France Dimanche > Actualités > Sophia Loren : Elle a refusé d'épouser Cary Grant !

Actualités

Sophia Loren : Elle a refusé d'épouser Cary Grant !

Publié le 29 octobre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

En 1956, sur le tournage du film “Orgueil et passion”, la bellissima de 22 ans Sophia Loren rencontre le playboy américain de 52 ans. C'est l'amour aux trousses…

De toutes les actrices flamboyantes et exceptionnelles que compte le septième art, elle est l'une des plus remarquables. Par sa beauté, bien sûr, qui crève les yeux et l'écran, mais aussi par ce que les Américains appellent un « je-ne-sais-quoi », sorte de supplément à la fois d'âme et de grâce, qui fait qu'une fois que l'on a vu Sophia Loren dans un film, on ne l'oublie plus jamais.

Tous les privilégiés qui l'ont approchée en chair et en os, qui l'ont vue se mouvoir devant eux et ont entendu sa voix envoûtante, ont encore plus été frappés par cette évidence : Sophia Loren était une reine. Une reine du cinéma, mais aussi une reine tout court, de ces rares personnes qui donnent envie de bien se tenir… Parmi ceux qui ont rencontré cette espèce de déesse mi-chatte mi-humaine, des hommes, beaucoup d'hommes, sont évidemment tombés sous son indubitable charme.

Un charme au sens premier du mot, un « enchantement », une séduction qui tient de la magie… Ce charme, c'est son arme. Celle qui l'a fait sortir d'une enfance difficile, près de Naples, avec un père qui n'acceptait pas de le devenir…

En 1956, elle ne l'avait vu que deux fois, à 5 ans et à 17… Elle ne le reverra qu'une ultime fois, à 42 ans, sur son lit de mort. Sophia a une grande revanche à prendre sur la vie. Car ce rejet de son père l'a profondément blessée. Et sa détermination va œuvrer. Son physique hors norme lui a ouvert les portes du cinéma. En 1951, lors d'un concours de beauté, elle a rencontré le grand producteur Carlo Ponti, de vingt-deux ans son aîné… Ayant eu le coup de foudre, il prend sous son aile cette starlette, bien décidé à en faire une star. De son côté, Sophia a peut-être trouvé l'épaule qui lui a tant manqué durant sa jeunesse…

Or, Ponti est marié, et en Italie le divorce est interdit. Devenue sa maîtresse, Sophia enflamme le pays puritain, qui conspue la jeune actrice. Pourtant, elle sait ce qu'elle veut : épouser son imprésario, faire sa vie avec lui. En 1956, un an après que son pygmalion lui a obtenu la couverture du prestigieux magazine Life, Sophia est choisie pour le film Orgueil et Passion, de Stanley Kramer, aux côtés de deux autres stars : Frank Sinatra et Cary Grant. Mais lorsque l'actrice rencontre pour la première fois celui qui vient de tourner La Main au collet, du maître Hitchcock, son cœur s'arrête de battre… « J'ai cru que j'allais défaillir », a-t-elle raconté, des années plus tard, en 2014, en rédigeant son autobiographie Hier, aujourd'hui et demain (Flammarion).

Sophia ne va pas défaillir, mais elle va succomber à ce 1,87 mètre de séduction pure… La reine du cinéma a trouvé son roi. D'autant que, comme Carlo Ponti, Cary est nettement plus âgé qu'elle : il a à 52 ans, et elle, 22…

Cet écart d'âge, qui, pour certaines, serait rédhibitoire, a tout pour la séduire et la rassurer. Lors du tournage, qui dure six mois, en Espagne, loin de tout, et surtout de tous, les deux comédiens se rapprochent. Seul bémol : ils sont tous deux en couple. Sophia avec Carlo, Cary avec sa troisième épouse, Betsy…

Mais à Madrid, sous le soleil, dans l'ambiance si particulière des tournages où la réalité semble s'être absentée, plus rien ne paraît compter. Les deux artistes sentent qu'ils se sont trouvés. L'osmose entre eux est si forte, que bientôt Cary demande à la jeune femme de s'engager… « Sophia, je veux quelque chose de toi, une lettre… même un coup de poing ! » lui lance-t-il, espérant qu'elle comprendra et répondra à son appel. Sans doute la violence de ses sentiments atteint-elle la comédienne, puisqu'elle écrira dans ses mémoires : « J'étais de plus en plus tiraillée, entre deux hommes et surtout entre deux mondes… »

Et la réponse que Cary attend avec tant d'ardeur tarde à venir. N'y tenant plus, au jour ultime du tournage, oubliant son orgueil pour laisser parler sa passion, il joue son va-tout : « Veux-tu m'épouser ? » lui lance-t-il, les yeux dans les yeux… Le silence de Sophia n'en dit pas plus. Quelques heures plus tard, le film terminé, chacun reprend sa route. Sophia part en Grèce pour un nouveau tournage… Lorsqu'elle arrive dans sa chambre d'hôtel, elle trouve un bouquet de roses accompagné d'un mot : « Pardonnez-moi, ma chère – je vous presse trop. Priez – et moi aussi. Jusqu'à la semaine prochaine. Adieu, Sophia. Cary. » Il n'y avait aucun rendez-vous de prévu. Cette mention n'était qu'un espoir. Un fol espoir de Cary Grant.

Mais l'actrice a pris sa décision : ce sera Carlo et personne d'autre. Pourtant, l'année suivante, elle continue de recevoir d'immenses gerbes de fleurs, adressées par l'acteur. Il n'a pas abandonné. « Cary m'a envoyé un bouquet de roses jaunes. Le jaune de la jalousie ? Comme il est mignon… » dit-elle un jour à Carlo. En guise de réponse, celui-ci lui assène une gifle magistrale… « Je savais que, d'une certaine manière, je l'avais bien cherché […], a-t-elle raconté. J'avais enfin reçu la confirmation que j'attendais depuis si longtemps : Carlo m'aimait. » Voilà comment un bouquet de roses jaunes a marqué la fin d'une idylle romanesque, entre le séduisant Cary et la somptueuse Sophia…

Laurence PARIS

À découvrir