France Dimanche > Actualités > Valérie Lemercier : Le calvaire de sa jeunesse !

Actualités

Valérie Lemercier : Le calvaire de sa jeunesse !

Publié le 19 novembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

L'humoriste Valérie Lemercier vient de révéler une face bien sombre de son existence…

Comment l'humour vient-il aux artistes ? Si la ou les réponses semblent bien diffi ciles à percevoir, Valérie Lemercier a, en tout cas, parfaitement réussi son pari de nous divertir. Cette fois encore, avec son sixième fi lm, Aline, qui raconte, à sa façon, l'histoire de Céline Dion et sa longue passion avec René Angélil, la réalisatrice réussit à nous emporter… Son secret, pour nous faire vibrer ainsi, c'est peut-être qu'elle s'est totalement identifi ée à la star internationale. Pas pour son côté star justement, mais plutôt pour toutes les diffi cultés que Céline a dû affronter les premières années de sa vie, car elle-même les a vécues…


En particulier, la souffrance d'être une enfant au physique un peu ingrat… Interviewée le 26 octobre sur France Inter par Augustin Trapenard dans l'émission Boomerang, Valérie a en effet expliqué : « Quand on entend, enfant, et ça m'est arrivé – beaucoup – qu'on n'est pas jolie, on cherche autre chose… »

En effet, petite, la réalisatrice avait du mal à trouver son identité : « Être fi lle, ce n'était pas mon rôle chez moi. Nous étions quatre fi lles… mais moi j'étais le garçon », avait-elle expliqué à Psychologies Magazine en 2007. Valérie était la seule à être condamnée à porter les cheveux courts ! Ses sœurs, elles, arboraient une longue chevelure ! Non seulement elle avait une allure de garçon manqué, mais son père l'envoyait se faire couper les cheveux… chez un coiffeur pour hommes ! Ce qui fait qu'une fois rentrée chez elle, la malheureuse enfilait immédiatement un bonnet qui ne quittait plus sa tête. Pour couronner le tout, son père l'avait « masculinisée » ne l'appelant que « mon petit Valou » ! En conséquence de quoi, ce traitement particulier a retenti sur son psychisme : « Je devais sans doute être un peu perturbée, puisque j'ai fait pipi au lit jusqu'à l'âge de 14 ans. Ma mère m'avait acheté un appareil qui s'appelait le “pipi-stop” », avait-elle raconté à notre confrère.

Dans ces conditions, Valérie n'a pas pu être la petite fille modèle qu'elle aurait sans doute rêvé d'incarner. Mais lorsqu'on la voit aujourd'hui, séduisante, accomplie, lumineuse, on se dit qu'elle a eu bien raison de dépasser ses complexes et ses doutes. Car si elle n'a pas été une petite fille modèle, aujourd'hui, avec sa taille mannequin, son humour et son talent de réalisatrice, elle fait rêver bien des gens…

Laurence PARIS

À découvrir