France Dimanche > Actualités > Sophie Davant : “Je me sens bien inutile face à la pandémie !”

Actualités

Sophie Davant : “Je me sens bien inutile face à la pandémie !”

Publié le 1 mai 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Sophie Davant

Désarmée face à l’ampleur de la crise, Sophie Davant a décidé de se séparer de ce qui lui est le plus cher pour la bonne cause.

Le confinement mis en place depuis le 16 mars oblige les Français à rester chez eux. Mais pas toujours évident de tromper l’ennui lorsqu’on se retrouve claquemuré chez soi entre quatre murs ! À l’instar de Sophie Davant, bien décidée à ne rien lâcher, vivre cette épreuve difficile offre aussi l’occasion de faire le point. Une introspection qui peut se révéler positive en incitant à revoir ses priorités une fois cette crise sanitaire sans précédent terminée ! Loin de ses enfants, confinés chez leur père, le journaliste Pierre Sled, l’animatrice d’Affaire conclue s’est retrouvée seule, du jour au lendemain, recluse dans une maison « sans jardin » en Normandie.

Bien déterminée à ne pas se laisser abattre, elle a décidé de s’organiser. Studieuse, elle a même démarré l’écriture d’un nouveau livre, comme elle l’a raconté à TV magazine : « J’ai reçu un coup de fil de mon éditrice qui s’est dit que j’avais du temps devant moi, donc c’est le moment ou jamais d’écrire. On a réfléchi ensemble à un sujet et je m’y attelle. » La solitude ne lui fait pas peur, bien au contraire ! « J’aime bien me retrouver avec moi-même et prendre le temps de réfléchir, de méditer un peu sur tout », confie-t-elle, philosophe.


Pleine de projets pour l’avenir, celle qui a l’habitude de présenter le Téléthon a fait savoir à France 2 qu’elle était disponible pour animer, après le déconfinement, une émission caritative et solidaire. « Et je me demande même si je ne vais pas m’investir bénévolement, me mettre au service de personnes qui en ont besoin », insiste-t‑elle. 

Mais en attendant, pas question pour la jolie Sophie de se « laisser aller ». Elle s’impose un « emploi du temps structuré ». La séduisante quinquagénaire débute ses journées par une session de sport avec « des abdos et soulever des poids pour faire travailler les bras ». Ensuite, cette bosseuse acharnée s’installe derrière son bureau : « Je m’astreins à 2-3 heures d’écriture le matin et 2 heures l’après-midi ». Quel rythme !

Elle poursuit sur sa lancée en enchaînant les tâches quotidiennes sans flancher : « Je fais mon ménage, ma cuisine, mes courses… » Sans oublier son module de 15 minutes d’Affaire conclue à la maison, diffusé en direct à 18 heures depuis chez elle. Un planning serré qui force le respect ! Seulement voilà, toutes ces activités ne suffisent pas à lui faire oublier que des milliers de malades touchés par le coronavirus, sont en réanimation dans les hôpitaux de France. « Horrifiée par l’actualité », la journaliste de 56 ans, se dit qu’elle ne peut rester plantée là les bras croisés, sans réagir face au « nombre de morts qui s’accroît tous les jours ».

Mais que faire ? « Je me sens bien inutile en ce moment face à la pandémie », concède-t-elle avec désarroi. Comme beaucoup, Sophie a profité de ce temps de repli chez soi pour faire du tri. Et c’est avec une réelle émotion que l’animatrice, originaire de Bordeaux, a exhumé une collection, religieusement conservée, d’une grande valeur sentimentale, de photos et de peintures sur papier ayant pour thème sa belle région. En contemplant ces merveilles, Sophie a senti les larmes lui monter aux yeux.

Elle le raconte avec beaucoup d’émotion : « J’ai passé mon enfance sur le bassin d’Arcachon, où nous habitions à l’Institut océanographique. Mon père étant ornithologue, il a contribué à la création de la réserve naturelle du banc d’Arguin en 1974. J’ai surveillé les oiseaux, les sternes caugek, auprès des guides assermentés, et j’ai passé mon temps sur la plage… Ce sont des souvenirs merveilleux, des lieux baignés d’une lumière incroyable. Le banc d’Arguin représente pour moi le plus bel endroit du monde. »

Mais pourquoi garder égoïstement un trésor inestimable alors qu’en ce moment les chercheurs qui travaillent sur le coronavirus ont tellement besoin de moyens ? Devenue une experte des objets anciens et des enchères depuis qu’elle présente Affaire conclue aux côtés de collectionneurs de renom comme Pierre-Jean Chalençon ou encore d’antiquaires avertis à l’instar de Caroline Margeridon, elle a soudain une illumination.

Pourquoi ne pas vendre ce qu’elle a de plus cher au monde afin de reverser ensuite l’intégralité de la somme récoltée dans le cadre de l’opération « Tous unis contre le virus », cet appel aux dons lancé par la Fondation de France, l’AP-HP et l’Institut Pasteur ? Une bonne action pour une noble cause ! C’est ainsi que Sophie a décidé de proposer aux acheteurs, entre le 14 et 20 avril prochain, sur la célèbre plateforme d’enchères eBay, (qui lance son service d’estimation), cette collection si chère à son cœur : « Par goût, j’ai sélectionné des aquarelles du Bassin, des photos anciennes, des instantanés de la vie, des plages, des parcs à huîtres, des ostréiculteurs, mais aussi de Bordeaux, qui est ma ville natale et où j’ai suivi mes études. Cette vente est pour moi un moyen de contribuer à la lutte contre le virus et donner des moyens à la recherche, en matière de protection et de médicaments », a expliqué Sophie.

Et comme une lumineuse idée en appelle souvent une autre, elle espère que son exemple fera des émules : « Il faut que tout le monde suive mon initiative, trouve un objet et le mette en vente de cette façon ! » De belles affaires conclues en perspective !

Valérie EDMOND

À découvrir