France Dimanche > Actualités > Stéphane Bern : Il attaque les maires de France !

Actualités

Stéphane Bern : Il attaque les maires de France !

Publié le 1 mars 2019

Les maires, responsables d’un certain déclin du patrimoine de nos villages ? C’est en tout cas ce que semble penser l’animateur de « Secrets d’Histoire » et instigateur du loto du Patrimoine, Stéphane Bern.

Sa passion pour le patrimoine l’anime depuis l’enfance… « Je dois cette passion à mes grands-parents maternels et à la ville de Luxembourg et à sa forteresse millénaire qui a été le paradis secret de mon enfance. », confiait ce franco-luxembourgeois dans les colonnes de « Point de vue » en 2017.

Quand ses parents et son frère aîné montraient résolument plus d’intérêt pour l’art contemporain, le futur animateur de « Secrets d’histoire », lui, n’avait que plus d’amour pour les « vieilles pierres ». « Lors de nos déplacements en famille sur les routes de France, j’insistais pour que mon père fasse des haltes devant tous les monuments historiques à visiter. », ajoutait-il pour nos confrères.

Une affection si forte qui l’a menée en 2018 à organiser la première édition du loto du Patrimoine.  En quelques semaines seulement, ce jeu de hasard a permis de rassembler 200 millions d’euros, dont 144 ont été reversés aux joueurs et à 22 monuments.

Fort de ce succès, la Française des Jeux a accepté d’organiser à nouveau un loto du patrimoine en 2019. Une seconde édition dont la période de candidatures des « monuments en péril » s’achevait le soir du 28 février.


Pour ce second tour, le quinquagénaire souhaite cette fois porter « une attention particulière aux centres-bourgs et aux centres ville ». « Les châteaux isolés c'est très bien, les grandes abbayes c'est formidable, mais il y a tout un maillage territorial. Dans les bourgs, il y a des monuments qui ne sont pas forcément inscrits ou classés monuments historiques mais ce sont des monuments remarquables. Il faut les protéger et les préserver, c'est l'art de vivre. », a expliqué Stéphane Bern sur France Info. La raison selon lui ? « C’est de plus en plus difficile de trouver un village sans des choses immondes que certains maires ont autorisé à construire ».

S’il assure « qu’il ne faut pas fossiliser les villages », il demeure convaincu que ce sont les monuments et autres pépites architecturales qui en font « la convivialité et l’attractivité ». « Le patrimoine n'est pas un coût, c'est un investissement. », a-t-il martelé.

Estelle LAURE

À découvrir