France Dimanche > Actualités > Vanessa Paradis : Bain de sang en plein concert !

Actualités

Vanessa Paradis : Bain de sang en plein concert !

Publié le 30 juillet 2014

À quelques minutes de l'entrée sur scène de Vanessa Paradis, un terrible événement  a chamboulé tous ses plans.

Il est à peine 9 heures du soir, ce samedi 19 juillet, mais Priscilla et son petit copain Kevin (pas beaucoup plus de trente ans à eux deux…) sont déjà là, au milieu du parc des Beauvières, à Ribérac, petite ville de Dordogne où se déroule depuis deux jours le festival du Grand Souk. Ils sont arrivés depuis une bonne demi-heure, de Périgueux, sur le scooter du jeune homme.

Le concert de Vanessa Paradis n’est prévu que vers 21 h 30, mais il s’agissait de ne pas être trop loin de la scène, afin de n’en pas perdre une miette. Du reste, ils ne sont pas les seuls à avoir eu l’idée d’arriver en avance : il commence à y avoir du monde, dans ce parc ! Quand les premières gouttes se mettent à tomber, personne ne s’en émeut trop. Il faudrait plus qu’un peu de pluie pour décourager les fans de Vanessa !

« Aïe ! », fait soudain Priscilla. « Qu’est-ce qui t’arrive ? », s’informe son soupirant. La petite blonde affiche un air étonné : « Je me demande si c’est pas un grêlon, que je viens de me prendre sur le coin de la frange… » Kevin lève les yeux au ciel, lequel est en effet très noir : « Un grêlon ? Non mais, alors là, n’importe quoi ! T’es complètement à… » Il s’interrompt brusquement car lui aussi vient d’en recevoir un à la pointe du nez ; juste après, un autre, sur l’avant-bras cette fois. Puis, encore un et…

Vanessa 2 ParadisPanique

En quelques secondes, ça vire au carnage. Dans la foule, les cris de douleur se multiplient et tous ces jeunes gens commencent à courir un peu dans tous les sens ; mais, évidemment, ils ne vont pas bien loin ni bien vite, nombreux et tassés comme ils sont. C’est que la grêle qui tombe à présent, ils n’en ont pas subi beaucoup de pareilles ! Les billes de glace qui tombent du ciel sont de plus en plus grosses et drues.

Avec ça, les rafales de vent qui gagnent en violence à chaque seconde en envoient des paquets dans la figure des malheureux qui tentent de se protéger tant bien que mal. Çà et là, le sang commence à couler, et la panique se propage rapidement, cependant que l’ouragan gagne encore en puissance : à présent, les grêlons ont la taille d’une balle de ping-pong… en beaucoup plus durs !

Durant ce temps, entourée de ses musiciens et de son équipe, Vanessa Paradis est à l’abri de la tempête. Mais ce qu’elle subit est peut-être pis encore que ce qui se passe à l’extérieur. C’est qu’elle se rend compte avec beaucoup de tristesse que, vu les dégâts qui s’annoncent, son concert va devoir être annulé. Et, ça, pour une artiste de sa trempe, qui a toujours tout donné à son public, c’est un véritable crève-cœur ; d’autant qu’elle se faisait une vraie fête de participer au Grand Souk.

Dégâts

Le souk, pour l’instant, il est dehors. Courant comme des lapins pris dans les phares, les spectateurs se ruent à couvert des arbres ou dans les renfoncements des portes et des fenêtres de l’élégante bâtisse du parc. Certains y parviennent à temps, d’autres n’ont pas cette chance : lorsque la Croix-Rouge puis les pompiers arriveront aux Beauvières, ils dénombreront plus d’une dizaine de blessés, et seront même obligés de recoudre certaines entailles sur place.

En moins de dix minutes, la tempête se termine, aussi brusquement qu’elle avait commencé. Mais les dégâts qu’elle vient de causer sont irréparables, en tout cas pour ce soir. La mort dans l’âme, Vanessa Paradis comprend qu’elle ne chantera pas au Grand Souk, que c’est fichu pour cette année. Et ce rendez-vous manqué avec ses admirateurs lui laisse comme un goût de cendre dans la bouche.

Quant à Kevin et Priscilla, ils s’en sont sortis indemnes, ayant eu la chance d’être à proximité d’un gros arbre très touffu. Dès qu’ils ont compris que leurs rêves de concert venaient de voler en éclats, et lorsque le ciel s’est dégagé, ils sont remontés sur le scooter et rentrés à Périgueux. Non sans que Kevin, galamment, ait essuyé soigneusement la selle de son engin.

Didier Balbec

À découvrir