France Dimanche > Actualités > Télématin : Une salariée à bout de nerf essaie de mettre fin à ses jours !

Actualités

Télématin : Une salariée à bout de nerf essaie de mettre fin à ses jours !

Publié le 20 octobre 2021

Avis de tempête pour l’émission culte de France 2. Dans des conditions de travail terribles et une ambiance épouvantable, une employée a tenté de se suicider ces derniers jours.

La célèbre émission de France 2 est dans la tourmente depuis plusieurs mois. De nombreux salariés ont déploré des conditions de travail terrifiantes au sein de cette rédaction, en plus d’une atmosphère difficilement supportable.


Et parmi eux, une femme n’a pas résisté à la pression. La semaine dernière, une employée de l’émission a fait une tentative de suicide, c’est du moins ce qu’a révélé le blog de Jean-Marc Morandini ce 19 octobre.

D’après les premières informations, ce drame a eu lieu dans un contexte salarial extrêmement tendu. Tous, employés, journalistes, pigistes décrivent "une ambiance tendue dans les coulisses." La cause ? Le groupe a décidé de transférer une partie de ses salariés vers une filiale de production. Malheureusement pour le personnel, ces transferts s’accompagnent d’une perte significative d’avantages sociaux.

La victime, en crise, n’aurait visiblement pas supporté cette extraordinaire pression. À ce sujet, Delphine Ernotte, la présidente du groupe France Télévisions, a tenu à s’exprimer : "Ce drame arrive dans un contexte décrié ; je maintiens que le renforcement de notre filiale demeure un objectif stratégique, mais dans ce contexte d'incompréhension et cette escalade de tensions, je décide de stopper ce transfert automatique. La production de ces émissions sera transférée, mais les salariés pourront choisir."

Auprès des équipes totalement lessivées, elle a affirmé sa volonté "d’apaiser les tensions et de restaurer une confiance mutuelle". Cette épouvantable incident fait suite à une année 2019 des plus difficile. À cette période, onze journalistes avaient dénoncé de mauvaises conditions de travail, une baisse de salaire, ainsi que des méthodes peu appréciables de la direction.

Un soulèvement qui s’était terminé par le renvoi définitif de Laurent Bignolas, le tout, au milieu de virulentes critiques.  

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème