France Dimanche > Actualités > Vaimalama Chaves : Braquée par un drogué !

Actualités

Vaimalama Chaves : Braquée par un drogué !

Publié le 12 mars 2019

En confiance sur ses terres tahitiennes, la miss n’a pu empêcher l’homme de s’introduire chez elle.

Depuis son élection en décembre dernier, la reine de beauté n’a pas été épargnée par le sort, et encore moins par les internautes. Vaimalama Chaves connaît en effet désormais les risques encourus par toute personnalité tentée de s’exprimer sur les réseaux sociaux. 

La ravissante Tahitienne aux yeux clairs doit sans doute aujourd’hui regretter d’avoir osé faire une blague sur son compte Instagram : on la voit prendre la pose sur un monte-personne au Cirque d’hiver à Paris, un cliché légendé de ce commentaire : « Lentement, mais sûrement ! Je fais les choses à mon rythme, mais j’avoue avoir été particulièrement lente cette fois. » Une plaisanterie peut-être discutable mais qui ne méritait sûrement pas les réactions violentes de certains qui ont accusé Miss France de se moquer des handicapés. 

La jeune femme de 24 ans n’en revient toujours pas, ainsi qu’en témoigne sa réponse : « Ce n’est aucunement une moquerie. Je ne pensais pas que, sous prétexte qu’on est valide, on n’a pas le droit de se poser dessus. » 


Déjà agressée par Matthieu Delormeau sur le plateau de Touche pas à mon poste sur C8, qui avait déclaré, à la fois péremptoire et vipérin : « Elle a été élue pour être jolie, c’est tout ce qu’on lui demande », Vaimalama devait se dire que la rançon de la gloire était plutôt élevée…

Mais alors que cette déferlante d’injures s’abattait sur elle, la jeune femme a pu se consoler, car une bonne nouvelle, venue de très loin, l’a réconfortée.

À des milliers de kilomètres de Paris, nouvel épicentre de ses activités, dans la capitale de la Polynésie française, un triste sire traduit en comparution immédiate devant le tribunal de Papeete, venait en effet d’être condamné à purger une peine de trois ans de prison, dont deux ferme, pour quatorze cambriolages. Or il se trouve que parmi les victimes de ce voleur très actif figurait Vaimalama. Alors qu’elle venait tout juste d’être ceinte de l’écharpe de Miss Tahiti, le malfaiteur avait fait main basse sur l’un des cadeaux reçus lors de ce premier triomphe : un collier composé de 99 perles noires, d’une valeur estimée entre 12 000 et 17 000 euros. 

Comme le coupable échangeait ensuite son butin contre de la drogue, il n’est pas sûr que la police ait pu retrouver ce joyau. Mais le simple fait de savoir son voleur sous les verrous doit déjà rassurer Vaimalama. Et l’inciter à mettre sa couronne de Miss France à l’abri des convoitises…

Claude LEBLANC

À découvrir