France Dimanche > Actualités > Thierry Ardisson : Il a voulu se suicider en s'ouvrant les veines !

Actualités

Thierry Ardisson : Il a voulu se suicider en s'ouvrant les veines !

Publié le 12 février 2015

Dans la nouvelle émission de Marc-Olivier Fogiel, "Le divan", Thierry Ardisson est revenu sur ses premiers pas à Paris. Une époque difficile pour le présentateur, très isolé, accro à l'héroïne et dépressif au point de s'entailler les veines dans sa baignoire...

Thierry Ardisson n'a pas eu une enfance facile. Reçu mardi 10 février par son meilleur ennemi Marc-Olivier Fogiel, avec qui il vient de se réconcilier après 15 ans d'embrouillaminis, le présentateur a raconté un épisode dramatique de sa vie. Sur un "divan", créé en son temps par Henry Chapier et remis au goût du jour par Marc-Olivier, le trublion du PAF se confie, tout d'abord sur son enfance. "Quand j'étais petit, je me demandais souvent ce que je faisais dans cette famille", débute-t-il, ayant même l'impression "d'avoir été le canard noir".Des souvenirs douloureux pour celui qui "n'a pas vraiment de sentiment d'appartenance à cette famille". "Je ne suis pas le roi de l'affect, je tiens ça de ma mère. Nous, on est assez froids, on a la dent dure", ajoute le présentateur de "Salut les Terriens". Ne se sentant pas à sa place, le jeune homme, qui a alors "comme unique ambition de devenir riche et célèbre" décide de quitter les siens, afin de rejoindre la capitale française. Vers un auguste futur ?

Seul, déprimé et 50 balles en poche

Ayant fui ses parents, dont il se sentait étranger, Thierry Ardisson arrive à Paris à l'âge de vingt ans, dépressif, "avec 50 balles dans la poche et sans connaître personne". Pour ne rien arranger, le futur présentateur est délaissé par la fille qu'il aimait, cette dernière ayant refusé de le suivre jusqu'à la capitale. Thierry est désespéré. "J'ai fait une tentative de suicide, mais assez grave, parce que je me suis ouvert les veines dans la baignoire, et si ma copine n'était pas revenue complètement par hasard, peut-être que je serais mort aujourd'hui", révèle-t-il. Après avoir été conduit à l'hôpital psychiatrique, le jeune homme est suivi par par un médecin. "Il m'a dit : "si vous voulez, on peut vous soigner", mais j'ai eu peur en fait qu'on me rende normal. (...) Et je ne voulais pas être normal du tout. Le fait de ne pas me soigner m'a poussé à consommer de l'héroïne, qui est une drogue qui soigne tous vos maux, enfin au moins pendant les 3 premiers mois"... a-t-il confié. S'il n'a pas réussi sa tentative de suicide, l'homme en noir n'est pas pour autant revenu tout de suite à la vie. Il restera accroché à la drogue dure pendant plus de trois ans...

Louis Destouches

À découvrir