France Dimanche > Actualités > Sophie Davant : Elle avoue sa faute !

Actualités

Sophie Davant : Elle avoue sa faute !

Publié le 25 avril 2017

Dans son livre, l’animatrice Sophie Davant confesse la raison de sa rupture avec  Pierre Sled, il y a cinq ans.

En 2004, Sophie Davant est au sommet de sa carrière télévisuelle : responsable du service Météo, elle coanime le Téléthon et fait les belles heures des matinées de France 2 avec C’est au programme.

Comme l’a dit Laurent Ruquier en la recevant le 8 avril dans On n’est pas couché, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, Il est temps de choisir sa vie (Albin Michel) : « Sophie est madame France 2 depuis plus de vingt ans. » Mais madame France 2 a longtemps été aussi madame Sled.

->Voir aussi - Sophie Davant : L'amour de sa vie en danger de mort !

Lorsqu’ils se sont rencontrés en 1989, puis mariés trois ans plus tard, Pierre Sled était un journaliste sportif en vue, de l’équipe de Charles Biétry, sur Canal +, avant de rejoindre sa belle en présentant Stade 2. Et si étrange que cela puisse paraître, l’Ina ne conserve dans ses archives qu’une seule émission animée par le couple le plus charmant du petit écran.

En 2004 justement, mari et femme coprésentent, sur France 3, la deuxième édition du Concours Eurovision de la chanson junior. Leur troisième enfant, sachant que, onze et neuf ans plus tôt, ils ont mis au monde Nicolas et Valentine. En conjuguant une telle réussite professionnelle et privée, le couple Sled semble indestructible.

->Voir aussi - Sophie Davant : Elle évoque sa relation avec Jean-Luc Delarue !

Culpabilité

Et pourtant, en 2012, Sophie décide de mettre un terme à ces vingt-trois ans d’amour. Une période difficile, qu’elle retrace dans son dernier ouvrage. Dans cet essai, où elle associe à ses confessions des conseils pour les autres femmes de sa génération, l’ancienne animatrice de Fort Boyard révèle qu’à cette époque elle venait de « tomber amoureuse d’un autre homme » ! Une relation adultère qu’elle justifie par le fait que son couple avec Pierre « était à bout de souffle ».

Deux ans avant la sortie de son livre, déjà, elle expliquait sur France Bleu : « Lorsque mon ami psy m’a demandé : “Aimes-tu la femme que tu es en présence de ton mari ?” j’ai réalisé que c’était une question clé ! À cette époque-là, je me sentais un peu niée, et puis il me faisait des reproches. Je ne lui offrais pas ce qu’il attendait et réciproquement. »

Seulement, quoique se sentant « sentimentalement disponible », la journaliste a souffert de cette nouvelle idylle : « Bien que je fusse passionnément amoureuse, la tristesse de remettre en cause les équilibres que Pierre et moi avions construits depuis plus de vingt ans pesait sur moi. » Sans doute n’avait-elle pas eu le temps de tourner la page de sa longue histoire d’amour avec son mari.

« Après vingt-trois ans, cette séparation, même choisie en commun, a été douloureuse […] Je suis partie parce qu’on n’arrivait pas à se retrouver vraiment. Je n’étais plus en phase avec ce que nous vivions. […] C’est, bien sûr, compliqué et douloureux de faire le deuil d’une relation aussi longue, on éprouve beaucoup de culpabilité de ne pas avoir su vieillir ensemble. »

Dès lors, elle comprend que sa liaison avec l’écrivain Erik Orsenna, de seize ans son aîné, est arrivée trop vite. Sophie n’avait pas encore fait son deuil. « Je cherchais à ce que mon compagnon m’apaise, à ce qu’il me comble sans réussir à comprendre ce manque que je cherchais à combler. Il me répétait en boucle : “Je t’ai rencontrée trop tôt ! Tu n’es pas sortie de ton histoire précédente.” »

De fait, leur romance n’a duré qu’un an. Une étape hélas nécessaire avant que Sophie Davant, coanimatrice des Mille et une vies, ne choisisse enfin la sienne…

Pierre-Antoine Brionne

À découvrir

Sur le même thème