France Dimanche > Actualités > The Voice : Lisandro Cuxi, à 17 ans, il a déjà vécu mille vies !

Actualités

The Voice : Lisandro Cuxi, à 17 ans, il a déjà vécu mille vies !

Publié le 21 juin 2017

En remportant la finale de "The Voice" samedi 10 juin 2017, le jeune homme originaire 
du Portugal, Lisandro Cuxi a gagné un formidable
 combat sur lui-même.

Il y a huit ans, il ne parlait pas un mot de français. Samedi dernier, le petit protégé de M. Pokora a remporté la finale de The Voice 6, en faisant battre à tout rompre les cœurs de ses fans, à commencer par ceux de sa famille. Et surtout celui de sa maman, Maria.

Chacun a pu prendre la mesure du talent de Lisandro. Il est évident que le jeune homme de 17 ans est une star en puissance. Ses capacités vocales, et surtout l’émotion qui se dégage de sa voix ne viennent pas de nulle part.

->Voir aussi - The Voice : Vincent, une enfance cauchemardesque !

Elles racontent une histoire, son histoire, celle d’un gamin un peu perdu, un peu triste, qui, jour après jour, grâce à une énergie folle et une volonté de fer, aussi aidé par un entourage familial aimant, va faire ce que font les vrais artistes : transformer le plomb en or… Une pratique qui tient de la magie, de celle qui consiste à affronter les coups durs de l’existence en les sublimant pour se réaliser pleinement.

Bégaiement

Ce chemin, Lisandro l’a emprunté très jeune. Un de ses premiers chocs, sans doute vécu comme une profonde déchirure, a été celui du déracinement. En effet, ses parents sont partis du Portugal, où il est né, pour rejoindre la ville de Cannes, où vit sa grand-mère maternelle. « J’en ai un mauvais souvenir, ça s’est fait du jour au lendemain. […] Il y avait des moqueries, je n’avais pas d’amis », a-t-il raconté à notre confrère Gala.

->Voir auusi - The Voice : Fabian "Pour la première fois de ma vie, je vis ma passion"

Tout est à reconstruire sur cette terre d’exil, où Maria, sa maman, est femme de ménage. Lisandro, à 9 ans, doit apprendre notre langue, se faire des petits camarades à l’école et entamer une nouvelle vie… Une situation déjà délicate qui ne fera qu’empirer à la suite d’un événement qui a tout d’une explosion atomique pour le petit garçon : le divorce de ses parents.

Lisandro a toujours été soutenu par M. Pokora
Lisandro a toujours été soutenu par M. Pokora

Après cette séparation, son père s’efface peu à peu de son existence, et Maria fait tout son possible pour transmettre à ses cinq enfants, Lisandro, Soraia, Renato, Jeremy et Wilson, les valeurs qui comptent à ses yeux : honnêteté, loyauté, sens de l’effort… Elle se confiera au sujet de son fils adoré à TF1, juste avant la finale, en ces termes : « Quand il était petit, il chantait beaucoup devant la télé. Souvent, il m’a dit “Maman, peut-être un jour je serai là”… […] Il a bossé comme un dingue ! Cinq heures par jour. L’école, la salle de sport, la danse… Il n’arrêtait pas. »

Lisandro n’a en effet jamais cessé se battre pour s’intégrer dans sa nouvelle vie en France. Car non seulement il ne parlait pas un mot de français à son arrivée à Cannes, comme nous vous le disions plus haut, mais bientôt, il s’est mis à souffrir de bégaiement ! Avoir tous ces problèmes pour s’exprimer et affronter des enfants de son âge à l’école n’est pas chose aisée.

« Je suis arrivé à la fin de mon CM2. C’était dur. Les filles se moquaient un peu. Et en plus, j’avais ce petit problème de bégaiement. J’étais vraiment jeune », a-t-il expliqué au lendemain de sa victoire à Yann Barthès dans Quotidien, sur TMC.

Passion

Sa passion pour le chant va lui permettre de s’en sortir. Car en écoutant les paroles des chansons, il apprivoise peu à peu le français, et aussi l’anglais. S’il refuse le mot de « revanche » pour décrire le sentiment qui l’a poussé à vouloir être sur le devant de la scène, on peut néanmoins penser que c’est son désir de s’affirmer, d’exister malgré tout, qui l’a incité à devenir un artiste.

« À 12 ans j’ai commencé à chanter dans ma chambre. Le pire, c’est que je chantais vraiment comme une casserole… J’avais jamais entendu une casserole comme moi », dit-il avec beaucoup d’humilité, dans une courte scène de présentation. Mais la casserole reste désormais à la cuisine. Le jeune homme possède en effet aujourd’hui une voix extraordinaire, magique, qui séduit un très large public.

« Je rencontre des dames de 60 ans qui me disent que je les ai fait pleurer pour la première fois devant un télé-crochet, des petites filles qui me disent : “Quand est-ce qu’on se marie ?” », a expliqué Lisandro au Parisien, encore sidéré de cette adhésion massive à sa petite personne.

Assumé

Que de chemin parcouru depuis sa participation, il y a deux ans, à The Voice Kids ! Quand on revoit les images de cette époque, où il était coaché par Jenifer, on apprécie mieux la distance qu’il a mise entre le petit garçon qu’il était alors et le jeune homme qu’il est devenu. Même son problème de bégaiement, qui cesse instantanément dès qu’il se met à chanter, n’en est plus un aujourd’hui.

L’avoir « assumé » dans The Voice, pour reprendre ses mots, lui a permis de dompter son trouble de la parole. Un petit miracle grâce auquel il ne ressent plus aujourd’hui le besoin de contrôler à tout prix son expression.

Autre prodige accompli grâce au télé-crochet de TF1 : il a repris contact avec son père ! Il faut dire que le message personnel qu’il avait fait passer, en choisissant d’interpréter la chanson de Calogero, Si seulement je pouvais lui manquer, lors de la demi-finale, avait profondément ému le public… et son père aussi ! Cet appel à l’amour paternel n’a pas été lancé en vain : « Il m’a envoyé un petit message, a-t-il confié au Parisien. C’était un tout petit message parce qu’il est comme moi, il ne parle pas énormément. Mais du coup, j’étais vraiment hyper content. »

Aujourd’hui, si Lisandro a gagné The Voice, il a, à l’évidence, remporté bien plus que cela. Après avoir vaincu sa timidité, il s’est prouvé qu’il pouvait vivre ses rêves et a également rendu ses proches très fiers de lui. Il semble avoir exaucé le souhait exprimé par sa mère quelques minutes avant la finale : « Le conseil que je peux donner à mon fils ce soir, c’est de garder les pieds sur terre et la tête dans les étoiles… »

Laurence Paris

À découvrir