France Dimanche > Actualités > Véronique Genest : "Au début, ma grande gueule ne plaisait pas vraiment à TF1"

Actualités

Véronique Genest : "Au début, ma grande gueule ne plaisait pas vraiment à TF1"

Publié le 3 février 2012

Voilà 20 ans qu'elle incarne le commissaire de choc, Julie Lescaut, sur TF1. Une belle occasion pour la comédienne de 55 ans d'ouvrir son album de souvenirs afin de revenir, pour les lecteurs de France Dimanche, sur ces deux décennies de pur bonheur...

France Dimanche (F.D.) : Tout d'abord, bon anniversaire ! Comment vivez-vous ces 20 ans ?

Véronique Genest (V.G.) : C'est formidable d'avoir 20 ans ! Je n'ai pas vu le temps passer...

F.D. : Comment avez-vous débarqué dans l'aventure ?

V.G. : J'ai été très étonnée d'être choisie car, à l'époque, ma grande gueule ne plaisait pas vraiment à TF1 ! On m'avait déjà écartée de nombreux projets, alors, quand ma copine Caroline Huppert, avec qui je venais de faire un film pour Antenne 2, m'a appelée pour me dire qu'elle faisait le pilote d'une série et qu'elle voulait me prendre pour le rôle principal, je lui ai dit que c'était adorable de sa part, mais que ça n'allait certainement pas marcher. Mais, à ma grande surprise, elle me répond : « Si, si, ils sont Ok ! »

F.D. : Vous est-il déjà arrivé d'imaginer qu'elle aurait été votre carrière si vous n'étiez pas entrée dans la peau de Julie Lescaut ?

V.G. : J'aurais peut-être fait une grande carrière au cinéma, qui sait ? C'est vrai que, deux jours après avoir dit « oui » pour Julie Lescaut, j'aurais pu être choisie par Woody Allen pour son dernier film... (rires)

F.D. : Quels sont vos meilleurs souvenirs de tournage ?

V.G. : Je n'en ai que des bons ! On est une vraie famille, toujours ravis de se retrouver. Ce n'est qu'un grand et beau souvenir, que je suis d'ailleurs en train d'écrire.

F.D. : N'avez-vous jamais eu envie d'arrêter ?

V.G. : J'ai peut-être eu quelques petits moments de lassitude, surtout lorsque la production partait dans des directions qui ne me convenaient pas. Mais, ça ne durait jamais bien longtemps. La preuve, je suis toujours là !

F.D. : Et si la série devait s'arrêter demain...

V.G. : Eh bien, ce serait parfait. D'ailleurs, elle va probablement s'arrêter... Mais, moi je continuerai. Dites-vous bien que ma vie, ce n'est pas que Julie Lescaut ! J'ai des tonnes de projets, de films, de pièces de théâtre, etc. Alors, si tout cela était fini, je pourrais peut-être enfin faire tout ce que je n'ai pas eu le temps de faire.

F.D. : Quels souvenirs gardez-vous de votre ancien complice, Mouss Diouf ?

Madame le commissaire Julie Lescaut

V.G. : Mouss, c'est mon pote, c'est moi qui l'ai fait venir sur Julie. À l'époque, il faisait de la boxe et avait un charisme magique. Néanmoins, il fallait quand même beaucoup le pousser à travailler, car Mouss avait quand même un petit baobab dans la main ! Et puis, je me souviens qu'il était tout le temps fourré dans la salle de téléphone, à tel point qu'on avait surnommé cet endroit : le « Moussophone ». Après, le portable est arrivé. Il en avait trois dans chaque main. Mouss est quelqu'un que j'aime beaucoup. Tout ce qui lui arrive me peine énormément.

F.D. : Avez-vous toujours gardé de bons rapports avec vos filles de télé, Babou (Joséphine Serre) et Sarah (Jenifer Lauret) ?

V.G. : Oui, bien sûr. Je vois un peu moins Joséphine, mais quand on se croise, on a toujours plein de choses à se dire. Quant à Jenifer, elle a ses enfants, elle fait plein d'autres choses, c'est une vraie bosseuse, quelqu'un sur qui l'on peut compter, et avec qui j'aurais grand plaisir à retravailler en dehors de Julie Lescaut. A l'époque, nous les avions choisies avec Caroline, et la suite nous a prouvé qu'on avait eu raison de les prendre !

F.D. : Finalement, vous vous sentez plus Julie ou Véro ?

V.G. : Véro à 100% ! J'oublie même souvent que je suis comédienne, c'est vous dire...

F.D. : 20 ans, ça se fête ! Y a-t-il quelque chose de prévu ?

V.G. : Non. Je trouve ça assez dingue d'ailleurs ! Ils auraient quand même pu marquer le coup. TF1 a un programme qui casse la baraque depuis vingt ans et ils n'ont rien prévu pour marquer l'événement. C'est triste...

F.D. : Et vous, vous êtes repartie pour 20 ans ?

V.G. : Oh, là, là, je n'en sais rien ! Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il y a déjà trois épisodes prévus pour 2012, ce qui va doucement nous amener au 100ème. Ensuite, on verra... Pour le moment, rien n'est fait.

Interview : Caroline Berger

À découvrir