France Dimanche > Actualités > Stéphanie de Monaco : Victime d'un maniaque

Actualités

Stéphanie de Monaco : Victime d'un maniaque

Publié le 13 juillet 2007

Il y a vraiment des destins sur lesquels le sort s'acharne sans cesse... La jolie princesse Stéphanie de Monaco, en effet, a beau tout mettre en œuvre pour mener une vie simple et paisible, loin des mondanités, il lui arrive toujours des choses incroyables.Il y a vraiment des destins sur lesquels le sort s'acharne sans cesse... La jolie princesse Stéphanie de Monaco, en effet, a beau tout mettre en œuvre pour mener une vie simple et paisible, loin des mondanités, il lui arrive toujours des choses incroyables.Quoi qu'elle fasse, et qu'elle le veuille ou non, Stéphanie de Monaco déchaîne les passions ! Face à l'adversité, la jeune femme a toujours su rester forte et digne, puisant à chaque fois son courage dans les yeux et l'amour de ses enfants. Louis, 14 ans, Pauline, 12 ans, et Camille, 9 ans, pour qui la célèbre princesse n'aspire qu'à une chose : être une maman comme les autres.Alors, quand il lui arrive un malheur, on est forcé de penser que c'est très injuste, qu'elle n'a pas mérité cela. Comme ce jour noir de décembre 2006 où Stéphanie a été victime d'un maniaque qui voulait lui ôter la vie.Tout a commencé peu de temps avant Noël. La jeune mère et ses enfants profitent de cette période de fête et s'apprêtent à célébrer le réveillon en famille. Le 23 décembre, un mystérieux fax arrive au palais princier. Sur ce dernier, un inconnu annonce qu'il veut se rendre au domicile monégasque de la princesse « pour lui remettre une boîte de chocolats », écrit-il. ->Voir aussi - Stéphanie de Monaco : Son insoutenable chagrin... Jusqu'alors, rien d'inquiétant, le geste paraît même bon enfant et plutôt touchant. Et puis, la princesse en a vu bien d'autres. Elle est plus que tous habituée à recevoir des marques d'affection, des lettres d'amour, des demandes en mariage ou encore des cadeaux en tout genre. Sauf que cette fois-ci, l'individu en question, un chauffeur de taxi, veut s'introduire dans la résidence princière et remettre son présent à Stéphanie en personne. Le taximan se rend donc chez la princesse et, une fois sur les lieux, laisse sa carte au concierge de l'immeuble en lui demandant de signaler sa présence à la jeune femme, au cas où elle descendrait. Trouvant cependant le type un peu louche et sa requête des plus farfelues, le gardien appelle alors la police. Arrivées rapidement sur place, les forces de l'ordre interpellent le chauffeur de taxi et procèdent à un contrôle de routine. Les policiers n'en reviennent pas ! Ce qui s'annonçait comme une banale vérification se transforme soudain en une véritable pêche au gros ! Sur l'homme, ils découvrent, abasourdis, plusieurs balles. Dans le coffre de son véhicule de travail, les policiers mettent la main sur un revolver Smith et Wesson et d'autres munitions, notamment un poing américain et une bombe lacrymogène, dont le prévenu reconnaît être le propriétaire. Il affirme, en revanche, que l'arme à feu a été déposée dans le coffre de son taxi à son insu. Arrêté, l'individu est alors immédiatement placé en garde à vue et soumis à deux expertises psychiatriques. Toutes deux concluront que le chauffeur de taxi, qui voulait juste offrir des chocolats à Stéphanie, souffre d' « érotomanie ». Ce trouble entretient le malade dans l'illusion délirante d'être aimé et peut engendrer un cycle « espoir, dépit, rancune, agression » envers l'objet aimé, qu'il se met soudain à détester.

Condamnation

Le chauffeur de taxi n'en était pas à son premier coup. Pour les 40 ans de la princesse, le 1er février 2005, il avait déjà fait très fort, en louant, à l'entrée de Monaco, un panneau publicitaire sur lequel il avait fait inscrire : « Joyeux anniversaire Stéphanie ». L'individu voue apparemment depuis longtemps un amour-haine à la princesse.

Son avocat, Me Régis Bergonzi a bien tenté, mardi dernier, à l'audience, de lui trouver quelques circonstances atténuantes en clamant que si son client « avait commis les mêmes agissements à l'égard d'une personne lambda, il aurait déjà été libéré ».

Sur le Rocher, Stéphanie de Monaco n'étant pas vraiment une personne lambda, l'homme aura tout le loisir de méditer son coup de folie derrière les barreaux, car il a été condamné à dix mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Monaco... Une rude peine, loin de sa princesse et de ses boîtes de chocolats...

Laura Valmont

À découvrir

Sur le même thème