France Dimanche > Actualités > Yoann Launay de "The Voice" : Il a failli ne jamais chanter !

Actualités

Yoann Launay de "The Voice" : Il a failli ne jamais chanter !

Publié le 12 mars 2015

Yoann Launay de "The Voice" a failli ne jamais chanter. Grâce à de nombreuses séances d’orthophonie � durant son enfance, le jeune homme a réussi à trouver sa voix.

Lors de la première audition à l’aveugle de The Voice, sa voix de stentor interprétant avec émotion Ces gens-là, de Jacques Brel, a poussé les quatre coaches à se retourner ! Avec son phrasé à la Serge Lama, son coffre et ses beaux favoris, le chanteur du Mans, âgé de 27 ans, Yoann Launay est le chouchou de Zazie et l’un des favoris de la compétition. Rencontre avec un futur chanteur populaire…

France Dimanche (F.D.) : Le chant, c’est un talent inné chez vous ?

Yoann Launay (Y.L.) : Disons que cela est venu naturellement grâce à mon père qui est musicien. Du coup, je me suis mis au saxophone. Et puis, j’ai un grand frère de cinq ans mon aîné qui chantait dans une chorale à Allonnes (Sarthe), ma ville natale. Tout petit, je l’admirais et je voyais bien qu’il y prenait du plaisir. Alors, je me suis lancé…

F.D. : Et vous avez abandonné le saxo ?

Y.L. : Pas du tout. Sur scène, avec mon groupe, Charivari, j’alterne. Mais c’est une sacrée gymnastique, un vrai marathon au niveau de la respiration !

F.D. : à quel âge avez-vous débuté ?

Y.L. : J’ai commencé très jeune, mais cela a été compliqué…

F.D. : C’est-à-dire ?

Y.L. : à la naissance, on m’a détecté des nodules sur les cordes vocales… Je ne pouvais quasiment pas parler et encore moins chanter ! J’avais tout le temps la voix cassée… surtout en revenant de l’école !

F.D. : Et comment vous êtes-vous soigné ?

Y.L. : Grâce à de nombreuses séances d’orthophonie, tout simplement.

F.D. : Pas d’opération ni de médicaments ?

Y.L. : Non, heureusement. Et maintenant, tout va très bien, la preuve !

F.D. : Pourquoi participer à ce télé-crochet ?

Y.L. : C’est une décision que j’ai prise avec mon groupe. Bien que je sois seul sur scène, ils sont toujours là avec moi. Tout le monde sait que c’est une très belle vitrine. Et puis, je suis curieux, je voulais voir comment ça marchait. Je ne suis pas déçu car depuis que j’y suis, ce n’est que du bonheur !

F.D. : Même en coulisses ?

Y.L. : Oui, l’équipe de production est vraiment cool. On ne fait et on ne parle que de musique. Cela ne me dépayse pas sauf que les conditions sont bien meilleures. Rien de traumatisant donc ! (Rires).

F.D. : C’est vous qui avez choisi d’interpréter Brel dans l’épreuve à l’aveugle ?

Y.L. : Oui, même s’il y a eu de longues discussions avec la direction artistique. Mais, il n’y a aucun enfermement. On bénéficie d’une grande liberté et on est toujours dans l’échange.

F.D. : Zazie vous a fait un beau cadeau avec une chanson d’Aznavour pour la battle !

Y.L. : Oui, c’est sûr. Comme ils disent est un titre magnifique, très actuel. Il y a pire comme « choix imposé ».

F.D. : Pourquoi l’avoir choisie comme coach ?

Y.L. : À votre avis ?

F.D. : Pour son physique ?

Y.L. : (Rires) Oui, mais c’est surtout parce que c’est une artiste extraordinaire, que j’ai toujours admirée et qui a marqué mon parcours personnel.

F.D. : Vous la côtoyez souvent pendant le concours ?

Y.L. : Oui, il y a de grosses séances de travail.

F.D. : Souvent ?

Y.L. : Non. C’est de l’intensif regroupé sur une journée. Mais, c’est un vrai boulot de fond avec elle.

F.D. : Zazie est d’un abord facile ?

Y.L. : Oui, elle ne change pas entre le moment où la caméra tourne et le moment où l’on arrête de filmer. Comme nous, c’est son premier télé-crochet, et elle a gardé toute sa fraîcheur.

Yoann rougeF.D. : Pour vous l’avenir, c’est Charivari ?

Y.L. : Oui, toujours, avec la préparation d’un troisième album. Et puis, je commence à avoir des propositions pour travailler sur un spectacle, on verra bien…

F.D. : Vous vivez de votre musique ?

Y.L. : Oui. Je suis intermittent du spectacle.

F.D. : Vous jouez où en général ?

Y.L. : Un peu partout en France. L’été dernier, on a fait une trentaine de dates en tournée, dans des festivals, des petites salles, des plus grandes, des cafés-concerts, etc.

F.D. : Avec la notoriété acquise grâce à The Voice, les salles vont s’agrandir…

Y.L. : On verra. Si les gens viennent écouter le chanteur « vu à la télé », tant mieux !

F.D. : à 27 ans, vous êtes en couple ? Vous avez des enfants ?

Y.L. : Absolument pas ! Libre comme l’air et comme ma musique.

F.D. : La télé va vous offrir de nombreuses opportunités alors…

Y.L. : Pour l’instant, c’est un mythe ! (Rires)

Yves Quitté

À découvrir

Sur le même thème