France Dimanche > Actualités > Vincent Lagaf’ : Son ami sauvagement assassiné !

Actualités

Vincent Lagaf’ : Son ami sauvagement assassiné !

Publié le 24 août 2019

Sous le choc, Vincent Lagaf’ peine à encaisser sa brutale disparition.

Ce lundi 22 juillet, un soleil de plomb s’est abattu sur le petit port de Cavalaire-sur-Mer, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le thermomètre flirte allégrement avec les 30 °C et avec la canicule qui fait son grand retour, ça ne devrait pas se rafraîchir de sitôt. Les vacanciers ont pris d’assaut la plage et pour les commerçants, le business tourne bien.

Sauf que depuis quelques jours, une sale affaire est en train de ternir la réputation de cette destination très familiale située non loin de Saint-Tropez. L’office du tourisme vante pourtant bien sur son site internet le « bonheur » d’un séjour passé dans cette station balnéaire si ensoleillée. C’est vrai que les activités n’y manquent pas. On peut s’offrir une « balade nature dans les collines verdoyantes » ou encore et surtout profiter de « plus de quarante-cinq prestations nautiques ».

Voile, plongée, mais surtout jet-ski, rien ne manque ici pour s’éclater à la plage ! Et ce n’est pas Vincent Lagaf’ qui dira le contraire, lui qui a créé ici, il y a quelques années, l’Adrénaline Académie, un club qui peut se targuer d’avoir lancé le Flyboard dans la région. Cette activité qui permet de voler dans les airs grâce à la pression de l’eau a tout de suite eu un succès fou auprès des jeunes du coin qui, reliés à un Jet-Ski, faisaient ainsi le plein de sensations fortes. Un sport nautique original inventé par le Français Franky Zapata qui, durant la cérémonie militaire du 14 juillet dernier, a fait sensation en survolant les Champs-Élysées sur sa planche volante baptisée le « Flyboard Air ».

Même si Vincent Lagaf’ a revendu sa société l’année dernière, il n’en reste pas moins attaché à ce village varois si authentique où il possède une jolie maison. Comme tous les étés, il pourrait y profiter à fond de la mer, du soleil et des apéros au pastaga. Mais cette année, le cœur n’y est pas. Sous le choc suite à une effroyable nouvelle, il reste terré chez lui et se fait de plus en plus rare au village. En plein deuil, dévasté par la mort de son meilleur ami, il peine à remonter la pente et n’a plus le goût de rien. Il faut dire qu’il ne s’attendait pas à vivre une tragédie pareille en plein cœur de l’été ! Un vrai cauchemar puisque le corps de Jean-Marc Sandré, son « pote depuis vingt-cinq ans », a été retrouvé le 2 juillet dernier dans les environs de Cavalaire-sur-Mer, à moitié enterré dans un chemin forestier.

Selon les premiers éléments scientifiques recueillis après l’autopsie du cadavre, il s’agit d’un meurtre ! Depuis, Vincent Lagaf’ est assailli d’interrogations et aimerait savoir qui en voulait à ce point à son ami…

Jean-Marc Sandré, 63 ans, était un entrepreneur très prospère dans la région, mais de là à avoir des ennemis… Le crime a été d’une sauvagerie extrême comme en témoigne le crâne fracassé de la victime. Une véritable scène d’horreur… Disparu depuis le début du mois de juin sans donner de nouvelles à ses proches, le sexagénaire était activement recherché par les enquêteurs. Pour Lagaf’, cette attente s’apparentait un calvaire. Plus les jours passaient, plus il avait l’intime conviction qu’il ne reverrait plus jamais son copain vivant.

Un drame incompréhensible qu’il ne s’explique toujours pas. Jean-Marc était si apprécié dans le coin, pas le genre de gars à avoir des ennemis, alors ? « C’était un vrai pote. Le genre d’amis qui, si vous avez une galère en pleine nuit, viendra vous filer un coup de main, se souvient l’humoriste. On a construit au fil des ans une amitié solide et vraie, totalement désintéressée. J’ai vu grandir ses enfants, mon fils a joué avec le sien. » C’est dire si les deux hommes étaient proches. Ils avaient fait connaissance dans la baie de Cavalaire, où Jean-Marc Sandré faisait du Jet-Ski avec une bande d’amis.


Très en colère, le présentateur n’attend plus qu’une chose : que toutes les zones d’ombre autour de ce sordide fait divers soient élucidées le plus vite possible, comme il s’en explique au Parisien : « On est tous dans l’incompréhension totale par rapport à ce qui s’est passé. Mais sur cette Terre, rien ne se sait pas. Ça mettra peut-être des années, mais je pense que ses enfants connaîtront un jour la vérité. »

En attendant, un assassin se trouve dans la nature et à Cavalaire-sur-Mer, les rumeurs les plus folles circulent. S’agit-il d’un crime passionnel, d’une vengeance ? « Avec les moyens techniques dont disposent aujourd’hui les enquêteurs, je suis convaincu qu’on saura », assure l’ex-animateur du Juste prix.

Et peut-être plus tôt qu’il ne le croit. Ce chef d’entreprise qui gérait la société Marine Plaisance, rattachée à un groupement de chantiers navals du littoral varois, avait aussi été adjoint au maire de Cavalaire-sur-Mer de 1995 à 2008. C’était donc un notable très respecté. Et peut-être aussi envié…

Les images de vidéosurveillance ont d’ores et déjà permis de découvrir la présence d’une deuxième personne à bord du véhicule conduit par la victime, juste avant sa mort. Un homme qui portait des lunettes de soleil…

Et depuis, les enquêteurs recherchent sans relâche cet individu qui pourrait bien être le meurtrier. Sans compter que le véhicule de l’homme d’affaires abandonné près de sa dépouille n’a pas encore livré tous ses secrets et d’éventuelles traces d’ADN pourraient aussi très rapidement parler. Un élément crucial qui promet de mettre Cavalaire encore un peu plus sens dessus dessous…

Valérie EDMOND

À découvrir