France Dimanche > Actualités > Stephane Plaza : "J'ai dû mentir à ma mère..."

Actualités

Stephane Plaza : "J'ai dû mentir à ma mère..."

Publié le 21 juillet 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Alors que sa maman, atteinte d'un cancer, était à l'agonie, Stephane Plaza a dû travestir la vérité pour la protéger.

On pourrait croire que le grand spécialiste de la vente de maisons et d'appartements, qui brille par son incroyable réussite aussi bien sur M6 qu'en sa qualité d'agent immobilier, a toujours le sourire aux lèvres. Il y aurait en effet de quoi ! À tout juste 51 ans, avec sa bouille si sympathique, sa simplicité, son humour, il vient d'être élu animateur préféré des Français par un sondage OpinionWay pour TV Magazine ! Une place qui lui tient particulièrement à cœur et qui lui avait été soufflée, l'année dernière, par Jean-Pierre Pernaut. Très touché d'être toujours présent dans l'esprit des Français malgré le fait qu'il a moins été sur le petit écran ces derniers mois – l'épidémie de Covid-19 ayant stoppé net le tournage de ses émissions habituelles –, Stéphane Plaza savoure à sa juste valeur cet attachement que lui porte son public.


Mais malgré toutes les bonnes raisons qui devraient faire de cet homme l'un des plus heureux sur terre, le grand ami de Karine Le Marchand garde au fond de lui une blessure très profonde, un chagrin dont il ne se remettra sans doute jamais. Cette tristesse qui ne le quitte pas depuis cinq ans porte un nom : Christiane.

Christiane, c'était sa maman. Et Stéphane l'aimait éperdument. Il était tellement attaché à elle, tellement fusionnel, qu'il avait attendu l'âge de 31 ans pour la quitter et vivre enfin dans son propre appartement… Le comble pour quelqu'un dont le métier est justement d'en trouver !

Aussi, en 2013, quand il avait révélé qu'elle était atteinte d'un cancer, on avait compris à quel point ce fils aimant devait être dévasté. Lui, d'habitude si discret sur sa vie intime, avait d'ailleurs décidé de faire participer sa mère chérie à son émission Maison à vendre, en mars 2015, voulant sans doute présenter à son public cette femme si importante à ses yeux.

Et l'on avait découvert avec bonheur Christiane, une charmante fleuriste, dans le regard de laquelle on lisait la même espièglerie que celle de Stéphane. Et le même amour ! « Ma plus grande fierté, c'est d'être proche de ma maman, c'est la priorité. Elle va mieux, elle n'a plus de traitement pour l'instant », confiait-il alors, avec un bel optimisme, à VSD. Mais si, dans un premier temps, l'état de santé de Christiane s'était effectivement amélioré, peu à peu, la maladie s'était plus profondément installée dans son corps. Et malgré son ardeur au combat, elle avait été vaincue par le cancer en 2016.

Il n'est pas nécessaire d'expliquer à quel point Stéphane avait été anéanti par sa disparition. Ceux qui le suivent sur les réseaux savent que, régulièrement, l'animateur confie des pans de son chagrin et rend hommage à sa mère. Comme le 6 juin dernier, à la date anniversaire de sa mort, où il écrivait, bouleversant : « Le souvenir, c'est la présence dans l'absence, la parole dans le silence. C'est le retour sans fin d'un bonheur passé auquel le cœur donne l'immortalité, et maman, si tu continues d'exister, c'est parce que le paradis se trouve dans celui de ceux qui t'ont tant aimée. »

Mais il est une souffrance dont Stéphane n'avait jamais encore parlé jusqu'à aujourd'hui, une douleur sup-plémentaire à celle de l'avoir perdue, qu'il a évoquée le 23 juin dans l'émission L'Instant De Luxe, diffusée sur Non Stop People. Cette douleur, c'est celle de lui avoir menti lorsqu'elle était sur son lit de mort… « Quand vous aimez quelqu'un et que vous dites : “Maman, à tout à l'heure, endors-toi”, mais vous savez qu'elle ne va pas se réveiller parce que vous savez qu'on va la faire partir pour ne pas qu'elle souffre, et que vous lui tenez la main, et que vous savez que vous n'allez pas la revoir, et vous devez sourire… C'est le pire moment », a-t-il expliqué, avec une immense émotion.

Oui, ce 6 juin 2016, à l'hôpital de Bordeaux, son fils a été contraint de travestir la vérité pour la protéger. Un geste d'amour qu'il ne regrette pas, mais qui pèse lourd sur son cœur. Le pire étant sans doute que, comme il devait lui cacher sa peine, il n'a pas pu lui faire « une vraie déclaration ». « Parce que, a-t-il encore déclaré, si vous allez trop loin, elle se doute qu'il y a quelque chose. Vous devez rester léger sans être léger, vous pleurez à l'intérieur, vous avez peur que ça se voie… »

Aujourd'hui, la douleur de son absence n'a toujours pas disparu et Stéphane continue ce long et éprouvant travail de deuil, certain que sa mère, d'où elle est, le protège.

Laurence PARIS

À découvrir

Sur le même thème