France Dimanche > Actualités > Sissi : Les dix secrets d'une impératrice intemporelle !

Actualités

Sissi : Les dix secrets d'une impératrice intemporelle !

Publié le 8 janvier 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Depuis le 23 décembre, TF1 diffuse une série inédite en s ix épisodes, sobrement intitulée “Sissi”… l'occasion de revenir sur la célèbre saga qui a lancé la carrière de Romy Schneider !

FAISONS FI DU PASSÉ

1. Le premier fi lm de la trilogie d'Ernst Marischka avait pour but d'occulter le passé nazi de l'Autriche, dix ans après la fi n de la guerre. L'idée du réalisateur était de donner à Élisabeth de Wittelsbach, duchesse en Bavière, et à ses amours avec l'empereur François- Joseph Ier, une image glamour.


MEUBLES D'ÉPOQUE

2. Pour renforcer le réalisme des fi lms, tournés en partie au château de Schönbrunn, résidence d'été des Habsbourg située au cœur de Vienne, le décorateur Fritz Jüptner-Jonstorff s'était procuré des meubles d'époque. Ils sont toujours exposés au musée du Meuble de la capitale autrichienne pour la plus grande joie des fans de Sissi qui s'y précipitent encore !

SISSI, LE RETOUR

3. Malgré le souvenir cuisant de ses trois incartades dans la peau d'Élisabeth d'Autriche, Romy accepte de camper à nouveau ce personnage historique en 1973 pour Luchino Visconti dans Ludwig : le crépuscule des dieux. Le cinéaste italien a choisi de la représenter de façon plus tragique, plus sombre et plus complexe. Une vision bien plus proche de la réalité que celle un peu plus mièvre portée par la trilogie d'Ernst Marischka.

PLUS FORTE QUE SCARLETT !

4. Le premier volet de la trilogie sorti en 1955, a eu plus de succès qu'Autant en emporte le vent. Le visage de Romy Schneider s'affi che alors sur des centaines de produits dérivés, briquets, poupées, porcelaine… D'où l'enchaînement rapide des suites, avec Sissi Impératrice et Sissi face à son destin, destiné à conserver l'engouement du public.

MÈRE ABUSIVE

5. Magda Schneider, qui avait été très proche du régime nazi, a profité de la saga pour redorer son blason et améliorer son train de vie aux frais de sa fi lle ! La maman de Romy incarne en effet la duchesse Ludovica, la mère de Sissi. Omniprésente sur le tournage, elle contrôle d'une main de fer la vie de sa fi lle, la surveille sans cesse et l'infantilise… Pour qu'elle entre dans les corsets serrés d'Élisabeth, cette femme à l'autorité abusive soumet la malheureuse Romy à un régime draconien. Mais pour agacer sa redoutable génitrice, la jeune fi lle grille des cigarettes et se bourre de gâteaux au chocolat entre les prises ! Magda éructe : « Une princesse d'Autriche ne fume pas et fait attention à sa ligne ! »

ESCROQUÉE !

6. Pour le troisième opus des Sissi, Romy, déjà superstar en Europe, reçoit la somme faramineuse de 600 000 deutschemarks. Maman Schneider, qui négocie ses contrats et perçoit ses cachets, exige pour elle-même un montant de 100 000 deutschemarks, alors que son rôle est secondaire et peu contraignant. Sa fi lle, âgée de 19 ans, ne touche pas le moindre pfennig, car elle est mineure (la majorité est alors à 21 ans). C'est le sulfureux Hans-Herbert Blatzheim, son beau-père, un restaurateur de Cologne qui engloutit sa fortune dans ses hôtels et brasseries.

UNE CHEVELURE DE POIDS !

7. Les impératrice cheveux de la véritable descendaient, dit-on, jusqu'aux talons, et il fallait une journée entière pour les coiffer ! Mais la chevelure que portait Romy Schneider dans les fi lms était une perruque, et elle pesait si lourd – environ 6 kg – qu'au bout de plusieurs heures de tournage, la comédienne souffrait d'insupportables maux de tête et de douleurs cervicales.

DESTINÉES TRAGIQUES

8. Si Romy Schneider était une femme f ragile, brisée par les ruptures et dévastée par les deuils, le destin de la véritable Sissi ne fut pas plus heureux… La vie à la cour de Vienne était cruelle pour la jeune impératrice qui était épiée, en particulier lorsqu'elle avait à accomplir son devoir conjugal. Si l'affection qu'éprouvaient les époux était bien réelle, Sissi ne se trouvait que rarement auprès de son mari, préférant dilapider sa fortune en voyages, robes et bijoux. De plus, elle connaîtra des deuils extrêmement douloureux, dont celui de sa fi lle aînée, Sophie, âgée de deux ans et de son fi ls unique, l'archiduc Rodolphe. Élisabeth était aussi obsédée par sa minceur, mangeant peu et pratiquant plusieurs disciplines sportives de haut niveau pour garder sa taille de guêpe.

PAS DE QUATRIÈME VOLET

9. Dans la peau de l'impératrice, Romy Schneider se sentait, selon ses propres mots « comme une pâtisserie viennoise que l'on voudrait dévorer ». Elle a détesté incarner ce personnage de femme parfaite. L'actrice a d'ailleurs refusé de tourner le quatrième volet, malgré le pont d'or qu'on lui offrait, et contre l'avis de sa mère. Enfi n libérée de l'emprise délétère de Magda, elle s'est même rapidement expatriée en France ! La presse populaire allemande tire alors sur elle à boulets rouges et titre : « L'ingrate a trahi notre Sissi ! »

ET FRANZ DANS TOUT ÇA ?

I0. Le nom de Karlheinz Böhm ne vous dit peut-être rien, c'est pourtant lui qui incarne l'empereur François- Joseph e, r mari de Sissi. Le comédien a aussi joué avec Romy Schneider dans Kitty à la conquête du monde en 1956, avant des rôles moins légers comme dans Le Voyeur, de Michael Powell, ou Les Quatre Cavaliers de l'apocalypse, de Vincente Minnelli. L'acteur autrichien a succombé à la maladie d'Alzheimer en 2014.

Clara MARGAUX

À découvrir