France Dimanche > Actualités > William Leymergie : Sa femme a disparu !

Actualités

William Leymergie : Sa femme a disparu !

Publié le 18 juillet 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Pendant quarante-cinq ans, la douce Maryline aura été son roc, son grand amour et la chance de sa vie. Jusqu'à cette tragédie que William Leymergie a voulu taire et affronter seul…

Il est l'homme de tous les succès, de toutes les réussites… Après avoir longtemps insufflé la bonne humeur chaque matin sur la deuxième chaîne, William Leymergie amuse et instruit depuis quatre ans et demi avec un magazine nommé William à midi, sur C8 ! Présentateur vedette, journaliste passionné et producteur, ce touche-à-tout de génie s'est aussi récemment essayé à l'écriture. Dans son premier roman, Mirebalais ou l'Amour interdit, publié en avril chez Albin Michel, il raconte le parcours d'un jeune homme charmeur et ambitieux au XVIIIe siècle.


Heureux professionnellement donc, le papa de Géry, 41 ans, Sacha, 38 ans, et Anna, 30 ans, est aussi le grand-père comblé de trois petits-enfants, et bientôt d'un quatrième, puisque sa fille lui a annoncé l'arrivée prochaine d'un nouveau bambin ! Une vie de famille tranquille et discrète, bâtie sur l'amour infini et solide que ce grand ami de Sophie Davant portait depuis quarante-cinq ans à son épouse, Maryline.

C'est d'ailleurs dans le magazine S créé par l'animatrice d'Affaire conclue (sur France 2) que le producteur de 74 ans a évoqué en mars dernier le lien sans faille qui l'unissait à sa femme : « Trop peu de maris réalisent qu'un mariage est un marathon. Il faut entretenir la relation quotidiennement, par une parole, un geste, un regard… » Des propos admirables de la part d'un homme qui semble avoir, de tout temps, veillé à alimenter dans son couple le feu de la passion.

Mais cette déclaration d'amour à la mère de ses enfants, parue il y a à peine trois mois, résonne aujourd'hui de façon étrange et irréelle… Irréelle parce que nous venons d'apprendre avec stupéfaction que celle qui a été l'unique amour de la vie de William Leymergie a disparu depuis un an ! Selon nos informations, Maryline serait décédée d'une crise cardiaque le 25 juin 2020, et inhumée dans le cimetière de Saint-Gatien-des-Bois, dans le Calvados.

Difficile de concevoir le désespoir absolu de cet homme seul face à son chagrin, qui n'a cessé de louer les qualités de cette artiste en maintes occasions, notamment dans les pages de Gala en 2017 : « Elle excuse et pardonne beaucoup de choses, assurait-il alors. Et je trouve que, dans le monde dans lequel nous vivons, avec ces réseaux sociaux qui font de nous des juges permanents, c'est une assez jolie qualité. » Et cet amoureux fou d'ajouter : « Ce qui compte […] c'est respecter la liberté de l'autre, ses choix et avoir une confiance totale. À une époque, je me disais, au fond avec Mary, on est deux solitaires qui se sont trouvés. »

Fier de son âme sœur qui avait délaissé un temps son métier de sculptrice pour élever leurs enfants, il nous avait aussi confié, en 2012 : « Elle est calme, souriante, apaisante. Elle est très discrète, parle très peu, mais dit des choses essentielles. Ce qui est formidable quand vous tombez sur une femme comme elle, c'est que vous ne vous ennuyez jamais. Elle m'a apporté énormément, et ce n'est pas fini. Mes enfants et moi l'avons beaucoup accaparée, elle a été un manager maternel et marital. Aujourd'hui, ce serait bien à notre tour de nous occuper d'elle. » Comment imaginer que, face à la disparition de celle qui a été son roc, sa chance, son plus fidèle soutien, William ait pu ainsi la taire à tous, et ce, pendant de longs mois ? Comment est-il parvenu à dissimuler sa peine, à poursuivre son travail comme si de rien n'était, alors que, sans nul doute, tous les petits détails de la vie quotidienne lui rappelaient l'absence de son épouse ? Le chagrin serait-il trop lourd à supporter ? L'aurait-il ignoré afin de mieux le surmonter ? Le déni, on le sait, s'impose parfois lorsque la souffrance est devenue trop insupportable… Difficile à croire pourtant, quand on connaît cet être pudique et discret, voire secret. En réalité, le septuagénaire aura plutôt trouvé dans ce mutisme le moyen d'affronter son deuil avec dignité, évitant du même coup les regards de pitié qui n'auraient pas manqué de l'atteindre et de le faire flancher.

Muré dans son silence et sa solitude, William Leymergie a ainsi pu se rappeler, dans l'intimité de son cœur, les belles années passées avec sa douce Maryline, et leur histoire commencée par un coup de foudre alors qu'il était âgé de 28 ans : « Je m'en souviens comme si c'était hier, racontait-il dans Paris Match en 2015. C'était l'été à un dîner chez des amis, il y a quarante ans. J'étais à table, Mary est arrivée sur ma gauche. Quand j'ai vu cette magnifique brune aux yeux bleus, très discrète, qui respirait l'intelligence, s'approcher de moi, j'ai compris qu'elle était la chance de ma vie. Un cadeau de cette taille, ça n'arrive qu'une fois. J'ai sorti la panoplie et j'ai tout fait pour la séduire, j'ai été à la fois rigolo, sympa, amoureux, imaginatif, galant. J'étais devenu une grenade d'amour prête à exploser. » Une déflagration qui aurait pu se réduire à une passade, mais rien, pas même les assauts du temps, n'a éteint l'émoi du jeune homme d'alors : « Il ne se passe pas un jour sans que je lui murmure qu'elle est belle », expliquait-il encore.

Nul doute que, dans le cœur de ce veuf meurtri par l'indicible absence, combattant sa peine avec un très grand courage, Maryline est là, tout près, qui continue de veiller sur lui et leur magnifique famille… 

Clara Margaux

À découvrir

Sur le même thème