France Dimanche > Actualités > Stephane Bern : Obligé de fuir la capitale !

Actualités

Stephane Bern : Obligé de fuir la capitale !

Publié le 27 novembre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

N'en pouvant plus de la grande ville, “Monsieur Patrimoine” a préféré se mettre définitivement au vert.

Le 14 décembre prochain, l'animateur et journaliste de 58 ans refermera un long chapitre de son existence : celui de sa vie à Paris où il réside depuis presque cinquante ans.

Comme il l'a annoncé dans les colonnes du Parisien, dans trois semaines, il s'installera définitivement à la campagne, dans un sublime édifi ce du XVIIe siècle situé dans le Perche qui n'était jusqu'alors que sa résidence secondaire : l'ancien collège royal et militaire de Thiron-Gardais en Eure-et-Loir, qu'il avait acquis en 2013 dans le but de lui rendre toute sa splendeur passée.


Après une longue restauration dans les règles de l'art, la propriété, classée monument historique, a désormais retrouvé son lustre d'antan. Une véritable fierté pour celui qu'Emmanuel Macron a investi d'une mission de sauvegarde du patrimoine, au point que Stéphane y a ouvert un musée, afi n que le grand public puisse profi ter tout comme lui de la beauté du lieu.

Pour ce collectionneur dans l'âme qui, pendant dix-huit ans, a accumulé dans son appartement du quartier de Pigalle dans le IXe arrondissement, livres anciens, antiquités et objets précieux, ce déménagement forcément « douloureux » s'annonce titanesque.

Mais il n'avait guère le choix tant Paris lui est devenu insupportable. C'était fuir ou dépérir peu à peu dans une ambiance délétère où tout n'est plus, à l'entendre, que chaos et fureur.

S'emportant contre « la saleté, les trous dans la chaussée, les chantiers permanents, le bruit et surtout la violence », Stéphane a dressé un tableau apocalyptique de la capitale. Pour cet esthète, Paname serait dans un tel état de délabrement qu'il n'aurait pas d'autre alternative que de plier bagage.

Il en allait de sa santé mentale ! « J'ai l'impression de devenir fou », a-t-il déclaré d'un ton grave, avant d'expliquer les raisons de son mal-être : « Je déplore un laisser-aller général, et même un certain enlaidissement. Paris est devenu une poubelle où les gens se débarrassent de tout n'importe où et n'importe comment. Où est passée la Ville Lumière ? », s'interroge l'ami du couple présidentiel dans un cri de colère. Espérons que Yori, son nouveau compagnon, de vingt ans son cadet, ne ronge pas trop son frein à Thiron-Gardais, loin, si loin du tourbillon de la vie parisienne… 

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème