France Dimanche > Actualités > Valérie Damidot : Son bouleversant combat contre la maladie

Actualités

Valérie Damidot : Son bouleversant combat contre la maladie

Publié le 27 novembre 2011

Depuis quinze ans, l'animatrice Valérie Damidot souffre d'un grave dysfonctionnement hormonal. Problèmes de poids et fatigue intense sont le lot quotidien de celle qui a beaucoup maigri dernièrement.Depuis quinze ans, l'animatrice Valérie Damidot souffre d'un grave dysfonctionnement hormonal. Problèmes de poids et fatigue intense sont le lot quotidien de celle qui a beaucoup maigri dernièrement.

En début d'année, dans Femme actuelle, Valérie Damidot analysait : « Pour le public, je représente la bonne copine, la femme décomplexée qui fait de la télé sans se préoccuper du regard des autres. »

Rigolote, simple, généreuse, bonne vivante : toutes ces étiquettes que l'on colle spontanément aux femmes rondes, Valérie les a en effet longtemps tolérées, voire revendiquées, pour mieux accepter cette fatalité, récemment énoncée par elle dans un sourire : « Je ne ressemblerai jamais à Angelina Jolie ! » Ses rondeurs, la décoratrice de M6 semblait donc en faire son affaire. Mieux : sa marque de fabrique ! C'est du moins l'image qu'elle aimait se donner.

->Voir aussi - Valérie Damidot : "Je voulais être écuyère de cirque !"

Image ô combien trompeuse. Car en réalité, derrière cette apparence de joie de vivre et de décontraction, c'est un véritable drame qui se jouait... Aujourd'hui, délestée de 16 kg, l'héroïne de la série Victoire Bonnot(M6) lève enfin le voile sur les véritables raisons de son embonpoint : « Mon problème à moi, a-t-elle confié dans Oops !, ce n'était pas de me goinfrer comme un goret, mais bien ma maladie. »

Maladie ! Le mot est donc lâché. Puisque les kilos encombrants de la jolie blonde ne sont pas dus à une alimentation trop abondante ou trop riche, mais bien à une affection « auto-immune » dont elle souffre depuis plus de quinze ans : l'hypothyroïdie. De quoi s'agit-il ?

Diagnostic

La glande thyroïde, située à la base de notre cou, régule le métabolisme des cellules de notre corps. Dans le cas de l'hypothyroïdie, elle devient paresseuse, et c'est tout l'organisme qui, du même coup, ralentit... et n'élimine plus, ou en tout cas moins efficacement. Ce dysfonctionnement est bien connu de la médecine vu qu'il touche plus de 2 % de la population, et cinq fois plus souvent les femmes que les hommes. Pourtant il faut généralement du temps pour que le problème soit enfin décelé, tant le diagnostic est difficile à établir !

Pour Valérie, tout a commencé à la trentaine. Après la naissance de ses deux enfants, Roxane et Norman, la jeune femme a pris plus de quatre tailles en un rien de temps ! Bien sûr, elle a tenté par tous les moyens de perdre ces kilos enrobant sa silhouette. Hélas, ses efforts sont restés sans succès. « J'avais honte de mes bras, s'est-elle souvenue dans Closer. Je n'allais même plus à la plage. »

Il y a fort à parier que la jeune maman a alors mis son embonpoint sur le compte de la maternité, tout comme l'intense fatigue dont se plaignent systématiquement les personnes atteintes d'hypothyroïdie. Après tout, les naissances de deux enfants, survenues à quelques mois d'intervalle seulement, sont des périodes de bouleversement intense...

Ce n'est qu'après plusieurs mois de régimes infructueux que Valérie Damidot se rend finalement chez un médecin. Après avoir prescrit plusieurs traitements pour remettre la jeune maman sur pied et la faire mincir, le docteur lui conseille une analyse sanguine. Le verdict est sans appel : elle souffre d'un important déficit hormonal.

L'endocrinologue qu'elle consulte lui propose évidemment de suivre un traitement à base d'hormones de substitution. « Mais j'ai du mal à trouver le bon dosage », a-t-elle avoué dans le même hebdomadaire.

Moqueries

Depuis plus de quinze ans maintenant, Valérie Damidot a appris à vivre au rythme des soubresauts de sa capricieuse thyroïde. Elle doit accepter que son corps se gorge parfois d'eau sans qu'elle puisse rien y faire. Outre le fait que ce gonflement inesthétique blesse sa coquetterie, son statut de femme médiatisée l'expose aux moqueries du grand public et aux railleries parfois cruelles des humoristes. Valérie encaisse, assume ses rondeurs et profite des parenthèses que sa glande thyroïde lui offre parfois.

« Ces derniers temps, elle me fout un peu la paix... vient-elle de reconnaître dans Oops ! Donc j'ai maigri. » Profitant de cette période propice à l'amaigrissement, Valérie Damidot a, en plus, respecté les recommandations avisées de son ami nutritionniste, Dr Cohen.

« Il m'a par exemple fait renoncer au croissant beurre du matin. Maintenant, je mange du pain grillé. Bref, il a mis un peu de discipline dans mon alimentation sans pour autant la transformer. » Une santé qui s'améliore, des repas raisonnables, et le tour est joué !

Anna Hadrien

À découvrir