France Dimanche > Actualités > Valérie Trierweiler : Entre Alain Delon et Hani, elle a choisi !

Actualités

Valérie Trierweiler : Entre Alain Delon et Hani, elle a choisi !

Publié le 11 avril 2014

À Paris, au bras de la star de cinéma, ou à New York, avec son ami libanais, l’ex-Première dame, Valérie Trierweiler vient de vivre une � folle semaine romantique�.

Aussitôt prise, la photo s’est propagée comme une traînée de poudre. Pensez donc ! la légende vivante du cinéma français, Alain Delon au bras de l’ex-Première dame, le cliché ne pouvait pas passer inaperçu. Mais par quels chemins tortueux ces deux êtres, qu’en apparence rien ne réunit, se sont-ils retrouvés ensemble ? C’est là une mystérieuse et longue histoire que nous allons tenter de remonter avec vous.

« Aujourd’hui, j’ai envie d’être amoureux. Ce sera la dernière fois, celle de ma fin de vie ». Ces mots ont été prononcés par Alain Delon il y a un peu moins d’un an. Dans les colonnes de Paris Match, la star revenait sur son passé, ses moments de gloire, ses amours. L’amour, disait-il, « je l’ai connu et j’ai été très heureux. L’intensité de tout cela est difficile à renouveler à partir d’un certain âge. »

Cover 3528Idéal féminin

Quelques années plus tôt, le comédien dressait pourtant le portrait assez précis de celle avec qui il aimerait passer ses vieux jours. Après être tombé plusieurs fois amoureux de femmes beaucoup plus jeunes que lui, il confiait avoir changé. « Je me vois plutôt avec quelqu’un de plus mature, quelqu’un qui sache ce qu’est la vie, les ruptures, quelqu’un d’intelligent. Une vraie femme, quoi. Pas une jeune à qui il faut tout apprendre. »

Alain Delon, dont les dernières années ont été entourées de solitude, a-t-il vu en la journaliste, seule elle aussi, l’incarnation de son idéal féminin ? Mature, Valérie l’est, à n’en pas douter. Qu’elle connaisse la vie, les ruptures et leurs affres, c’est le moins que l’on puisse dire au regard des mois douloureux qu’elle vient de traverser.

Quant à son intelligence ou sa culture, nul doute que sa longue carrière de journaliste politique, son expérience, aussi brève ait-elle été, de compagne de président de la République, ou plus récemment, sa reconversion en journaliste littéraire font d’elle une femme qui ne manquerait pas de conversation pour un homme comme Alain.

Du côté de Valérie Trierweiler, les motivations étaient tout aussi compréhensibles. Quoi de plus revigorant pour une femme que de paraître au bras de l’incarnation française de la masculinité ? Malgré ces 78 printemps, l’acteur n’a rien perdu de sa prestance, et l’aura qui l’entoure fait de lui un homme toujours aussi apprécié de la gente féminine. Et quel moyen efficace d’effacer l’affront qu’elle vient de subir… Pensez, après François Hollande, Alain Delon !

Ils ont fait connnaissance au sein du comité de soutien de Florence Cassez. Depuis la rupture de Valérie avec le chef de l’État, Alain et elle se sont beaucoup rapprochés.

Amitié

Ému par la façon quelque peu cavalière dont François Hollande a rompu avec Valérie, et attiré par son caractère bien trempé, Alain Delon a, dans un premier temps, simplement voulu la réconforter, comme l’aurait fait un ami. Néanmoins, depuis quelques semaines, ils se sont beaucoup téléphoné, et ont multiplié leurs rencontres.

C’est ainsi qu’ils se sont retrouvés la semaine dernière au restaurant Le Berkeley, avenue Matignon. Dans cet établissement à deux pas de l’Élysée où le comédien a ses habitudes, les deux nouveaux amis ont déjeuné, avant de sortir bras dessus bras dessous. Puis, ils se sont dit au revoir chaleureusement devant des badauds médusés de voir si proches l’ex-Première dame et la star de cinéma…

Or, ce jour-là, devant Le Berkeley, il n’y avait pas que des badauds. Cachés, des photographes guettaient la sortie des deux célébrités. « On va enflammer les journaux », s’est amusé Alain, qui se doutait bien, avant de quitter l’établissement, qu’ils n’étaient pas seuls. « Chiche ! », lui a répondu Valérie avant de se prêter avec lui au jeu des improbables amants.

Car il va de soi, vous l’aurez sans doute deviné, que cette histoire n’est rien d’autre qu’amicale. À une amie, dubitative, qui lui demandait s’il y avait quelque chose entre elle et Alain, Valérie a répondu en riant : «  Il a du charme mais il a quand même 78 ans, c’est juste un ami. »
Pour ne rien vous cacher, Valérie Trierweiler a bel et bien un homme dans sa vie, et il n’a pas changé depuis que nous vous avons révélé son identité, il y a deux mois déjà…

D’ailleurs, quelques jours à peine après sa parution remarquée au bras du « Samouraï », c’est Hani Yakan, l’informaticien libanais dont elle est tombée amoureuse après sa rupture avec François Hollande, qu’elle est allée rejoindre à New-York… Les retrouvailles ont eu lieu à l’occasion d’un reportage que la journaliste réalisait là-bas pour Paris Match. Initialement, elle était envoyée dans « la grosse pomme » pour réaliser un sujet sur Marc Levy.

Valérie et le romancier se connaissent bien. Elle l’a interviewé plusieurs fois par le passé. Surtout, elle connaît son épouse, une ancienne du Journal du Dimanche, dont les locaux sont situés au même endroit que Paris Match. Ce sont donc deux ex-collègues qui se retrouvaient dans le superbe appartement que Levy et son épouse occupent à Soho et où ils ont réalisé la séance photo.

Amour

Mais cette escapade new-yorkaise a surtout permis à Valérie de retrouver Hani ! Tous deux ont ainsi passé ensemble cinq jours de bonheur, incognito. Il est clair que cet informaticien aisé, qui parle très bien français, passe plus facilement inaperçu qu’Alain Delon… À son bras, Valérie a visité le célèbre musée d’art moderne, le Moma.

Ils se sont baladés dans les grandes artères commerçantes de la ville, Valérie, en profitant pour acheter quelques vêtements à son fils Léonard dans la célèbre boutique Abercrombie sur la Cinquième Avenue. Puis, tous deux sont allés déjeuner à la brasserie française chez Pastis dans un quartier branché de Manhattan. Et le soir, comble du romantisme, ils ont dîné en amoureux dans une trattoria de Little Italy…

Avant de quitter le continent américain, Valérie Trierweiler a fait un petit crochet par Montréal pour embrasser son fils Anatole, qui étudie là-bas. Mais déjà, les prochaines retrouvailles avec Hani ont été planifiées. Le beau Libanais la rejoindra en France à l’occasion des vacances de Pâques. Autant dire, demain. L’amour, c’est bien connu, a horreur d’attendre…

Christian Morales

À découvrir