Il avait en effet déjà eu la douleur de perdre, en 2005, son unique frère, Giuseppe, surnommé « Pipo », de dix ans plus jeune que lui, emporté par un cancer. Il n’avait que 52 ans et exerçait la profession de guitariste auprès de Salvatore… Delizia, elle aussi, était très proche de lui. Elle avait, comme son grand frère, démarré une carrière de chanteuse. Elle n’avait que 14 ans lorsqu’elle a enregistré son premier 45 tours, dont deux titres, Prends le chien et Monsieur le professeur, ont été composés par Salvatore.

Entre 1966 et 1978, elle sortira une dizaine de disques, aussi bien en France qu’aux Pays-Bas, dont les titres Qui te retient ? et Aime-moi sont également signés de la main de son frère. Elle avait aussi suivi des cours d’art dramatique au Conservatoire national de Bruxelles, où elle vivait. En 1975, Adamo lui composait deux nouvelles chansons, Vivre avec toi et Alors le bel été. Delizia avait ensuite poursuivi encore quelques années dans cette voie avec d’autres auteurs et compositeurs, comme Didier Barbelivien.

Hélas, comme l’avait révélé Giovanna Adamo, qui a été l’assistante de la star entre 1987 et 2012, dans son livre, Histoire de la famille Adamo, paru en 2015, ses sœurs, malgré tout l’amour qu’elles lui portaient, ont souffert de l’ombre que sa célébrité a à jamais posée sur elles… Au point que certaines, dans leur jeunesse, n’auraient pas su résister à la tentation de l’alcool ou de la drogue…

Delizia a-t-elle été l’une d’elles ? Ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui la famille Adamo est en grand deuil. Dimanche 9 février, Giovanna a publié sur son fil Facebook ce sobre message, apprenant la triste nouvelle à tous ceux qui la suivent : « Ce soir, mon frère Salvatore, mes sœurs Eva, Salvina, Tina, notre belle-sœur Nicole, et moi, avons l’immense tristesse de vous annoncer le décès de notre chère sœur Delizia. » Elle a joint à ces mots la photo d’une rose éclairée par la lueur d’une bougie et a depuis posté différentes chansons de sa grande sœur.

Aujourd’hui, c’est en effet la tristesse qui a envahi le cœur de la famille Adamo et de tous ceux qui les aiment. Qu’il nous soit permis de leur adresser nos très sincères condoléances.

Laurence PARIS

À découvrir