France Dimanche > Actualités > Tino Rossi est devenu l'égal de Napoléon !

Actualités

Tino Rossi est devenu l'égal de Napoléon !

Publié le 18 septembre 2012

La demeure du chanteur corse Tino Rossi vient de recevoir le titre honorifique de "Maison des illustres".

Avec 800 millions de disques vendus et 1250 chansons enregistrées en 60 ans de carrière, Tino Rossi était une star comparable à Elvis Presley et, bien avant Charles Aznavour, l'interprète de Marinella avait été élu « La plus belle voix du XXème siècle ». Depuis le 11 juillet dernier, Tino est devenu très officiellement l'égal de... Napoléon Bonaparte ! En effet, sa maison familiale d'Ajaccio, comme celle de l'empereur, viennent de recevoir le label rouge, celui de « Maisons des illustres ». Une distinction crée l'an dernier par le ministère de la culture et de la communication et remis en 2012 à 111 maisons de personnages ayant marqué l'Histoire de notre pays. Parmis eux, seulement trois artistes : Michel Simon à La Ciotat, Joséphine Baker au château des Milandes à Castelnaud-la-Chapelle et Tino Rossi à Ajaccio.

Cette maison du bonheur est située route des Sanguinaires, au Scudo, la plage chic d'Ajaccio. Tino Rossi en avait fait les honneurs aux deux envoyés spéciaux de France Dimanche Gaston Servent et Roger Denizon, le 9 août 1958. Ils avaient assisté à la vie de la famille Rossi dans cette longue maison blanche, que l'interprète de Petit papa Noel avait fait construire face à la piscine et où avec sa femme Lilia et leur fils Laurent, âgé de 10 ans ils pratiquaient la natation mais aussi l'art de la sieste, une tradition à laquelle Tino n'aurait dérogé sous aucun prétexte ! Contrairement à Napoléon, Tino Rossi revenait souvent sur son île natale, lui, le fils du tailleur en boutique de la rue Fesch à Ajaccio. Il était resté fidèle à cette « île enchantée » qu'il servait si bien de sa voix de ténor aux deux octaves et demi.

« Je n'ai qu'un seul besoin », disait-il à nos envoyés spéciaux. « C'est de revenir chez moi en Corse. Quand je suis sur la terre de mes parents, je suis bien. Ici, je suis un contemplatif, je n'ai qu'à poser les yeux sur tout ce que j'aime : ma femme, mon fils, ma maison, mes fleurs, mes amis et je suis heureux ». Laurent, son fils, a gardé la maison du Scudo, il poursuit la tradition. Avec ses enfants, il y vient à Noël, à Pâques et tout l'été comme le faisaient ses parents. C'est une bien curieuse impression pour Laurent Rossi que de voir la maison de sa famille, là où il a passé son enfance, là où il est chez lui, devenir un monument historique. Une distinction hautement méritée pour celui que les Corses considéraient de son vivant comme une légende.

Texte de Dominique Préhu

À découvrir

Sur le même thème