France Dimanche > Actualités > Virginie Efira : L’ivresse du succès

Actualités

Virginie Efira : L’ivresse du succès

Publié le 21 janvier 2016

Selon l’actrice Géraldine Nakache, qui partage avec elle l’affiche du long-métrage Et ta sœur, réalisé par Marion Vernoux, c’est parce qu’elle était un peu grise que, toute honte bue, Virginie Efira a décroché le rôle de Marie dans cette comédie dramatique. Tchin, tchin !

Chaque semaine, notre journaliste Brice Moulin revisite l’actualité de façon décalée.

On n’est jamais mieux trahi que par les siens. La preuve ? C’est Géraldine Nakache, sa complice à l’écran qui, en pleine tournée de promotion, a vendu la mèche (et du même coup l’éméchée) lors de son passage dans l’émission C à vous, sur France 5. Ce n’est pas à la suite d’un casting classique, où elle aurait dû affronter une concurrence féroce, que Virginie Efira a convaincu la cinéaste Marion Vernoux de l’embaucher. En fait, la jolie blonde s’est contentée de boire (un peu trop ?) lors d’une soirée arrosée. Et comme l’alcool, au-delà des ses inconvénients pour ceux qui en boivent sans modération, a le grand mérite de désinhiber les plus timides, la jeune femme s’est montrée sous un jour nouveau. Un éclairage qui, toujours selon Géraldine, aurait beaucoup plu à la réalisatrice, au point que cette dernière, sous le charme, aurait déclaré à la ravissante Belge : « C’est fou, il y a quelque chose que je ne connaissais pas chez toi. Une forme de lâcher prise qui me séduit vachement. »

Comme s’il suffisait de quelques verres pour acquérir le prestige d’un poète, même si l’on ne tient plus tellement sur ses pieds… L’ennui avec l’ivresse, c’est qu’elle est fugace, et s’estompe en l’espace d’une nuit passée au fond de son lit ou d’une froide cellule de dégrisement. Et comme Virginie ne consomme pas chaque jour assez de boissons euphorisantes pour faire verdir un ballon d’éthylotest, quand elle a dû jouer une scène de Et ta sœur, où son personnage, Marie, était censée être pleine comme un théâtre, elle manquait un peu de carburant ! « Virginie buvait beaucoup moins, du coup ç’a été pour elle un véritable rôle de composition. », explique Géraldine. Vous me direz, si elle avait dû siffler douze tequilas quotidiennes pour bien se mettre dans la peau de Marie, le rôle aurait plutôt viré à la décomposition… A sa santé !

Brice Moulin

À découvrir