France Dimanche > Actualités > The Voice : Lou Mai “J’étais vraiment très impressionnée”

Actualités

The Voice : Lou Mai “J’étais vraiment très impressionnée”

Publié le 29 avril 2017

Cette 
étudiante 
en terminale, Lou Mai,  
a eu la 
chance d’être sélectionnée à The Voice en quelques secondes…

Le 1er avril, jour de ses 18 ans, Lou Mai, en reprenant le tube Bohemian Rhapsody du groupe Queen, a réussi à convaincre les quatre coachs de The Voice en même temps.

On retrouvera donc cette jolie étudiante de Pacy-sur-Eure, qui envisage de faire une école d’art, lors de la première Battle, du samedi 15 avril. Et elle n’a sans doute pas fini de nous surprendre.

->Voir aussi - The Voice, Lidia : Elle a appris à chanter grâce à Edith Piaf !

France Dimanche (F.D.) : Comment est née votre passion pour le chant ?

Lou Mai (L.M.) : J’ai toujours adoré ça. Mais ma passion est née à 14 ans, après un cours de musique, au collège. Absent, mon professeur avait été remplacé par monsieur Venereo, qui nous a proposé de jouer d’un instrument ou de chanter devant la classe. J’ai pris mon courage à deux mains, et me suis lancée. C’était la première fois qu’un adulte me parlait de ma façon de chanter. Ses compliments m’ont convaincue. J’ai suivi ses conseils, et ai pris des cours à la MJC d’Évreux.

F.D. : Vos parents vous ont-ils encouragée ?

L.M. : Quand je leur ai demandé de me laisser prendre ces cours, ils m’ont répondu : « On verra plus tard ». Ils n’ont pas pris ma passion au sérieux, ni compris que c’était important pour moi.

F.D. : Avaient-ils écouté votre voix ?

L.M. : Ils savaient que je chantais dans ma chambre, que j’aimais la musique, mais ils ignoraient que ma passion était vraiment sérieuse.

->Voir aussi - The Voice : Amandine "Avec Florent, on partage la même vision de la vie !"

F.D. : Êtes-vous la seule artiste dans la famille ?

L.M. : Oui. Même si mon oncle est attiré par le chant. Mon père est directeur artistique et fait de la 3D, et ma mère est vendeuse dans le prêt-à-porter.

F.D. : Pourquoi vous êtes-vous inscrite ?

L.M. : Eddie Dièse, un ami qui avait été repéré, a donné mon nom. J’ai ensuite été convoquée et me suis laissé convaincre par le casteur de The Voice et par mes amis. Comme mes parents étaient assez confiants, j’ai pensé que j’allais regretter de ne pas participer.

F.D. : Votre famille vous soutient-elle dans cette aventure ?

L.M. : Oui, mes parents étaient présents dans la Family Room, avec mon frère Pacôme et ma sœur Lile Lai.

F.D. : Qu’attendez-vous de ce télé-crochet ?

L.M. : J’espère que l’émission m’apportera des contrats, la possibilité de tourner des films, de chanter…

F.D. : Lors de l’audition à l’aveugle, les coachs se sont tous retournés en même temps. Pourquoi avoir choisi Mika ?

L.M. : Je ne sais pas. Je n’ai pas réfléchi, c’était instinctif.

F.D. : Avez-vous eu le trac ? Qu’avez-vous ressenti ?

L.M. : C’était très stressant d’être sur cette grande scène, et surtout de voir les quatre fauteuils pivoter en même temps. Cela m’a mis énormément de pression, parce que ce sont des personnes importantes dans la musique. J’étais vraiment très impressionnée.

F.D. : Quel est votre style musical ?

L.M. : Je n’ai pas vraiment de style musical défini. En réalité, j’essaie de m’approprier tous les titres que je chante.

F.D. : Y a-t-il des artistes qui vous inspirent ?

L.M. : Oui. J’écoute beaucoup le groupe anglais London Grammar [un mélange de trip hop et de pop, ndlr]. Et, chez les Français, je préfère les classiques comme Charles Aznavour ou Barbara.

F.D. : Quel serait votre avenir idéal ?

L.M. : J’aimerais beaucoup exercer le métier d’architecte d’intérieur, et en parallèle mener une petite carrière musicale. Pouvoir partager mon temps entre ces deux activités serait vraiment parfait.

Anita Buttez

À découvrir