France Dimanche > Actualités > Sylvie Joly : "Voici l'homme que j'aime depuis 45 ans"

Actualités

Sylvie Joly : "Voici l'homme que j'aime depuis 45 ans"

Publié le 4 octobre 2002

Pour la première fois, l'humoriste Sylvie Joly présente Pierre, le grand amour de sa vie, Pierre. Après presque un demi-siècle de vie commune, leur passion n'a pas pris une ride.

Elle a été l'une des premières à lancer la mode du «one-woman-show »... avec le succès que l'on sait. Aujourd'hui, ses portraits au vitriol sont devenus des classiques, et chacun de ses spectacles fait un véritable tabac. Oui, Sylvie Joly a de l'humour (noir) à revendre, un humour qu'elle fait rimer dans la vie avec amour ! Pour la première fois et pour France Dimanche, elle présente l'homme qui partage son existence depuis bientôt quarante-cinq ans, Pierre Vitry. Confidences d'une drôle à la dent dure mais au coeur tendre...

France Dimanche : Sylvie, la famille, ça compte beaucoup pour vous?
Sylvie Joly : Oui, j'y suis très attachée. Il faut dire que les grandes familles, c'est une tradition chez nous. Mon père était l'aîné de onze enfants, ma mère a eu huit enfants et, aujourd'hui, elle a dix arrière-petits-enfants. Et, à chaque fois, elle est folle de joie comme si c'était le premier ! De ce côté- là, je n'ai pas suivi la coutume, je n’ai fait que deux enfants, Grégoire et Mathilde.

F.D. : Vous allez fêter, cette année, vos quarante-cinq ans de vie commune avec Pierre. Quel est le secret de votre couple?
S.J. : Quarante-cinq ! C'est fou hein ? Et ça ne me semble pas pesant ! Pierre est toujours avec moi. C'est l'homme de l’ombre et l’homme orchestre, pas un détail ne lui échappe. Dans ma vie professionnelle et dans notre vie privée, Pierre est le grand intendant ! Depuis qu’il est à la retraite, il a encore plus de temps pour s'occuper de moi. Il fait les courses, la cuisine, je n'ai plus qu'à mettre les pieds sous la table !

Pierre : J’ai toujours veillé sur Sylvie, mais elle fait ce qu'elle veut! J'ai été ingénieur dans l'industrie, donc j'applique pour sa carrière la même logique. Prix, qualité et travail !

Sylvie Joly : "Pierre gère ma vie dans les moindres détails"

F.D.:  : Il est à ce point intransigeant?
S.J. : Oui, il est très méticuleux et pointilleux c'est son seul petit défaut ! Par exemple, nous adorons acheter des meubles anciens. S'ils ne sont pas en parfait état, il n'en veut pas ! Si c'est beau, moi, ça m'est égal qu'ils aient de petites imperfections, mais lui, non. Il faut dire que son grand-père était conservateur au musée du Louvre, alors évidemment...

F.D. : Comment vous êtes-vous rencontrés?
S.J. : Dans une surprise-partie où nous n'étions invités ni l'un ni l'autre ! C'était un samedi soir, et comme j'avais envie de sortir, mon petit-frère m'a emmenée à une de ses soirées. Pierre, lui, était venu avec une amie. Mon frère le connaissait, ainsi que la fille qui l'accompagnait, on a donc fait le coup classique !

F.D.: Le coup classique?!
S.J.: Oui, mon frère a invité la fille à danser et, du coup, Pierre, se retrouvant tout seul, a été obligé de m'inviter à danser !

F.D. : L'avis de votre frère comptait-il pour vous?
S.J.: Oui, beaucoup, même si ne voulais pas l'avouer ! Là, en l'occurrence, il n'arrê­tait pas de me faire des signes pour me dire qu'il trouvait Pierre formidable, extra, super... Rien de tel pour m’agacer !

F.D.: Pourquoi?
S.J. : D'abord parce que j'étais capable de juger par moi-même, et ensuite parce que j'ai toujours eu l'esprit de contradiction.

F.D. : Qu'avez-vous fait alors?
S.J. : J'ai décidé de partir à une autre soirée d'une minute à l'autre... sans Pierre, évi­demment ! Mais, par la suite, les choses se sont faites très naturellement.

F.D. : Vous êtes-vous mariés rapidement?
S.J. : Oui, environ un an plus tard...

F.D. : Vous souvenez-vous de la façon dont il vous a demandée en mariage?
S.J. : Pierre était venu en Normandie dans la maison de mes parents. Un soir, je me souviens qu'il y avait une tempête épouvantable, nous sommes allés nous promener en voiture au bord de la mer. Je lui ai dit alors que j'aimerais être avec quelqu'un de calme et optimiste... Il m'a répondu que c'était son cas et il en a profité pour me faire sa demande !

F.D.: Est-il toujours resté calme et optimiste?
S.J.: Oui, même parfois un peu trop et franchement ça m'agace. En même temps pour mon métier, c'est absolument génial !

Interview : Céline Knittel

À découvrir

Sur le même thème