France Dimanche > Actualités > Véronique Sanson : Une vraie résurrection !

Actualités

Véronique Sanson : Une vraie résurrection !

Publié le 6 janvier 2019

1545322897_sanson-veronique-20181220

Après avoir dû annuler deux séries de concerts et subi une radiothérapie pour soigner son cancer, Véronique Sanson se sent enfin mieux.

En juillet dernier, Véronique Sanson apprenait qu’elle était atteinte d’une tumeur à une amygdale, après une visite de routine chez son médecin. Elle encaissait deux terribles chocs en un instant : non seulement l’artiste était touchée par le cancer, alors qu’elle avait l’impression d’avoir toujours, malgré les coups durs de la vie, réussi à passer à travers les gouttes, mais en plus la maladie s’attaquait à l’organe qui la fait exister, la gorge. Celui grâce auquel la chanteuse s’exprime de sa voix si personnelle, si belle, si vitale pour elle… Mais aujourd’hui, trois mois après avoir évoqué le fléau qui la rongeait, les nouvelles que donne l’interprète de Besoin de personne sont plutôt bonnes. Au point qu’elle a accepté d’être filmée à son domicile par les équipes de Laurent Delahousse, pour son émission 20 h 30 le dimanche, diffusée le 16 décembre.

Amincie, mais les yeux brillants de vie, Véronique s’est dévoilée dans un pull vert, couleur de l’espérance. Et c’est bien le sentiment qui domine chez elle en ce moment, même si l’artiste demeure lucide quant à son état de santé : « Ça va mieux, même si ce n’est pas fini. C’est en bonne voie ! Je croise les doigts, je suis encore fatiguée, mais je vais reprendre. Je ne suis pas à mon top, c’est une question de temps », a-t-elle expliqué.

« En bonne voie… » En disant cela, Véronique paraissait aussi dire que sa voix, justement, pour laquelle elle s’était tellement inquiétée, n’avait pas été abîmée par la radiothérapie : « Si ça se trouve, je ne pourrai jamais retrouver ma voix, craignait-elle, pendant les six semaines qu’a duré son traitement. Mais mes cordes vocales sont nickel. C’est toute la périphérie qui n’est pas encore en très bon état. »

Si Véronique peut se réjouir du résultat, les effets secondaires de sa cure se sont fait douloureusement sentir, comme elle l’a reconnu, toujours sur France 2, expliquant s’être sentie très fatiguée : « Se reposer, on ne peut pas faire autrement… Il y a des moments où on ne peut pas descendre un étage. Ni même se nourrir… »


En plus de cet épuisement, la chanteuse, qui adore manger, a précisé que l’une des conséquences de son traitement était de ne plus pouvoir sentir la saveur des aliments ! « Tous les matins, on se réveille en oubliant qu’on a perdu le goût à cause du cancer. Mais c’est zéro ! On a l’impression de manger un bout de tissu. Ou d’avaler du papier froissé… Et même pour faire la cuisine, je salais tout. J’étais obligée de demander aux gens “est-ce que c’est bon ?” C’est embêtant, mais c’est en train de revenir. »

Cette femme hors du commun n’a cependant pas été démolie par l’annonce de son cancer, comme elle l’a raconté à notre confrère Le Parisien du 17 décembre : « Étonnamment, sur le coup, je n’ai pas été foudroyée. Je l’ai pris avec philosophie. […] Je sais que j’ai un ange gardien archi-solide. Il est tellement fiable que je le prête parfois à des gens qui ont d’horribles problèmes ! », a-t-elle expliqué. Forte de cette assistance magique, Véronique s’est remise peu à peu de son traitement et de certaines de ses émotions. Mais pas de toutes ! Il y en a une, en effet, qu’elle n’est pas parvenue à calmer, c’est la colère. Pas celle qu’elle aurait pu avoir contre la maladie, estimant qu’il était injuste qu’elle l’atteigne. Mais une colère traduisant son amour pour tous ceux qui avaient dû renoncer à venir l’applaudir sur scène ! « J’étais furieuse de devoir annuler des concerts. Je ne l’ai jamais fait de ma vie ! J’y suis allée avec 40 °C de fièvre, des rages de dents, des poignets cassés. Dans ma tête, ça ne se fait pas ! », a-t-elle expliqué à Laurent Delahousse.

Pour cette chanteuse, fidèle jusqu’au bout des ongles à ceux qui l’apprécient, ce renoncement ressemblait à un abandon. Et elle pensait que son public lui en voudrait peut-être de l’avoir laissé tomber. Mais, effet secondaire de son arrêt involontaire, les fans de Véronique ne lui en ont pas voulu du tout. Ils lui ont même adressé pléthore de messages réconfortants, lui prouvant qu’elle pouvait compter sur eux ! « Ça m’a beaucoup encouragée, a-t-elle encore expliqué au Parisien. Je me suis dit que je n’étais pas un vieux Kleenex qu’on jette au premier essai de sabordage. »

Pour leur rendre cet amour, l’artiste a décidé, quand elle remontera sur scène, en avril et mai, de faire les dix dates que le cancer l’avait contrainte d’annuler ! Et c’est avec son public qu’elle veut fêter ses 70 ans, le 24 avril prochain, au Palais des sports de Paris, là où elle avait été la première femme à se produire !

Un projet qui la remplit d’énergie, d’envie, d’amour… Et en attendant de la retrouver enfin en pleine lumière, l’on peut déjà écouter sa voix, sur son dernier album, Duos volatils…

Laurence PARIS

À découvrir