France Dimanche > Actualités > Sheila : "Ludo est là, près de moi, je le sens !"

Actualités

Sheila : "Ludo est là, près de moi, je le sens !"

Publié le 22 juillet 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Tandis que Sheila affronte avec courage le troisième anniversaire de la mort de son fils, elle affirme communiquer avec lui dans l’au-delà.

Elle a vécu ce qu’une mère peut affronter de pire au cours de son existence : la perte de son enfant. C’est pourtant avec courage et dignité que Sheila a dit adieu à Ludovic, son fils adoré, le 8 juillet 2017, décédé à 42 ans des suites d’une surdose de médicaments. Cette plaie au cœur ne se refermera jamais, lui rappelant à chaque instant que cet être, qu’elle avait porté dans sa chair, et élevé seule durant de longues années, ne sera plus… Non, rien ne saura réparer ce manque ni combler cette absence. Le chagrin est là et ne s’estompera pas…


Pourtant, à l’annonce de la disparition de son Ludo, il y a exactement trois ans, la star, si forte, si résiliente, ne s’était pas laissée aller à déposer les armes et à s’effondrer. Elle avait en effet agi comme elle le fait toujours afin de rester debout face aux épreuves : au lieu de sombrer au plus profond de sa peine et traverser ce terrible deuil dans l’ombre et la solitude, la star était immédiatement remontée sur scène, trouvant dans la lumière des projecteurs et la rencontre avec son cher public, le moyen de faire face à ce marasme.

Une attitude face à cette innommable catastrophe qui a surpris nombre de ses fans… Comment cette maman endeuillée parvenait-elle à reprendre ainsi le cours de sa carrière au lendemain de cette terrible épreuve ? Insensible, Sheila ? Bien sûr que non !

D’ailleurs, à peine six mois après le décès de son cher ange, l’ex « Petite Fille de Français moyens » montrait à tous ceux qui en doutaient que, derrière cette apparente sérénité, son âme était tout simplement en miettes : « Le jour de sa mort, c’est comme si on m’avait arraché une partie de mon corps, avait-elle confié au magazine Gala en décembre 2017. Il me manque tellement, et cette absence est insupportable à vivre. […] Je me suis dit à un moment, je vais partir loin, très loin. Je ne suis pas suicidaire, même si dans les instants de grand désespoir, une folie est toujours possible. »

Une confidence inquiétante, très inhabituelle, venant de cette grande dame de la chanson française si résolument optimiste… Malgré cet accablement, l’interprète de Spacer ne faiblit jamais. Et si la grande Faucheuse a durement frappé son entourage – ses parents, André et Micheline, se sont éteints à seize jours d’intervalle en 2002, alors qu’elle se produisait sur la scène de l’Olympia à Paris – l’ex-yé-yé ne sombre jamais totalement dans une inextinguible tristesse, tout simplement parce qu’elle croit avec ferveur que notre âme nous survit !

Ce n’est un secret pour personne, Sheila ne s’en est jamais cachée et l’a souvent confié dans la presse, pour elle, il y a bien une vie après la mort : « Je me dis que je suis entourée de nombreux esprits, de gens qui m’aident, expliquait-elle d’ailleurs le 10 avril dernier dans La République du Centre, alors qu’elle était confinée dans sa maison située à Flexanville, dans les Yvelines. Il faut savoir n’en tirer que du positif. De plus, chacun a sa route. Avec ce que l’on vit actuellement, on en sortira forcément différent. Et j’espère, du plus profond de mon cœur, que l’on se rende compte à quel point les autres nous manquent. Qu’est-ce que l’on est malheureux lorsqu’on n’a pas les autres ! La gloire, la notoriété, les soi-disant amis, ce n’est rien par rapport à la connaissance profonde des autres. C’est un besoin. »

Une prise de conscience sur laquelle l’auteure des Chemins de lumière, publié chez Jean-Claude Lattès en 1993, est revenue tout récemment, dans les pages de nos confrères de VSD, évoquant ses certitudes d’une existence dans l’au-delà, et ses « conversations » avec le regretté Ludovic Chancel : « Je vais faire court, là-dessus […], a-t-elle expliqué. À la base je suis une mère, et une mère qui perd son fils, ce n’est pas dans la normalité. Mais je crois en la réincarnation, et au moment où je vous parle, Ludo est là, près de moi, je le sens. Après un tel drame, soit on s’écroule, soit on reste debout. Ludo n’aurait pas aimé voir sa mère s’écrouler. […] Je sais qu’il est là derrière et qu’il me tient debout. »

Peut-être est-ce en effet la sensation de la présence de cet enfant auprès d’elle qui la garde si vivante à 75 ans – qu’elle fêtera le 16 août prochain. Peut-être est-ce bien cette croyance profondément ancrée qui la pousse à poursuivre sa route quoi qu’il lui en coûte et envisager encore et encore de nombreux projets d’avenir. Ce qui est sûr, c’est que cette belle âme n’a pas flanché depuis ce sinistre jour de juillet 2017 ! L’interprète de Bang Bang s’est entourée de jeunes musiciens, le groupe H-Taag qui l’a soutenue dans cette période douloureuse. Elle vient aussi de sortir une nouvelle chanson, intitulée 7e Continent, disponible en téléchargement, et jouera les animatrices sur radio Nostalgie en Belgique tout l’été…

Où qu’il se trouve, Ludovic doit être heureux de voir que sa maman n’a jamais perdu l’espoir et qu’elle continue de donner du bonheur autour d’elle, comme elle le fait sans relâche depuis ses débuts il y a cinquante-huit ans !

Clara MARGAUX

À découvrir