France Dimanche > Actualités > Stéphanie de Monaco : Son combat contre la mort

Actualités

Stéphanie de Monaco : Son combat contre la mort

Publié le 4 janvier 2013

Dans cette lutte qui pourrait être fatale, le temps joue contre la princesse Stéphanie de Monaco !

Il y avait eu les années où elle était en pleine lumière, les périodes de bruit et d'éclats en tous genres. Et puis, finalement, la princesse Stéphanie de Monaco s'était calmée, assagie, et c'est tout juste si l'on entendait encore parler d'elle, en dehors des grandes fêtes officielles de la principauté, où elle continuait de tenir son rôle.

Et soudain, Stéphanie réapparaît sous les feux des projecteurs, la princesse rebelle repart au combat. Mais, cette fois, c'est contre la mort qu'elle se bat. Elle s'est en effet lancée dans une lutte sans merci et de la plus grande urgence car, si jamais la princesse perd cette bataille, dans moins d'une semaine la mort frappera à coup sûr.

Cette mort, c'est celle qui menace Baby et Népal, les deux éléphantes ex-reines du cirque Pinder, vivant depuis treize ans dans le parc de la Tête d'Or, à Lyon.

->Voir aussi - Stéphanie de Monaco : Elle réalise le rêve d'un petit garçon !

Il y a deux semaines, parce que les deux pachydermes pourraient être porteurs de la tuberculose, le tribunal administratif a confirmé la décision prise par le préfet du Rhône, le 11 décembre : celle de faire purement et simplement abattre Baby et Népal.

Depuis, la mobilisation ne cesse de grandir afin de sauver les éléphantes, de tout tenter pour les soigner : actuellement, plus de 75 000 internautes ont signé la pétition exigeant que la vie des malheureuses bêtes soit épargnée.

Initiative

Évidemment, la première à monter au front, comme souvent, a été Brigitte Bardot, épaulée par sa fondation bien connue. BB réclame à cor et à cri que soient pratiqués de nouveaux tests sur les condamnées, surtout que l'on n'est absolument pas certain que Baby et Népal soient réellement tuberculeuses !

C'est alors, et sur ce point précis, que Stéphanie est à son tour descendue dans l'arène. Tout en regrettant de n'avoir pas la place d'héberger les deux éléphantes chez elle, elle a proposé d'envoyer à Lyon, à ses frais, son propre vétérinaire, afin qu'il puisse procéder à de nouveaux prélèvements et examens.

Hélas, pour l'instant, aucune suite n'a été donnée à cette généreuse initiative. Or, le temps presse, il presse même dramatiquement. Car, en principe, la ville de Lyon a jusqu'au 10 janvier pour procéder à l'abattage des pauvres bêtes.

Et on y est presque... Mais, pugnace comme on la connaît, la princesse Stéphanie de Monaco n'a sûrement pas dit son dernier mot !

Didier Balbec

À découvrir