France Dimanche > Actualités > Vincent Lagaf' : Échappera-t-il à la malédiction des présentateurs ?

Actualités

Vincent Lagaf' : Échappera-t-il à la malédiction des présentateurs ?

Publié le 31 juillet 2009

Il y a huit ans presque jour pour jour, Le juste prix, émission mythique deTF 1, disparaissait des écrans après treize ans d'existence. Depuis lundi dernier, elle est de retour sur la première chaîne, animée par Vincent Lagaf'. Et le succès est de nouveau au rendez-vous.Il y a huit ans presque jour pour jour, Le juste prix, émission mythique deTF 1, disparaissait des écrans après treize ans d'existence. Depuis lundi dernier, elle est de retour sur la première chaîne, animée par Vincent Lagaf'. Et le succès est de nouveau au rendez-vous.

L'émission est une adaptation du jeu de la chaîne américaine CBS The Price is Right. Aux États-Unis, elle a vu le jour en 1956. Depuis, elle est diffusée sans interruption, avec un succès jamais démenti.

Mais en France, son histoire a été beaucoup plus dramatique qu'outre-Atlantique. Car le moins qu'on puisse dire, sans pour autant se montrer superstitieux, c'est que jusqu'à présent, en l'espace de treize ans, Le juste prix n'a pas porté chance à ses animateurs. Désormais à la tête de l'émission, Vincent Lagaf' échappera-t-il à la malédiction des présentateurs ?

Ce grand professionnel aurait de bonnes raisons de s'inquiéter. Car sur les quatre hommes de télévision qui se sont succédé à la tête du programme, deux sont malheureusement décédés, tandis que les deux autres ne se sont jamais vraiment remis de l'avoir quitté !

->Voir aussi - Vincent Lagaf' : Il va faire son grand retour !

Première victime de la terrible histoire du Juste prix , Max Meynier. Le 13 décembre 1987 à 14 h 20, la star des Routiers sont sympa, sur RTL, est aux commandes du premier numéro sur TF 1. À peine deux mois plus tard, son troisième infarctus du myocarde l'oblige à arrêter la présentation de l'émission. Il mourra d'un cancer en 2006 après avoir aussi subi plusieurs transplantations cardiaques.

Ex-animateur, aujourd'hui retiré, Éric Galliano doit le remplacer au pied levé. Depuis sa boutique de chaussures à Besançon, Éric, 45 ans désormais, se souvient : « À l'époque, j'avais deux talkshows sur TF 1, Surtout le matin et L'après-midi aussi. Max a fait un malaise cardiaque, et Patrick Le Lay et Étienne Mougeotte m'ont difficilement convaincu de le suppléer. »

Aventure

L'aventure durera cinq mois, et Éric Galliano en garde un souvenir mitigé : « Max parti, j'avais dû enquiller en direct sans vraiment connaître l'émission. Le tournage était improvisé, je ne comprenais rien à ce qui se passait. »

Bref, ce remplacement se conclura sur un malentendu fatal à Éric. « Je n'ai pas voulu continuer le jeu, car mon quotidien était devenu trop stressant. J'avais 25 ans et j'étais un mauvais stratège. TF 1 a fini par supprimer toutes mes autres émissions. »

Éric Galliano parti, la chaîne confie Le juste prix à un talentueux animateur, Patrick Roy. Avant d'accéder à la notoriété, le jeune homme officie au micro de RMC, où il laisse éclater son talent depuis 1977.

Mais plus que de sa voix, c'est de son image de gendre idéal dont on va se souvenir. Sourire éternellement vissé sur son beau visage, il incarne un homme de télé moderne, toujours impeccablement mis. La télé a peutêtre trouvé son nouveau Patrick Sabatier en la personne de ce beau brun qui fait chavirer les cœurs des téléspectatrices de tous les âges. Il restera aux commandes du jeu quatre années durant, mais son image y est éternellement associée.

Malheureusement, il devra le quitter dans des conditions dramatiques. Durant l'été 1992, Patrick ressent des douleurs au dos. Les médecins diagnostiquent un cancer des os. Il est fulgurant : en février 1993, l'animateur nous quitte à 40 ans. Il est inhumé dans le petit cimetière de Saint-Benoît dans la Vienne, pas loin de la maison de ses parents, Pierre et Colette, dont nous avons recueilli l'émouvant témoignage.

En novembre 1992, c'est Philippe Risoli qui reprend le flambeau. L'ex-animateur du Millionnaire détient le record de longévité à la tête du Juste prix, avec neuf années de rang. Mais ce « maxi-bail » s'arrêtera brutalement durant l'été 2001.

Four

Malgré de bonnes audiences, TF 1 décide de cesser la diffusion du jeu au profit de Jean-Luc Reichmann et Attention à la marche. France 2 rachète alors le concept et le rebaptise Le juste euro. Risoli se porte candidat pour l'animer, mais la chaîne lui préfère Patrice Laffont afin de rompre définitivement avec l'ancienne formule.

Hélas, l'émission fait un four et s'arrête en janvier 2002 après trois petites semaines. Il faudra attendre presque huit ans pour la revoir. De son côté, Philippe Risoli vit mal cette page qui se tourne. Dans un entretien accordé en mars 2002 à TV Magazine , il vide son sac :

« Je regrette que France 2 ait tué Le juste prix en enlevant tous les ingrédients qui ont fait son succès sous couvert d'alibi culturel. » L'animateur en veut à TF 1, qui a refusé tous ses nouveaux projets, et ne semble guère apprécier Reichmann, son successeur sur la case de la mi-journée : « Je n'ai aucun commentaire à faire sur lui, il ne m'intéresse pas. »

« Quand l'Audimat n'est pas bon, vous êtes viré. Je suis la preuve que dans le cas contraire vous pouvez l'être aussi », conclut Philippe Risoli. Depuis, on ne l'a jamais revu à la télé, si ce n'est en candidat de La ferme célébrités en 2005.

Du côté de TF 1, on explique aujourd'hui : « En 2002, les candidats ne maîtrisaient pas encore assez les conversions franc/euro et cela rendait le jeu trop compliqué. »

Alors, Le juste prix, émission injuste avec ses présentateurs ? Au vu de cette triste chronologie, on peut malheureusement le penser. Sans compter qu'il reste une autre victime du jeu que nous n'avons pas mentionnée.

Il s'agit de Harold Kay, fameux animateur de la station Europe 1 devenu voix off de l'émission à ses débuts. Le 16 juillet 1990, à la fin de la troisième saison, il nous quittait victime d'une complication infectieuse survenue après une transplantation cardiaque. Il avait seulement 64 ans...

Aurélien Chamouard

À découvrir