France Dimanche > Actualités > Yves Montand : Il aimait les hommes

Actualités

Yves Montand : Il aimait les hommes

Publié le 19 octobre 2017

Dans ses mémoires, Jean-Claude Brialy 
fait cette incroyable révélation à propos d'Yves Montand.

Pour le grand public, ainsi que pour la plupart des femmes, le comédien Yves Montand incarnait le tombeur de ces dames, l’homme auquel rares étaient celles qui pouvaient résister à son charme.

->Voir aussi - Yves Montand et Marilyn Monroe : Un regard et leurs cœurs se sont embrasés !

Une réputation que tout porte à croire justifiée (même Marilyn Monroe, sex-symbol absolu, figure à son tableau de chasse), qui a fait le malheur de sa compagne officielle, Simone Signoret, même si, selon un autre grand acteur, le beau sexe n’avait pas l’exclusivité de ses faveurs.

Ceinture

En effet, dans un chapitre de sa croustillante autobiographie, J’ai oublié de vous dire, paru XO éditions, le regretté Jean-Claude Brialy, disparu en 2007, fait une incroyable révélation sur la vie intime de l’un de ses célèbres confrères.

->Voir aussi - Valentin Livi : Il veut être acteur comme son père !

Pour commencer, il ne nie pas avoir eu des rapports parfois délicats avec Yves Montand. Notamment lorsque, invité de Michel Denisot sur Canal + dans Mon zénith à moi, l’hôte lui demande pourquoi, contrairement à son aîné, on ne le voit pas dans les meetings et pourquoi il ne signe pas de manifestes, gage de son rôle d’acteur engagé.

Jean-Claude Brialy
Jean-Claude Brialy

Jean-Claude rétorque que, s’il admire Montand en tant que chanteur et acteur, il l’apprécie moins lorsqu’il fait de la politique, parce qu’il s’est parfois trompé (notamment en ce qui concerne Staline) et surtout pas quand il est payé pour faire une émission dans laquelle il demande aux Français de se serrer la ceinture (on aura compris qu’il avait alors renié ses convictions communistes, ndlr).

La réaction du « Papet » ne se fait pas attendre : dès le lendemain, il appelle Brialy : « Méchant, méprisant, grossier, me traitant de tous les noms, s’écriant que j’étais une ordure, qu’il allait me casser la gueule. » Ce coup de fil (en pleine figure) réveille la mémoire de Jean-Claude, qui se souvient soudain que, une semaine avant d’enregistrer cette émission, il avait déjeuné avec un ex-bellâtre octogénaire, André Magnus qui, tout comme lui, n’avait jamais caché sa préférence pour les garçons.

Et, entre la poire et le fromage, son vieil ami lui lance, le regard pétillant de malice : « Je t’assure que j’ai eu une aventure avec Yves Montand à Marseille. »

Ordurier

Comme cet homme n’est pas du genre à se vanter, l’acteur a tendance à le croire, d’autant qu’il précise qu’à l’époque la future star avait 18 ou 20 ans, et était l’amant officiel de Reda Caire, chanteur à la Tino Rossi, alors très populaire.

Ironie du sort, lors de son coup de fil ordurier à Brialy, Montand avait dit : « Tu n’es qu’un sale enculé, une tapette, un sale pédé ! » Ce qui avait incité sa victime, très bien informée, à rétorquer : « Tu te souviens de Reda Caire ? » Un nom magique, qui avait stoppé sur le champ la pluie d’injures et incité Yves Montand à raccrocher.

Mais ce n’est que quelques mois avant la mort de la star que les deux hommes se sont réconciliés. Sans que, en apparence, cela n’apaise tout à fait Jean-Claude Brialy qui écrit, en guise de conclusion de ce triste épisode : « Ceci pour dire combien un homme qui semble chaleureux et sympathique peut être cruel et injuste. »

Claude Leblanc

À découvrir

Sur le même thème