France Dimanche > Actualités > Yves Lecoq : Son histoire secrète avec Dalida !

Actualités

Yves Lecoq : Son histoire secrète avec Dalida !

Publié le 9 avril 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Yves Lecoq

Pour la première fois, Yves Lecoq, l’humoriste passionné d’antiquités, évoque les moments inoubliables qu’il a vécus avec la chanteuse disparue le 3 mai 1987…

Même s’il porte avec classe un noble patronyme, ce n’est pas son exceptionnelle lignée qui l’a poussé à devenir l’un des chineurs les plus férus de France, et encore moins l’un de ses plus célèbres imitateurs ! Yves Louis Georges Lecoquierre-Dubois de La Vigerie, plus communément appelé Yves Lecoq, est depuis son plus jeune âge un grand passionné de vieilles pierres, d’antiquités et d’objets chargés d’histoire.

Une ferveur pour notre patrimoine qu’il a « contractée » bien avant de comprendre que ses cordes vocales avaient quelque chose de spécial, grâce à sa grand-mère, Georgette, qui possédait une boutique d’antiquités dans le Quartier latin, à Paris. Le « prince » des Guignols de l’info aurait d’ailleurs dû se rendre à la 100e Foire internationale de Chatou, dans les Yvelines, prévue du 13 au 22 mars, mais hélas annulée en raison des mesures de confinement annoncées par le gouvernement. Lors de ce rendez-vous annuel des chineurs, l’humoriste devait se voir remettre le prix Saint-Roch, du nom du saint patron des brocanteurs.

Une consécration pour cet insatiable collectionneur qui se réjouissait déjà de musarder au fil de ces stands pleins de trésors ! Cet amoureux des châteaux, qui a consacré sa vie et ses cachets à en acquérir et à les restaurer, aurait pu tout bonnement se cantonner à cet attachement viscéral aux « vieilleries ». Mais, comme souvent, la vie en a décidé autrement…


En effet, un beau jour, à force de passer son temps à imiter ses contemporains, il a compris qu’il pouvait en faire son métier. Pour son plus grand bonheur, puisque cette plongée dans la vie de saltimbanque, doublée à celle de châtelain, lui a permis de faire de belles rencontres, comme celle d’une immense chanteuse égyptienne au regard troublant et à la voix ensorcelante : Dalida ! L’heureux propriétaire du château de Villiers-le-Bâcle, dans l’Essonne, a même vécu une très belle histoire secrète avec celle qui nous a, hélas, quittés le 3 mai 1987…

Une histoire secrète, et ô combien originale, totalement méconnue du grand public ! Mais ne vous méprenez pas cependant : malgré le penchant habituel de votre cher journal pour les romances discrètes et les idylles oubliées, nous n’allons pas, cette fois, sortir de notre sac à malices une hypothétique liaison entre ces deux stars !

En réalité, c’est en tout bien tout honneur qu’Yves Lecoq et Dalida ont vécu des moments inoubliables à deux. C’était il y a bien longtemps, alors que l’interprète de Bambino et l’imitateur vedette partageaient les scènes de France et de Navarre au cours d’une grande tournée. Sur les routes de l’Hexagone pendant quelques mois, ils se sont trouvé des affinités. Mieux : la chanteuse est enchantée par la drôlerie et les talents d’imitateur de l’irrésistible Yves…

Quant à l’humoriste, il est séduit par le charme, le panache et l’élégance de Dalida. Traversant villes et villages, les deux artistes, l’une chantant, l’autre parodiant, ne se quittent plus. Sauf lorsque Yves, ce collectionneur invétéré qui avoue aujourd’hui « ne plus pouvoir passer une journée sans chiner, même quelque chose à 2 ou 4 € », se retrouve irrésistiblement attiré par une alléchante boutique d’antiquités ! C’est ainsi qu’un jour, ce fondu de verreries du XVIIIe siècle fait une trouvaille à laquelle il ne peut résister : une table que, ni une ni deux, il attache sur le toit de la voiture et transporte durant plusieurs jours !

Un attirail incongru qui aurait pu incommoder l’élégante chanteuse à l’allure impeccable et dont l’image aurait risqué de souffrir de la présence de ce meuble placé sur leur véhicule ! Mais, contre toute attente, celle qui était aussi une femme adorable et bienveillante trouve cette situation plutôt drôle et agréable. Mieux, elle dut estimer que cet accessoire était fort pratique lorsque lui venait l’envie de profiter d’un petit pique-nique : « J’installais alors cette table dans un joli coin et nous y posions nos victuailles », s’est rappelé avec délice Yves Lecoq. Difficile, vous l’avouerez, d’imaginer la grande Dalida s’attablant sur une aire d’autoroute auprès de son collègue pour un arrêt « saucisson, chips et cornichons » !

Avoir vécu cette expérience si spéciale avec cette exceptionnelle chanteuse est sans doute un cadeau du ciel pour celui qui s’est offert, au cours de sa carrière, quelques demeures d’exception, tels les châteaux d’Hédauville et de Suzanne, dans la Somme, celui de Chambes en Charente, ou encore la forteresse de Maisonneuve en Ardèche… Ce qui est sûr, c’est qu’Yves Lecoq doit aussi collectionner ce genre d’anecdotes et qu’il est, à tout point de vue, un personnage sacrément inimitable !

Clara MARGAUX

À découvrir