France Dimanche > Actualités > Stéphane Bern : Son projet pour sauver la France !

Actualités

Stéphane Bern : Son projet pour sauver la France !

Publié le 26 février 2016

Alors qu’on le dit � menacé � d’éviction par France 2, ce “fou du roi”, Stéphane Bern a les solutions pour tirer la République de son marasme économique et social actuel.

En mai 2015, sur France 2, Stéphane Bern consacrait l’un de ses Secrets d’histoire à Louis XVI, malheureux roi décapité place de la Révolution (devenue celle de la Concorde) le 21 janvier 1793. Pouvait-il se douter, moins d’un an plus tard, que c’est sa propre tête que menacerait le fer de la guillotine ?

Il s’agit, bien sûr, d’une image. Reste que, depuis deux semaines, circulent des bruits inquiétants, dans les couloirs de France 2, comme auprès des journalistes spécialisés dans les affaires de cet « univers impitoyable » qu’est la télévision.

C’est L’Express qui a récemment allumé la mèche de cette « bombe » : la rentrée 2016, en septembre, pourrait se faire, sur France 2, sans Patrick Sébastien… ni Stéphane Bern ! Obnubilée à l’idée de rajeunir la chaîne, la nouvelle équipe dirigeante aurait décidé que les deux animateurs – parmi les plus populaires – sont trop âgés pour occuper l’antenne.

->Voir aussi - Stéphane Bern : Avec Cyril, un amour qui dure !

Trop vieux, Stéphane ? À 52 ans ? Avec sa mine d’éternel collégien farceur ? Alors que les téléspectateurs le plébiscitent à chacune de ses apparitions ? On se moque de nous, là ! Il n’empêche, l’animateur est bel et bien menacé de devoir grimper dans la charrette qui conduit à l’échafaud…

Si Stéphane Bern n’est pas encore sûr que sa tête soit préservée, en revanche, il déborde d’idées pour sauver la France, comme il s’en est ouvert dans l’étonnant entretien qu’il a accordé à Libération, publié le 18 janvier. Ainsi, pour ce grand amoureux du patrimoine, des terroirs et de nos monuments, notre pays doit tirer les conséquences de ce qu’il est devenu au fil du temps.

« La France est un pays visité par 86 millions de touristes : si ça continue, ils vont visiter des ruines. L’État n’a plus d’argent. Les propriétaires privés­ non plus. Il faut sauver nos trésors. C’est notre pétrole. Selon un rapport de Moscovici [Pierre Moscovici, ex-ministre de l’Économie et des finances, actuellement commissaire européen, ndlr], un euro investi dans le patrimoine en rapporte vingt. Aucune banque ne vous donne autant. Sauf que la France ne veut pas accepter qu’elle soit devenue un musée à ciel ouvert. Politiquement, on veut faire croire qu’on est toujours une des grandes puissances industrielles. Ce n’est plus le cas. Mais, si on accepte qu’on est un paradis pour touristes, on crée des emplois. »

->Voir aussi - Stéphane Bern : Le successeur de Pascal Sevran, c'est lui !

Égalité

Stéphane Bern a-t-il l’intention de nous transformer tous en gardiens de musée ? Évidemment non ! En revanche, à force de sillonner la France, il a compris que ce que l’on appelle désormais « l’industrie touristique » est l’une de nos grandes richesses et qu’en l’exploitant intelligemment on peut en faire un moteur pour l’avenir. D’autant plus que, cette industrie-là, il n’est pas possible de la « délocaliser » !

Mais les idées de Stéphane Bern ne se limitent pas à celle-là. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce « fou du roi » est très attaché à la République et à ses valeurs fondatrices, notamment à l’égalité des droits entre les citoyens.

« Ma religion, c’est la République ; ça veut dire que je pense que chacun a le droit à l’oubli de ses origines et des communautés auxquelles il pourrait appartenir. Pour moi, c’est ça, être vraiment républicain. C’est dire : je ne vois pas ta couleur de peau, je ne vois pas ton sexe, je m’en fous. Tu es là. Tu as les mêmes droits que moi. »

Comme Stéphane est un homme cohérent, il tire aussitôt les conséquences de cette parfaite égalité qu’il prône. Et, là encore, il propose une idée qui permettrait de sortir la France de son marasme actuel : « J’ai traversé la Lozère et l’Ardèche, livre-t-il dans l’entretien. Tout est à vendre, les villages sont déserts. On ne trouve plus de métiers. Les migrants seraient une chance. Ils remettraient de l’économie et du tissu social. »

Il faudra tout de même penser à demander leur avis aux Lozériens et aux Ardéchois qui demeurent encore au pays… Quoi qu’il en soit, il serait dommage, de la part de la direction de France 2, de se priver de Stéphane Bern, une personnalité pareille qui, non seulement enchante les téléspectateurs, mais se préoccupe de leur bien-être et de leur avenir !

Valérie Bergotte

À découvrir