France Dimanche > Actualités > Stéphane Plaza : Sa mère veille sur lui depuis l’au-delà !

Actualités

Stéphane Plaza : Sa mère veille sur lui depuis l’au-delà !

Publié le 28 juin 2018

Alors qu’il réalise son rêve de gosse en jouant pour la première fois un grand rôle au cinéma, Stéphane Plaza a été saisi par une série de coïncidences.

Enfant, il voulait tellement devenir acteur, qu’il a, durant sept ans, étudié l’art dramatique au conservatoire de Levallois-Perret, dans la banlieue parisienne, avant d’intégrer celui de Neuilly.

Passionné de mots et de scène, Stéphane Plaza jouait alors parallèlement dans une troupe d’amateurs.

Mais comme la vie n’en fait qu’à sa tête, après avoir loupé son baccalauréat, c’est vers l’immobilier qu’il a fini par se tourner.

Bien lui en a pris car, très vite, son implication dans son travail et sa gentillesse font de lui une star de la profession.


Et puis, en 2005, quand on lui propose de devenir animateur d’une émission de télé dans laquelle il jouerait l’expert, il est fou de joie !

Présenter Recherche maison ou appartement, sur M6, une émission qui deviendra célèbre et sera déclinée sous diverses formes, est pour lui comme un petit clin d’œil du ciel qui, d’une certaine façon, a exaucé son souhait d’être sur scène.

Certes, il n’est pas alors vraiment comédien, mais c’est un bon début.

D’autant que l’animateur est très rapidement apprécié et plébiscité par le public !

Ce gaffeur plein de charme, aux yeux pétillants, séduit toutes les générations, hommes et femmes confondus !

Croire au ciel !

Mais il est une personne qui est peut-être encore plus heureuse que lui de son immense succès.

C’est sa mère, Christiane, fleuriste de son état.

Elle a toujours été très proche de son fils cadet, plus encore sans doute après avoir divorcé de son père.

Ils étaient tellement fusionnels qu’il a vécu avec sa maman jusqu’à ses 30 ans !

Ses amis rapportent même qu’il l’appelait volontiers son « soleil »…

« Je lui dois tout ce que je suis aujourd’hui », avait-il confié, il y a quelques années, à TV Magazine, conscient de l’amour qu’elle lui a toujours prodigué.

Il est vrai qu’elle était sa première fan, le soutenant lorsqu’il a commencé à monter sur les planches, s’illustrant dans la pièce À gauche en sortant de l’ascenseur, signée Gérard Lauzier.

Elle ira ensuite l’applaudir pas moins de sept fois quand il jouera dans Le fusible, de Sylvain Meyniac, au théâtre des Bouffes Parisiens. Un vrai triomphe !

Aussi, quand il a appris que Christiane était atteinte d’un cancer et qu’il l’a révélé en 2013, son cœur s’est comme arrêté de battre.

Ne voulant manquer aucun moment qu’il pourrait partager avec elle, il devient un vrai Tanguy, espérant que sa mère s’en sortira.

Hélas, dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 juin 2016, Christiane s’en est allée, succombant à la maladie.

Inconsolable, pris d’une douleur infinie, son fils pensait ne jamais pouvoir s’en remettre.

Un an et demi après sa disparition, il confiait à Télé Loisirs : « Ça ne va pas mieux. J’ai compris aujourd’hui qu’il n’y aura pas de deuil fait, que je suis obligé de vivre avec cette peine. Il m’arrive encore tous les jours de pleurer. Je l’ai toujours en tête, et tout ce que je fais, je le fais pour elle. »

Mais l’on sait que Stéphane a foi en un absolu.

En un au-delà, dans lequel Christiane continue, d’une certaine façon, de le prendre sous son aile.

Et sans doute, en effet, veille-t-elle sur lui. Car si l’on croit aux signes, comme c’est le cas de l’animateur, certaines coïncidences ont de quoi questionner…

L’animateur est en effet sur le point de réaliser son rêve de gosse : jouer un vrai rôle au cinéma !

Un rôle de composition, dans lequel il se donne à fond.

C’est le romancier et réalisateur Didier van Cauwelaert qui a pensé à lui pour jouer dans J’ai perdu Albert, « un paumé hypertendu, un looser idéaliste » comme l’a confié Stéphane dans Gala.

Bref, un vrai rôle de composition, celui d’un garçon de café apiculteur, aux côtés de Julie Ferrier, Josiane Balasko et Bernard Le Coq.

à l’heure d’entamer sa nouvelle vie de comédien pur et dur, il ne peut s’empêcher de songer à la douce présence de sa maman qui, d’où elle se trouve, aurait donné un petit coup de pouce au destin de son fils pour qu’il puisse vivre son rêve. 

Et il a de bonnes raisons de le croire.

Car Le fusible, la pièce qu’il a longtemps jouée, a été diffusée à la télévision le 6 juin 2017. Un an, jour pour jour, après la mort de Christiane !

Et le réalisateur de J’ai perdu Albert, film que l’animateur est en train de tourner, vient d’apprendre à ce dernier la date de sortie, le 12 septembre prochain.

Une date chère au cœur de Stéphane, puisque c’est celle de la naissance de sa mère ! De quoi donner envie de croire au ciel…

Laurence PARIS

À découvrir