France Dimanche > Actualités > Sonia Rolland : Sa mère frappée par un AVC !

Actualités

Sonia Rolland : Sa mère frappée par un AVC !

Publié le 14 juin 2015

Dans “Le vagabond de la baie de Somme”, Miss France 2000, Sonia Rolland incarne une jeune magistrate en pleine tragédie… alors qu’elle-même a vécu un double drame.

Vous ne saviez pas trop quoi regarder à la télévision ce samedi 6 juin ? Ne cherchez plus, on a trouvé pour vous ! À 20 h 50, zappez sur France 3. Durant plus d’une heure et demie, Sonia Rolland va vous emmener du côté d’Abbeville et du Crotoy grâce au téléfilm policier palpitant et douloureux dont elle est le personnage principal : Le vagabond de la baie de Somme.

Cette histoire de meurtre d’un SDF qu’Aurore Debac, la belle substitut du procureur, tente d’élucider est palpitante grâce à un scénario terriblement efficace. Le côté douloureux est tout entier assumé par l’héroïne, jeune femme adoptée n’ayant pas connu ses parents biologiques, bouleversée par la mort récente de sa sœur et choquée par un grave accident de la route, qui la contraint à de longues et pénibles séances de rééducation.

Dans ce rôle, Sonia Rolland est troublante d’authenticité. Et cela n’a rien d’étonnant quand on découvre le dessous des cartes.

Sonia Rolland sourireChocs

Le tournage de ce téléfilm s’est déroulé fin 2014, année qui restera sans aucun doute comme l’une des pires dans la vie de Miss France 2000, comme elle vient de le révéler dans Télé 7 Jours. Elle avait commencé par le drame le plus terrible qu’une fille aimante puisse affronter. À savoir la mort de son père, qui s’est éteint au mois de janvier.

Sonia Rolland était encore sous le premier choc de ce deuil quand est arrivé le début de l’été. Elle se disait peut-être que la belle et chaude saison allait l’aider à remonter la pente. Elle se trompait cruellement.

À ce moment, déjà orpheline de son père, Sonia a dû faire face à l’accident vasculaire cérébral (AVC) qui a terrassé sa mère ! Celle-ci, heureusement, s’en est sortie, mais avec de lourdes séquelles puisqu’elle ne se déplace plus aujourd’hui qu’en fauteuil roulant.

Chagrin

De ces deux coups de massue infligés l’un après l’autre, Sonia est sortie fragilisée et amaigrie ; au point de ne pas être sûre d’être à la hauteur lors du tournage qui s’annonçait.
Or c’est tout le contraire qui s’est produit. Puisant dans son chagrin et ses souffrances une profondeur de jeu nouvelle, Sonia, comme vous le constaterez vous-même, n’a jamais été aussi juste que dans son incarnation d’Aurore Debac, cette magistrate elle aussi percluse de douleurs.

Bien sûr, aucun succès professionnel, aucune réussite artistique ne peut effacer un deuil. Mais ils peuvent être, on le souhaite à Sonia Rolland, le baume qui permet d’en rendre moins cruelles les atteintes.

Pierre-Maris Elstir

À découvrir