France Dimanche > Actualités > Stéphanie de Monaco : Elle déclare la guerre aux vegans !

Actualités

Stéphanie de Monaco : Elle déclare la guerre aux vegans !

Publié le 16 novembre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Lorsqu’elle a quelque chose sur le cœur, Stéphanie de Monaco ne mâche pas ses mots pour le dire. Cette fois-ci, la princesse a poussé un énorme coup de gueule contre les vegans, qu’elle juge particulièrement intolérants.

N’allait surtout pas dire à Stéphanie de Monaco qu’elle ne défend pas suffisamment la cause animale. Elle, qui se bat depuis des années pour préserver le cirque traditionnel, en a plus que marre de se faire remonter les bretelles par les associations de préservation animale.


Et s'il y a bien un mouvement qu’elle déteste par-dessus tout, c'est celui des vegans. D’ailleurs, elle n’a pas hésité à pousser un sacré coup de gueule contre ces personnes qui ne consomment absolument rien d’origine animale.

C’est ainsi que ce 8 novembre, dans Var-Matin, la princesse de Monaco a lâché toute sa colère. "Les vegans veulent planter du soja qui, à haute dose, est mauvais pour la santé. En plus, il faut abattre des forêts entières pour le faire pousser. Quand on aura du soja, mais plus d'oxygène, on fera quoi ? Chacun est libre de mettre ce qu'il veut dans son assiette”, a pesté Stéphanie de Monaco.

Exaspérée, elle a poursuivi son monologue en rappelant l'intérêt de la liberté de chacun : “Si j'ai envie de manger un steak, je le fais. Pourquoi certains devraient-ils décider comment, moi, je dois vivre ? On est en démocratie. Je n'aime pas tellement l'opéra. Pour autant, je ne vais pas manifester devant les salles."

Lucide, mais agacée, elle enchaîne : "Quand on voit les étalages dans les supermarchés, c'est indécent. S'il n'y en a plus, on prend autre chose et c'est tout. Cette société de gaspillage, alors que des gens crèvent de faim, me gêne. Qu'un supermarché mette de la javel dans le conteneur pour qu'on ne puisse pas récupérer ce qui est jeté, c'est scandaleux.”

En réalité, ce qui insupporte Stéphanie, c’est l’intolérance de certains extrémistes écologistes. Pour elle, rien de mieux que le libre-arbitre et elle ne se prive pas de le dire. "Je ne serai jamais végane, désolé, c'est mon choix. J'ai envie de porter des pulls en laine qui tiennent chaud et d'avoir des chaussures en cuir qui m'empêchent d'avoir les pieds mouillés. C'est une mode avant tout, or toutes les modes s'essoufflent. Je pense que ces gens ne respectent pas les autres. C'est-à-dire qu'ils veulent imposer leur point de vue à tout le monde. C'est antidémocratique", fulmine-t-elle.

Consciente que les vegans défendent tout de même l’écologie avant tout, elle les rejoint sur "le fait que l'on surproduit et surconsomme à tout-va". Elle s’était d’ailleurs réjoui des projets de loi qui seront bientôt votés au parlement, concernant la protection animale, mais avait toutefois déploré l’interdiction des animaux sauvages dans les criques, préférant l’encadrement. "J'essaye de faire en sorte qu'il existe, au niveau européen, une réglementation sur la taille des cages ou sur les conditions de transport. Et sur le logement des travailleurs", avait-elle alors expliqué.

Quoi qu’il en soit pour Stéphanie, une seule devise : chacun fait ce qui lui plaît. 

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème