France Dimanche > Actualités > Sylvie Vartan : Anéantie !

Actualités

Sylvie Vartan : Anéantie !

Publié le 22 décembre 2006

Ses protégées viennent d'être condamnées à mort. C'est un douloureux coup de poignard en plein cœur que Sylvie Vartan vient de recevoir.

Et ce, à quelques jours de Noël, alors que la star Sylvie Vartan s'apprêtait à passer un réveillon magique au pied du sapin, en compagnie de ceux qu'elle aime : Tony Scotti, son compagnon, et leur fille adoptive, Darina.

Et puis, ce 19 décembre, l'odieuse nouvelle est tombée, recouvrant d'un voile sombre, tissé d'horreur et d'injustice, ses doux projets.

Anéantie, Sylvie oscille désormais entre la colère et les larmes. Des sentiments exacerbés par le fait que rien ne laissait présager un tel revirement de situation dans le combat qu'elle mène maintenant depuis des mois.

Souvenez-vous, à la fin des années 90, cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien avaient été jugés coupables par la justice libyenne d'avoir volontairement inoculé le virus du sida à 431 enfants de l'hôpital de Benghazi, en Libye.

->Voir aussi - Sylvie Vartan : Ses proches tremblent pour elle !

Les autorités de ce pays placent ce drame immédiatement sous la responsabilité de ce personnel médical. En 2004, après leur avoir arraché des «aveux» sous la torture, la justice libyenne les condamne à mort.

Horreur

C'est alors que Sylvie Vartan, elle-même d'origine bulgare, se révolte. Elle lance un appel à la mobilisation internationale, mettant en évidence les aspects les plus confus de cette affaire.

Il y a quelques jours, Sylvie apprenait avec un immense soulagement que des scientifiques avaient prouvé l'innocence de l'infortuné personnel médical tenu actuellement en prison.

Selon l'expertise, ces enfants auraient été contaminés par le sida bien avant l'arrivée des infirmières et du médecin. Ce jour-là, Sylvie a retrouvé confiance, certaine de la clémence de la Libye, face à cette évidence scientifique...

Hélas, la justice a décidé que les preuves n'étaient pas suffisantes pour épargner une condamnation à mort aux prisonniers, précisant, sous les cris de victoire des familles des enfants infectés, qu'ils seraient exécutés rapidement.

Un verdict inacceptable qui révèle à lui seul toute l'horreur des régimes dictatoriaux. « On espère toujours, mais la nouvelle tragique est tombée (...) Je ressens un sentiment de dégoût », a déclaré l'artiste sur RTL.

Effondrée, Sylvie Vartan ne peut désormais que soutenir par la pensée ses malheureuses compatriotes. Seul le sourire de Darina parvient à lui rendre un peu de joie...

Anna Hadrien

À découvrir