France Dimanche > Actualités > Véronique Sanson : Frappée par le cancer !

Actualités

Véronique Sanson : Frappée par le cancer !

Publié le 19 septembre 2018

1536838667_sanson-veronique-20180913

Depuis juillet, Véronique Sanson, touchée à la gorge, se sait condamnée à de la radiothérapie, traitement débuté ces jours-ci.

Elle a connu tant de drames, traversé tellement de tempêtes, dont on pensait que peut-être elle ne reviendrait pas, que beaucoup ont eu du mal à croire que Véronique Sanson était vraiment au plus mal.

Tellement mal que mardi dernier, en essayant de ne pas être trop alarmiste, la société chargée de son spectacle, Gilbert Coullier Productions, a fait savoir dans un communiqué que la chanteuse de 69 ans n’était pas en état d’honorer ses neuf prochains concerts prévus en novembre !

Ni les habitants de Roubaix, où elle aurait dû se produire le 8 novembre, ni ceux de Charleroi, où elle était attendue le lendemain, d’Antibes, de Dammarie-les-Lys, puis de Longuenesse, Puteaux et Lyon, où elle aurait dû chanter ensuite, ni ceux de Saint-Chamond, n’auront le bonheur d’applaudir cette formidable artiste.


Mais si le début du message de son producteur pouvait paraître anodin – après tout, il est courant qu’un chanteur ne puisse se servir de sa voix, organe fragile soumis à diverses fluctuations ,– la suite était beaucoup plus inquiétante, et même alarmante : « Véronique Sanson est dans l’obligation de subir un traitement qui nécessite plusieurs semaines d’immobilisation, afin de soigner une tumeur qui a été détectée très récemment », pouvait-on lire.

Une tumeur, un cancer, le mot que chacun redoute.

La tumeur qui, si elle est maligne, peut avoir raison de tout, de nous, de la vie…

Joint par RTL juste après cette angoissante annonce, Gilbert Coullier, qui a perdu, en moins d’une année, Johnny et France Gall, a accepté de donner un peu plus de détails sur le mal dont souffre la chanteuse.

Et hélas, si, une nouvelle fois, il se voulait rassurant, on ne pouvait manquer de comprendre que la situation est véritablement très grave.

En effet, c’est sur une des amygdales qu’est allée se loger la maladie !

Or, on sait très bien que ces organes ont un rapport très étroit avec la voix…

Une intervention sur les amygdales, une opération, ou leur ablation, peut entraîner d’importantes modifications de son timbre !

Véronique doit donc vivre avec une double angoisse : ne pas savoir comment va évoluer son mal, et redouter de ne plus pouvoir exercer ce métier qui la porte depuis tant d’années !

Son tourneur a encore précisé que son état de santé avait été découvert en juillet, qu’elle venait de commencer à recevoir ses soins et que sa tumeur nécessitait « un traitement de radiothérapie pour une durée de six semaines »…

« Évidemment, a-t-il ajouté, après ce traitement, elle sera dans un état de faiblesse qui ne va pas lui permettre de monter sur scène, les médecins lui ont dit qu’elle ne pourrait même pas monter l’escalier qui mène jusqu’à la scène ! Ils lui ont prescrit un repos total jusqu’au 23  novembre. Mais elle a le moral, elle est incroyable, aujourd’hui encore elle est en pleine forme. »

Selon lui, l’artiste pourrait repartir sur les routes dès le 30 novembre, à Tours.

Malgré ces propos se voulant rassurants, la funeste nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, engendrant un choc terrible chez tous ceux qui aiment Véronique Sanson. 

Mais les premiers à avoir été bouleversés sont bien sûr les membres de sa famille.

Son fils chéri, Christopher, 44 ans, qu’elle a eu avec la star américaine Stephen Stills.

Sa sœur, Violaine, de deux ans son aînée, qui a toujours veillé sur elle avec bienveillance.

Et bien sûr, son compagnon, Christian, rencontré aux Alcooliques anonymes.

Car on sait que Véronique a dû se colleter avec de lourdes addictions, l’alcool, les drogues.

Tous ces moyens artificiels qui permettent, un moment, d’oublier le mal de vivre. Mais les lendemains font toujours payer cher les excès de la veille…

De plus, sa santé depuis toujours délicate l’avait déjà beaucoup affaiblie. Comme le raconte Yves Bigot dans Quelque chose en nous de Michel Berger (éd. Don Quichotte), l’auteur d’Amoureuse n’avait que 15 ans quand elle a été victime d’un AVC !

Une période terrible, puisqu’elle était tombée dans le coma et avait connu de graves problèmes d’amnésie.

À cette violence de la maladie avait succédé, des années plus tard, la violence de son mari, Stephen Stills, si jaloux et possessif qu’il la battait et la tenait enfermée…

Pire encore, la belle Véronique est atteinte d’un autre mal qui la fragilise depuis toujours et qui, telle une épée de Damoclès, la menace sans cesse : « Je souffre d’une maladie génétique, découverte tardivement, qui me pose de graves problèmes de coagulation du sang et m’a déjà valu une phlébite et une embolie pulmonaire, avait-elle expliqué à notre confrère Paris Match en 2012… Cette maladie m’épuise et m’impose une prise de sang chaque semaine. Christopher et mes deux petites-filles sont donc obligés de traverser l’Atlantique pour me voir. »

C’est donc sur un corps affaibli, déjà très éprouvé, que la tumeur s’est installée…

Cette nouvelle est d’autant plus triste que l’on sait à quel point la chanteuse aime être sur scène.

C’est là qu’elle se sent le plus vivre, le plus exister.

Comme ce magnifique moment, si précieux et rare, lors des dernières Francofolies, à La Rochelle, où elle avait présenté l’album qui sortira ce 23 novembre, Duos volatils, disque de reprises qu’elle chante avec d’autres artistes comme Bernard Lavilliers, Alain Souchon, Eddy Mitchell, Julien Doré, Vianney ou encore Jeanne Cherhal.

Ce soir-là, c’est non pas en duo, mais en un trio exceptionnel qu’elle avait ouvert le bal en réunissant le bouillant Stephen Stills et leur fils Christopher.

« Je vais vous présenter un petit bout de ma famille », avait-elle lancé avec fierté, en les accueillant tous les deux, dans une sérénité enfin trouvée.

C’est alors qu’ensemble ils avaient chanté ce tube incroyable de Véronique : On m’attend là-bas.

On comprend mieux désormais pourquoi, il y a quelques jours, le 5 septembre, Christopher postait une photo souvenir de cette soirée de juillet sur Instagram, cette soirée de paix familiale à La Rochelle, accompagnée d’un message à la fois doux et très mélancolique.

Nous le traduisons ici, puisque le jeune homme l’a écrit en anglais : « Un cliché de papa et moi à La Rochelle, la nuit avant les Francofolies. Ma mère est assise en face de nous… C’était vraiment quelque chose de spécial, ces quelques jours. C’était un merveilleux dîner, avec des rires et d’excellents fruits de mer… C’était vraiment quelque chose de spécial, ces quelques jours. C’était en fait notre premier voyage en famille en plus de vingt ans… C’est quelque chose que j’essaie de vivre : ne pas manquer une occasion de se faire des souvenirs ensemble… »

Des souvenirs, espérons que Véronique Sanson pourra encore en inventer beaucoup avec tous ceux qu’elle aime.

Car si certains l’attendent « là-bas », nous sommes nombreux à avoir envie de la garder avec nous encore très longtemps.

Laurence PARIS

À découvrir