France Dimanche > Actualités > Thierry Beccaro : Une brutale séparation !

Actualités

Thierry Beccaro : Une brutale séparation !

Publié le 17 mai 2019

Après 36 ans d’une relation sans nuage, il a décidé de tout plaquer.

Est-ce la crise de la soixantaine ou tout simplement une envie soudaine de changer de vie ? Toujours est-il qu’après trente-six ans à faire les belles heures du petit écran, l’animateur de 62 ans a brutalement décidé de tout plaquer ! L’an dernier, lui habituellement si discret, avait déjà provoqué une onde de chocs en dévoilant dans une autobiographie poignante son enfance torturée. 

Au fil des pages de Je suis né à 17 ans, paru chez Plon, Thierry racontait, en effet, de quelle façon les abominables violences de son père, endurées dès l’âge de 4 ans jusqu’à sa majorité pratiquement, l’ont profondément traumatisé, au point même de vouloir en finir. Ses proches, comme les millions de téléspectateurs qui lui vouent une fidélité sans bornes depuis tant d’années, en sont restés bouleversés. Comment imaginer que derrière son extrême gentillesse et sa bonne humeur communicative, le présentateur cachait depuis si longtemps cet inimaginable secret ?

Visiblement, laisser tomber ce masque de l’enfer était devenu nécessaire pour Thierry, afin qu’il puisse exorciser ses démons et lever le voile sur l’homme qu’il est vraiment. Pour ses fans bien sûr, mais avant tout pour ses enfants, Pauline, 35 ans, Clara, 21 ans, et Lucas, 18 ans. Peut-être attendait-il que ces derniers soient en âge d’entendre cette effrayante réalité pour se livrer ?

Tous trois ont, en tout cas, eu bien du mal à imaginer que ce papa, si aimant, complice, voire même gâteau, ait pu être si malheureux enfant et manquer autant d’amour. Thierry confiait évidemment n’avoir jamais levé la main sur l’un d’eux, préférant même, lorsqu’il est en colère, leur lancer un regard noir plutôt que de crier. Et se lançant, dès l’âge de 22 ans, à corps perdu dans ce métier d’animateur radio, puis télé, « pour sauver [s]a peau ! »

Aujourd’hui, moins d’un an après s’être allégé de ce terrible poids, tel un homme nourrissant de nouveaux projets, ce pilier de France 2 a choisi de mettre fin à cette merveilleuse histoire d’amour qui l’unissait au service public, de la présentation de Motus durant près de trois décennies à Télématin, en passant par 40 ° à l’ombre ou plus ancien encore, Matin bonheur. Il jure que cette décision a été prise en son âme et conscience, entièrement de son propre chef, durant l’été dernier, et qu’il n’a pas été poussé vers la sortie, comme Patrick Sébastien récemment.


Néanmoins, « ce n’est pas facile comme décision, reconnaît-il dans les colonnes du Parisien, il faut un peu de courage et de lucidité ». Plus encore quand on sait que Motus cartonne toujours autant chaque après-midi. Mais, « je ne voulais pas [en] devenir le vieux présentateur. Je sentais bien que je faisais souvent les mêmes blagues, qu’il était difficile après vingt-neuf ans de se renouveler. Ma crainte, c’était l’enfermement. C’est sans regret que je m’en vais. »

Il quitte les commandes de cet incontournable jeu pour lequel il avait signé en 1990 un contrat de deux mois seulement… à mille lieues d’imaginer alors que l’aventure durerait près de trente ans ! « Je me suis éclaté, avoue-t-il. J’ai eu une vraie complicité avec les candidats, le public, l’équipe technique. On a joué avec un aveugle, un professeur de langue des signes, un Américain… Messmer m’a piégé en hypnotisant une candidate qui m’envoyait des bisous à chaque fois qu’elle parlait ! » D’excellents souvenirs partagés avec des fans de l’émission toujours plus nombreux et fervents, qui doivent être aujourd’hui bien tristes de voir leur animateur fétiche tirer sa révérence.

Un au revoir qui ne prendra effet que fin août, date à laquelle il présentera ses dernières de Motus et Télématin. Mais que ses admiratrices se consolent, car si Thierry quitte son costume d’animateur, c’est pour mieux enfiler celui de comédien, une autre passion qui l’anime depuis très longtemps aussi.

Actuellement en pleine répétition de sa prochaine pièce au côté d’Anne Richard et au titre plutôt évocateur, Faut que ça change – « un signe ! » s’amuse-t-il même –, Thierry est également depuis peu ambassadeur de l’Unicef. La protection de l’enfance est une cause qui lui tient particulièrement à cœur au regard de ce qu’il a enduré petit. L’animateur se dit ouvert à toute proposition et aimerait beaucoup décrocher un rôle dans une fiction. Ce n’est donc qu’un au revoir mais certainement pas des adieux. Puisque nous aurons l’immense bonheur de continuer à le suivre sur les planches ou à la télé en tant que comédien, si on lui propose quelque chose qui le « rend heureux » !

Laurence VALMONT

À découvrir