France Dimanche > Actualités > Tatiana Silva : Elle redonne le sourire aux enfants de la guerre

Actualités

Tatiana Silva : Elle redonne le sourire aux enfants de la guerre

Publié le 8 septembre 2019

En mission pour l’UNICEF en Irak, la miss météo de TF1, Tatiana Silva a traversé un pays ravagé par les conflits.

Elle est belle et a aussi du cœur ! La sublime Tatiana Silva, qui a remplacé Catherine Laborde sur la Une à la météo, ne se contente pas de faire grimper la température à chacune de ses apparitions. Cette Miss Belgique 2005 d’origine cap-verdienne a toujours tenu à prouver qu’elle ne se résumait pas à son seul physique.

Après avoir mis un point d’honneur à parler de la pluie et du beau temps avec un sérieux tout scientifique, voilà maintenant que la belle, en veste militaire et coiffée d’une casquette bleue, s’est mis en tête de crapahuter en Irak pour les besoins d’un voyage humanitaire à très hauts risques !

Cette grande aventurière, habituée à partir aux quatre coins du monde, parfois dans des contrées hostiles, s’était fixé le but de se rendre dans cette zone de la planète meurtrie par la guerre. Après avoir vu la misère en Inde, en arpentant les rues surpeuplées de Delhi, elle a débarqué à Mossoul à la fin du mois de juin, avec l’envie d’offrir toute son énergie à cette population qui a tant besoin de soutien.


Pour cette mission périlleuse, effectuée avec l’Unicef, l’agence de l’ONU qui vient en aide aux enfants à travers le monde et dont elle est ambassadrice de bonne volonté depuis cinq ans, Tatiana a dû braver le danger avec beaucoup de courage.

Là-bas, au beau milieu du chaos, pas question de se rendre à pied à la rencontre des habitants. Avec son équipe, elle circulait donc dans un véhicule blindé et enfilait un gilet pare-balles lors de toutes ses sorties. Pour cette femme engagée, aux principes affirmés, il s’agissait avant tout de garder son sang-froid afin de mener à bien sa mission. Et le moins que lui puisse dire, c’est qu’elle n’a pas démérité !

En effet, cela faisait un petit moment qu’elle avait envie de se confronter à la dure réalité de ce pays ravagé par des années de conflits, comme elle l’a expliqué à Téléstar. « Les gens associent souvent l’Irak au terrorisme et l’Unicef a du mal à lever des fonds pour certains pays du Moyen-Orient. Les gens ont l’impression qu’en donnant, ils financent quelque part le terrorisme. Ce qui est absolument faux ! »

Il lui tenait aussi très à cœur de voir comment les humanitaires de l’Unicef travaillaient sur place. Au beau milieu des ruines, elle a constaté, stupéfaite, l’étendue des tâches qui restaient hélas à accomplir…

Si la jolie présentatrice s’était préparée psychologiquement à un tel déplacement, elle a eu bien du mal à contrôler ses émotions. Lorsqu’elle a pénétré dans l’hôpital Al Batool de Mossoul, partiellement détruit par Daech, elle a même eu de la peine à contenir ses larmes face au spectacle de ces petits êtres sortis bien trop tôt du ventre de leur mère, qui s’alignaient sur des lits de fortune, en attendant d’être installés dans les couveuses que l’Unicef venait leur livrer.

Et lorsqu’elle s’est rendue, ensuite, dans le camp de déplacés irakiens de Hasansham, au nord du pays, afin de le ravitailler en médicaments et en vaccins, elle était encore une fois bien près de pleurer, émue par tous les enfants en haillons qui venaient à sa rencontre.

Puis, toujours aussi secouée, la jeune femme a rendu visite à des réfugiés syriens aux portes d’Erbil, sous la protection permanente des militaires de l’armée irakienne qui l’accompagnaient lors de ses déplacements… Un parcours qui n’avait rien d’une promenade de santé !

Mais à aucun moment Tatiana la guerrière, qui a eu le malheur de prendre très jeune ses parents, n’a envisagé de renoncer, guidée comme elle l’est par ce besoin vital d’aider les autres. Un engagement et une volonté qui méritent tout notre respect.

à lire aussi

Valérie EDMOND

À découvrir