France Dimanche > Actualités > Vincent Lagaf' : Frappé par le cancer !

Actualités

Vincent Lagaf' : Frappé par le cancer !

Publié le 5 mai 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Alors qu'il se considère déjà comme un miraculé de la vie, à 61 ans, Vincent Lagaf doit cette fois affronter sa plus grande peur.

S'il en est un qui a vu la mort en face, c'est bien Vincent Lagaf' ! Passionné de sports mécaniques, l'animateur a en effet été victime de plusieurs accidents très graves qui lui ont valu de se retrouver aux urgences dans un état critique.


En 2018, alors qu'il passe une batterie d'examens pour participer à l'émission L'Aventure Robinson, animée par Denis Brogniart, sur TF1, les médecins lui découvrent une malformation cardiaque.

L'une de ses artères étant bouchée à 97 %, décision est prise de l'opérer sur le champ.

Il est sur le billard, lorsque soudain, son cœur s'arrête de battre ! Sauvé in extremis, Vincent n'a jamais cessé depuis de se considérer comme un miraculé… Alors oui, lui qui a si souvent failli passer de l'autre côté n'a pas peur de la mort, comme il l'affirmait il y a quelque temps au Parisien.

En revanche, il redoute par-dessus tout les maladies comme le cancer, qui tuent à petit feu : « J'ai peur de la souffrance, de la déchéance. Je ne veux pas finir comme un légume attaché à des tuyaux. Je préfère que ça s'arrête net. »

te net. » Ce calvaire, c'est hélas ce qu'a vécu l'un des meilleurs amis de Vincent, jusqu'à cette triste nuit du lundi 5 au mardi 6 avril, où il a fini par rendre les armes. Philippe Rambaud était en effet comme un frère pour l'ex-animateur du Bigdil. Un jumeau de cœur, de quatre ans son cadet, avec qui il a partagé ses plus grands fous rires, et avec lequel il ne rira plus jamais…

C'est en 2009 que les deux hommes se rencontrent, grâce au dramaturge Olivier Lejeune qui les réunit dans sa pièce Pourquoi moi ? Une aubaine pour Philippe, dont le parcours d'acteur est pour le moins atypique. En effet, si ce natif de Nalliers, en Vendée, a toujours rêvé de monter sur les planches, il attendra de longues années pour en faire son métier ! À Nantes où il s'est installé, il travaille dans une banque le jour et, le soir, s'adonne à sa passion dans la troupe de Nelly Daviaud. À 40 ans, il décide de tout plaquer pour tenter sa chance à Paris. « Je ne connaissais personne. J'ai couru les agences et les castings. Pendant trois ans, j'ai joué une pièce de Labiche, parfois devant seulement trois personnes. Mais je me suis accroché et de fil en aiguille, j'ai fini par décrocher des petits rôles à droite à gauche », racontait-il dans une interview accordée à Ouest France.

Sa rencontre avec Olivier Lejeune lors d'un casting lui permet de décrocher son premier grand rôle et de tomber sur son alter ego. Avec Vincent, en effet, le courant passe tout de suite. Ils ont le même esprit potache et l'audace de ceux qui sont prêts à tout pour amuser la galerie. Le succès de la pièce conforte leur amitié. « Nous avons vraiment sympathisé. C'est quelqu'un d'adorable (et je ne dis pas ça par flatterie !) », confiait encore Philippe. En juin 2014, l'interprète de Bo le lavabo, qui anime alors Le Juste Prix sur TF1, propose à son ami un rôle qui les amuse beaucoup : jouer sa propre mère dans l'émission ! Philippe, qui adore se déguiser, relève le défi avec brio.

Hélas, cette extravagance ne plaît pas à tout le monde. Face aux critiques des téléspectateurs, la chaîne supprime, sans même le prévenir, son personnage. « On avait tourné 75 numéros, pour tenir jusqu'en avril, et j'ai découvert que Jacqueline avait été coupée au montage en regardant l'émission le 17 février ! J'aurais préféré l'apprendre autrement… Ce n'était pas très correct de la part des responsables du jeu », regrettait l'acteur dans TŽlŽ Star.

Il n'en reste pas moins très ami avec Vincent, dégoûté lui aussi de devoir mettre fin à leur collaboration. Les deux hommes se voient néanmoins régulièrement. Et puis, il y a quelque temps, comme vient de l'expliquer Olivier Lejeune dans un bouleversant message posté sur Facebook, la santé de Philippe s'est dégradée. « Un soir, je l'ai vu boiter et souffrir. Plus d'appétit, lui qui était si gourmand. Le cancer était là. Traitements lourds qu'il a affrontés avec courage et optimisme. »

Diminué, l'acteur retourne vivre chez ses parents à Nalliers. Là, il doit faire face à un nouveau drame : la mort de son père. Il soutient sa maman, tout en luttant vaillamment contre sa propre maladie qui ronge ses membres. Il ne se déplace plus qu'avec des béquilles. Ayant perdu l'usage d'une de ses jambes, il fait aménager une voiture avec des pédales inversées. Le théâtre, c'est fini pour lui, mais ce grand lecteur se console en s'occupant de la bibliothèque communale. En octobre dernier, il était allé applaudir Patrick Sébastien à Luçon, gardant cet appétit de vivre et cet humour.

La mort prématurée de l'acteur, il n'avait que 57 ans, et dont les obsèques ont eu lieu ce lundi, à La Roche-sur-Yon, a laissé l'animateur inconsolable. Lui, d'ordinaire si prolixe sur les réseaux sociaux, n'a rien publié depuis ce terrible 6 avril. Comme si aucun mot ne pouvait témoigner du chagrin immense de devoir vivre désormais sans cet ami merveilleux avec qui, comme l'écrit Olivier Lejeune, il formait « un duo hilarant, à pleurer de rire. » Ce n'est hélas aujourd'hui pas le rire qui fait pleurer Vincent…

Lili CHABLIS

À découvrir

Sur le même thème