France Dimanche > Actualités > Zinedine Zidane : Accusé d’être violent !

Actualités

Zinedine Zidane : Accusé d’être violent !

Publié le 1 février 2017

D’un naturel calme et timide, Zinedine Zidane cache un tempérament de feu sur les terrains de football.

Actuel entraîneur du club espagnol, le Real Madrid, l’ancien joueur de football Zinedine Zidane est connu pour son apaisement et sa tranquillité. Mais, dès qu'il se retrouvait sur le terrain, le champion du monde 98 cachait bien son jeu et pouvait montrer une tout autre facette.

Lire aussi --> Emmanuel Petit : Il ne se remet pas de la mort de son frère

C'est ce qu'a révélé l'un des coéquipiers de Zizou en équipe de France, Frank Leboeuf, dans l'émission "Le Vestiaire" diffusée sur SFR Sport 1. Récemment, l'ancien défenseur s'est souvenu d'un épisode marquant lors d'un match opposant la France à la Russie. Ce jour-là, Zizou s'en est pris à un adversaire et, d'après Frank Leboeuf, rien ne pouvait le calmer.

« Dans le tunnel contre la Russie, j’ai vu un Zizou que je connaissais pas, mettre une droite à (Valeri) Karpine. Il lui a mis une droite… Je le récupère je lui dis « eh Ziz tu ne peux pas faire ça. » Mais c’est bon tu peux me lâcher. Je le lâche, il repart, il lui remet une autre. Il revient vers moi, il me dit Frankie c’est bon (rires). Je ne le connaissais pas comme ça le mec. Et il a fait un match extraordinaire, il n’a rien dit », révèle Frank Leboeuf.

Et ce dernier ne semble pas être le seul à avoir remarqué le caractère sulfureux de Zinedine Zidane. Emmanuel Petit, qui a aussi joué au côté de Zizou, déplore l'état d'esprit volcanique qui peut l'animer dans certaines circonstances. « C’est probablement un des seuls défauts qu’il a eu dans sa carrière, c’est qu’à tout moment, il pouvait péter un plomb. Et c’était quelque chose qu’on ne pouvait pas maîtriser. Et quelque part, il oubliait justement qu’il y avait toute l’équipe derrière lui. »

Ce caractère difficile se remarquait par des coups et des gestes déplacés comme l'explique Franck Leboeuf. « Quand tu jouais contre lui, ce n’était pas un mec facile à marquer. Quand tu te retrouvais face à lui, il te marchait sur les pieds, les coudes il savait s’en servir. Il avait son caractère. C’était pas facile », concède le sportif devenu consultant.

Lire aussi --> Patrick Bruel : Du foot au poker !

Ce tempérament bien trempé s'est vu lors de la finale France-Italie, lors de la coupe du monde 2006, lorsque Zidane a donné un coup de boule au joueur italien Marco Materazzi, qui lui a valu une exclusion lors de son tout dernier match avec l'équipe de France.

Cyril Coantiec

À découvrir