France Dimanche > Actualités > Sylvie Vartan : Une séparation "insupportable"

Actualités

Sylvie Vartan : Une séparation "insupportable"

Publié le 30 octobre 2015

Quoiqu'elle fasse, Sylvie Vartan ne pourra jamais être dissociée de Johnny Hallyday, tant le couple formé sur scène, en 1962, et dans la vie en 1965, aura fasciné les foules. Quinze ans de vie commune auront suffi à construire un couple mythique.

À l'affiche du théâtre des variétés dans une nouvelle comédie, intitulée Ne me regardez pas comme ça, Sylvie Vartan forme désormais un nouveau couple sur les planches avec son amie Isabelle Mergault. Les deux femmes en ont profité pour raconter à Paris Match leur rapport à la célébrité et surtout ce qu'elles écriraient en premier dans leurs mémoires. On sait à quel point les affres de la célébrité ont ruiné son couple mythique avec Johnny Hallyday, entre alcool, drogue et rock'n'roll d'un côté, paparazzi, perte d'un bébé et tentative de suicide de l'autre !

--> Lire aussi : Sylvie Vartan : Johnny Hallyday a failli la tuer !

Mais sa relation tumultueuse avec Johnny Hallyday, ce n'est pas ce que Sylvie Vartan écrirait en premier. Non, un autre événement aura marqué à jamais sa vie, et c'était bien avant le rock et la célébrité ! "Je crois que ce qu’on a vécu enfant est indélébile, confie-t-elle à Paris Match. C’est quelque chose qui vous poursuit et j’y pense tout le temps. Ça m’habite sans cesse". Sylvie Vartan est née le 15 août 1944 à Iskretz, un petit village situé dans la chaîne du Grand Balkan, en plein centre de la Bulgarie."C’était vraiment une vie extrêmement difficile, se souvient-elle, dont je me souviens d’ailleurs, et qui est très marquante. Tout ce que j’ai ressenti petite et tout ce que j’ai appris en Bulgarie, je l’ai gardé",

--> Connaissez-vous vraiment Sylvie Vartan ? Essayez notre quiz !

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le royaume de Bulgarie a fait le terrible choix de s'associer à l'Allemagne. Le 5 septembre 1944, les troupes de l'Union soviétique envahisse le pays sans y rencontrer la moindre résistance. La maison des Vartan est immédiatement réquisitionnée, la famille part s'installer à Sofia, la capitale. Dans la nuit du 8 au 9 septembre, le Front Patriotique organise alors un coup d'Etat, les communistes prennent le pouvoir. Avec l'aide de l'armée rouge, le régime stalinien s'étend sur le pays et l'épuration commence : loi du 17 mai 1945 instaurant la peine de mort pour toute contestation de l'autorité du Front patriotique, tribunaux populaires, camps de détentions et goulags, collectivisation... La vie en Bulgarie devient très vite un enfer. 

--> Lire aussi : Sylvie Vartan : Fiancée avec Johnny, draguée par John Lennon !

"Je suis très attachée à mon enfance, raconte Sylvie, et je vais commencer par la partie la plus forte, la plus profonde qui me correspond le mieux. Je dirais que le souvenir le plus poignant de ces premières années, ce serait la réalisation du départ de ma famille de Sofia avec l’Orient Express, quand nous sommes partis, que nous étions tout seul dans le train". C'est le début des années 50. Si, jusque-là Sylvie Vartan avait été plutôt épargnée par le régime communiste grâce à la situation de ses parents, la situation devient critique et la famille pense alors à l'exil. Son père Georges était directeur de la grande compagnie d'électricité de Bulgarie, filiale d'une société française, et attaché de presse à l'ambassade de France en Bulgarie. Leur destination paraissait donc évidente. Robert Vartan, le grand-père de Sylvie, est un francophile convaincu. Il leur conseille de partir pour Paris. "En fait, je crois que je suis devenue  une grande personne. J’ai perdu mes rêves d’enfants d’une certaine manière quand j’ai vu mon grand-père que j’adorais courir après le train en pleurant… C’était un homme âgé, il agitait son mouchoir…" Trop vieux et certainement trop attaché à ses racines, Robert Vartan ne fera jamais le voyage.

--> Lire aussi : Sylvie Vartan : “Je ne m’en remets pas !”

Sylvie avait 8 ans, elle ne reverra plus jamais son grand-père. "J’ai du mal à raconter l’histoire à chaque fois, s'émeut-elle devant les journalistes de Paris Match. Je l’aimais tellement mon grand-père que c’était assez insupportable". Sylvie Vartan ne reviendra en Bulgarie qu'après la chute du mur, devenue une chanteuse mondialement connue, pour un concert des plus émouvants. Toujours très attachée à son pays de naissance, elle adoptera même avec Tony Scotti une petite bulgare, née en octobre 1997. Ainsi l'histoire des Vartan perdure ! On attend avec impatience ses mémoires !

Stéphane Joly

À découvrir