France Dimanche > Actualités > Valérie Trierweiler : Un gros malaise !

Actualités

Valérie Trierweiler : Un gros malaise !

Publié le 2 décembre 2016

Malgré un évanouissement pendant une épreuve, la journaliste Valérie Trierweiler est allée au bout du raid des Alizés en Martinique.

Pour venir en aide aux plus démunis, l’ex de François Hollande est prête à prendre tous les risques, y compris mettre sa vie en danger. Il y a quelques jours en Martinique, où elle participait au raid des Alizés, Valérie Trierweiler a fait une belle frayeur aux membres de son équipe.

Quand on lui a proposé de s’engager dans cette compétition sportive de haut niveau, Valérie a dit tout de suite oui.

->Voir aussi - Valérie Trierweiler : En un tweet assassin, elle ridiculise Michel Sapin !

Cette épreuve, qui se déroule dans les espaces sauvages de l’île, est une belle aventure entre femmes qui partagent les valeurs de partage, d’entraide et de solidarité, auxquelles Valérie est très attachée.

Chaque équipe défend les couleurs d’une noble cause et le classement général détermine le montant des donations qui seront reversées à chacune des associations caritatives concernées.
La journaliste, accompagnée de deux amies, était donc bien décidée à faire des étincelles, nom qu’elle avait d’ailleurs donné à son team ! Vendredi 18 novembre, n’écoutant que son courage et nourrissant l’espoir de porter une nouvelle fois main-forte au Secours populaire dont elle est la marraine, elle a repoussé ses limites en enchaînant des épreuves très pénibles.

->Voir aussi - Valérie Trierweiler : Mais jusqu'où ira-t-elle ?

Ce jour-là, après un parcours en canoë-kayak dans la baie de Génipa, les 180 concurrentes ont pris le départ pour une course à pied de 16 km dans la forêt tropicale de Cœur Bouliki. Une course semée d’embûches et beaucoup trop éprouvante pour la journaliste.

Après quelques minutes de ce véritable parcours du combattant, Valérie a été victime d’un malaise, probablement vagal, dû à un effort excessif. Sur les photos, la malheureuse a les yeux fermés, elle semble avoir perdu connaissance. Très pâle, son teint crayeux fait peur.

Il faut dire que la chroniqueuse de Paris Match ne semble pas être très entraînée. En tout cas pas assez pour des épreuves aussi difficiles. Et puis Valérie a 51 ans, un âge où l’on a moins de résistance et où la fréquence cardiaque s’emballe plus rapidement.

Mais c’est aussi une femme de caractère et qui a du cran. Après les secours apportés par les membres de l’organisation, Valérie, plus motivée que jamais, s’est relevée et a achevé la course coûte que coûte, après cinq heures de souffrance.

Arrivée bonne dernière, elle a été accueillie à son arrivée par une haie d’honneur. Une place que Valérie assume fièrement ! « Officiellement dernière dame des Alizés ! », a écrit Valérie Trierweiler avec humour sur Twitter, « J’ai vécu une expérience unique, extrême, riche en émotions. Merci les filles », ajoute celle qui a, une nouvelle fois, fait preuve d’un grand courage.

Catherine Venot

À découvrir