France Dimanche > Actualités > Thomas Dutronc : Face à la maladie de Charcot !

Actualités

Thomas Dutronc : Face à la maladie de Charcot !

Publié le 30 avril 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

C'est sur le plateau de l'émission “6 à la maison” que Thomas Dutronc a avoué son calvaire…

Il en a connu des malheurs, le pauvre Thomas ! À commencer par ceux causés par le triste état de santé de sa mère chérie, Françoise Hardy, aujourd'hui âgée de 77 ans. Car il n'y a pas plus grand chagrin que de voir ses proches en lutte contre la maladie, souffrant tellement qu'ils envisagent de quitter l'existence prématurément…


Et aujourd'hui, le chanteur est face à un mal ô combien terrible : la maladie de Charcot, aussi appelée sclérose latérale amyotrophique (SLA). Sans doute a-t-elle été « popularisée », en tout cas s'est-elle fait connaître du grand public par l'entremise du célèbre astrophysicien Stephen Hawking. Ce dernier était en effet victime de ce fléau, cette terrible et douloureuse maladie dégénérative qui s'attaque aux neurones moteurs. Les premiers symptômes sont des crampes, puis un affaiblissement des muscles des bras et des jambes qui, bientôt, se trouvent paralysés. Les muscles responsables de l'élocution, de la déglutition et de la respiration sont eux aussi pris dans ce mouvement de paralysie.

Hélas, aujourd'hui, la science n'est pas en mesure de trouver les causes de cette horrible affection. Pire encore, on ne sait pas soigner, ni même ralentir durablement les effets dévastateurs de la sclérose latérale amyotrophique. Ceux qui en sont atteints voient leur espérance de vie diminuer drastiquement. On estime qu'après avoir posé le diagnostic de SLA, la moitié des personnes touchées aura moins de cinq années à passer sur terre…

Aussi, lorsque Thomas Dutronc a fait part de son expérience de la maladie de Charcot sur le plateau de l'émission 6 à la maison, diffusée le 24 mars dernier sur France 2, chacun l'a écouté dans un silence quasi religieux. Anne-Élisabeth Lemoine et Patrick Cohen, les animateurs, ont été très touchés par son témoignage, tout comme Muriel Robin, elle aussi invitée. C'est d'ailleurs la comédienne qui, parlant de sa grande amie Line Renaud dont on sait qu'elle défend le droit de mourir dans la dignité, a fait pencher la conversation vers le sujet de l'euthanasie, engageant Thomas Dutronc à se lancer dans de bouleversantes confidences.

L'artiste a en effet raconté avec une intense émotion que sa propre grand-mère avait été victime de la maladie de Charcot. Il était alors tout jeune homme, et a dû affronter la lente descente aux enfers de cette femme à laquelle il était très attaché.

« À partir d'un moment, a-t-il expliqué, elle ne pouvait plus faire sa toilette, se nourrir, elle n'était plus du tout indépendante… Même aller aux toilettes toute seule… Et là, elle disait que le jour où ça lui arriverait, elle voudrait disparaître », a-t-il ajouté, visiblement très ému en l'évoquant. Comme il l'a raconté, elle avait réussi trouver un médecin « qui a accepté de l'euthanasier ».

Elle avait tout juste 70 ans… Mais dans le temps qu'il lui restait à vivre, elle a pu profiter de ses proches, à commencer par son petit-fils. « Du coup, l'année d'après, a continué Thomas, je savais qu'elle allait mourir, donc je suis allée la voir toutes les semaines pendant toute l'année scolaire… Et puis, un jour, je lui ai dit au revoir, elle allait le faire pendant l'été, elle ne voulait pas me dire la date – j'étais quand même gamin, ça me faisait beaucoup de peine. Et puis voilà, elle est partie, parce qu'elle ne voulait pas vivre en étant diminuée… »

Après cette douloureuse confession, le jeune homme n'a pu s'empêcher de penser à sa mère, qui endure elle aussi un véritable calvaire depuis plus de quinze ans, marqué entre autres par ses combats face un cancer du système lymphatique et un autre du pharynx. Aujourd'hui, après quarante-cinq séances de radiothérapie, elle souffre « en permanence de détresse respiratoire, de crises d'étouffement et de suffocation, sans parler des hémorragies nasales interminables », comme elle vient de le confier à Paris Match.

Aussi Thomas redoute-t-il qu'un jour prochain, elle puisse elle aussi faire appel à un médecin pour quitter l'existence avant son terme : « Ma mère a de qui tenir forcément… », a-t-il ajouté.

Mais pour l'heure, fort heureusement, sa mère chérie connaît une période de rémission. Aussi Thomas en profite-t-il pour bien s'occuper d'elle et pour travailler sur un nouvel album. « Je vais vite revenir avec plein de musiques jolies, douces mélodies et autres guitares en folie ! » a-t-il récemment twitté.

On attend avec impatience son disque, car de la douceur et de la folie, c'est bien ce qui manque en ce moment.

Laurence PARIS

À découvrir