France Dimanche > Actualités > Maryse Gildas : Seule et abandonnée !

Actualités

Maryse Gildas : Seule et abandonnée !

Publié le 24 juillet 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Presque deux ans après la disparition de Philippe Gildas, le manque est toujours aussi terrible à vivre pour Maryse, sa jolie veuve…

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé », écrivait Lamartine. Ce sentiment, si bien exprimé par le poète, Maryse Gildas ne le connaît hélas que trop. Le 28 octobre 2018, elle perdait son grand amour, Philippe Gildas, vaincu, après des mois de lutte, par le cancer. « Il fallait qu'il parte, ce n'était plus possible », confiait alors celle qui a bataillé, souffert, sans jamais cesser de sourire, aux côtés de son homme.


Le soulagement de le savoir enfin libéré de ce fardeau de douleur n'a cependant pas allégé son chagrin. Même le temps qui, diton, panse toutes les plaies n'a, semble-t-il, pas rempli sa mission. Plus d'un et demi se sont écoulés depuis ce triste jour et, si courageuse soit-elle, Maryse ressent toujours aussi cruellement l'absence. Invitée le 28 juin dernier dans l'émission Que sont-ils devenus ? sur la chaîne Non Stop People, la veuve de 80 ans confiait son désarroi à Jacques Sanchez : « Je suis seule, un peu abandonnée. Il est là mais je suis seule. […] Ça a été très très dur, la fin était très dure. »

Comment en serait-il autrement quand on sait à quel point ces deux-là étaient tout l'un pour l'autre ? Leur magnifique histoire d'amour a pourtant pris son temps pour éclore. En effet lorsqu'ils se rencontrent, pour la première fois, c'est autour d'un micro, dans les locaux d'Europe 1. Un beau jour de 1976, Maryse, qui est depuis longtemps déjà la voix de la station, voit débarquer ce nouveau rédacteur en chef, avec lequel elle va animer la matinale. « Dès le début du 6-9, il y a eu comme, pas une attraction, mais une complicité naturelle », expliquait-elle dans un entretien accordé à Philippe Vandel.

Elle admire ce journaliste talentueux qui toutes les demi-heures, écrit et présente les infos. Il est subjugué par cette « voix en or », comme il le confiait à Paris Match : « Maryse a l'art d'occuper les ondes. C'est-à-dire qu'elle parle et qu'on l'écoute quoi qu'elle dise. » Cette osmose est purement professionnelle. Philippe est marié, et père de trois garçons, Gildas, Hervé et Christophe. Maryse, maman de Valérie Leulliot, devenue chanteuse du groupe Autour de Lucie, est elle aussi en couple.

En 1983, Philippe Gildas, promu directeur de l'antenne, abandonne la matinale, laissant sa collègue désemparée. « Il était une épaule et il était tellement charmant », racontait-elle encore. La jolie blonde est doublement malheureuse, puisqu'à la même époque, l'homme qui partageait son existence la quitte. S'est-elle souvenue de cette phrase que lui avait glissée Philippe quelques mois plus tôt : « Tu sais, Maryse, un jour on aura une histoire, et un jour je te ferai l'amour ! » ? Lui, en tout cas, ne l'a pas oubliée. Apprenant qu'elle traverse une mauvaise passe, il s'invite chez elle. Cette soirée sera un déclic, comme l'animatrice s'en amusera des années plus tard : « Je voyais bien qu'il y avait un intérêt, qu'il y avait quelque chose qui se passait. » Elle en est la première surprise. Alors âgée de 43 ans, elle pensait n'avoir plus rien à attendre de l'amour… Mais ce qu'elle vit avec Philippe ne ressemble à rien de ce qu'elle a connu auparavant.

Aux côtés de ce Breton doté d'un caractère de chien et d'une incroyable mauvaise foi, elle découvre le bonheur total, absolu : « Je ne savais pas qu'on pouvait être si heureuse », avouait-elle. Il la fait rire, elle le fait changer. Auprès de cette femme magnifique qui mesure sept centimètres de plus que lui, ce grand timide n'a plus peur. Grâce à ses conseils avisés en matière de look, il rajeu-nit même de vingt ans ! Prêt à tout pour elle, Philippe, qui n'est pas encore divorcé, organise en 1984 un faux mariage devant 400 personnes pour célébrer leur amour. Ils attendront encore six ans pour s'unir officiellement devant monsieur le Maire…

Devenu star de Canal +, avec Nulle Part ailleurs, son « meilleur souvenir de télé », le natif d'Auray, dans le Morbihan, continue chaque matin d'accompagner son épouse, restée sur Europe 1, au parking où est garée sa voiture, comme elle le racontait dans Paris Match : « À 6 heures 20 exactement, il enfile un peignoir et m'accompagne à la voiture. J'ai simplement pour consigne de ne pas lui parler. En fait, je le soupçonne de dormir encore en marchant. Mais tous les jours, il est là, près de moi. »

Durant trente-cinq ans, Maryse a savouré cette joie simple et rare de s'endormir et de se réveiller auprès de celui qui était tout à la fois son amant, son confident, son ami, son père. De tendres souvenirs qui lui donnent aujourd'hui la force de poursuivre la route, seule. Elle a en effet gardé toutes les affaires de son homme, comme elle s'en ouvrait l'année dernière dans Gala : « Ici, dans notre nid, je suis encore presque collée à lui, je sens qu'il est là et ça fait du bien. »

Même la mort ne peut séparer ceux qui s'aiment vraiment. De cela, Maryse Gildas en est convaincue. Du fond de sa solitude brille cette lueur à laquelle elle se raccroche à chaque instant : « Il est présent, il est là, je sens qu'il peut me protéger », vient-elle en effet de confier à Jacques Sanchez.

Le 22 juin, elle soufflait ses 80 bougies, sans doute entourée de proches, très présents depuis son veuvage. Nul doute que ce jour-là, Philippe était de la partie.

Là et nulle part ailleurs…

Lili CHABLIS

À découvrir